Partagez | 
 

 Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Dim 1 Mai - 22:43


CARMILLA MADY STOKER

Dracula

♔ T'étais qui, dans ton conte? Mina Murray devenue Harker
♔ Sinon, tu as combien d'années au compteur? 25 ans
♔ Tu viens d'où ? Angleterre, Londres, Monde Gris
♔ Et tu faisais quoi là bas ? Institutrice
♔ Et ici, tu fais quoi maintenant ? Institutrice,
♔ Et quoi...Tu as rencontré le grand amour ou pas? Oh je l'ai même vu à plusieurs reprises. Nos routes semblent s'entrecroiser depuis toujours sans jamais se rejoindre.
♔ Première ou deuxième vague? 1ère vague
♔ Tu fais parti de quel groupe? Audacieux
♔ Sinon, tu sais que tu as de beau yeux? Ils ressemblent à ceux de... Sophia Myles


Votre Mental


♔ On sait que tu es beau déjà, mais tes autres qualités, c'est quoi ? Mina est une jeune femme très douce et gentille, à l'écoute, et c'est peut-être cela qui séduit les enfants avec qui elle travaille. Mais malgré cette apparence bienveillante, elle se révèle être une femme très forte, et qui sait se faire respecter des hommes, une tache compliquée lorsqu'on vient d'un monde entièrement tourné vers l'homme. Elle est aussi très calme, en presque toute circonstance, mais passionnée et volontaire.
♔ Dis donc toi! Tu n'es pas parfait non plus! Dis nous tes défauts: Mais contrairement à ce que les femmes de son époque doivent faire croire aux hommes, Mina comme toutes les autres a des défauts cachés sous cette apparence jolie et respectueuse. Il serait bon de noter tout d'abord qu'elle est très naïve, et surtout parfois trop gentille, et cela s'avère un défaut dans beaucoup de cas. Elle se révèle incapable de résister à la tentation, et elle peut se montrer hautaine et fière sans le vouloir. Elle a tendance à juger trop rapidement et à croire trop facilement les commérages - elle même s'y adonne à grande joie - défaut qui lui vient directement de son éducation : c'est l'une des seuls activités des femmes, la plus répandue du moins.
♔ Quels sont les choses qui te donnent de la force ? Carmilla écrit depuis toujours, peu importe le monde et l'époque, dans un journal, elle y décrit ses pensées et ses réflexions. Ce journal est un petit cahier relié de cuir qu'elle garde toujours avec elle, un peu comme doudou, il lui permet de réfléchir et de se poser. Il n'est pas rare de la voir passer le doigt sur la couverture machinalement.
La magie revenue, Mina poursuit sa transformation en vampire entamé dans le monde gris et initié par Dracula. Ainsi, si elle n'est pas encore une créature de la nuit, quelques effets commencent à se faire ressentir : ses sens se développent, elle deviendra au fur et à mesure du temps qui passe plus forte et endurante.
♔ Mais t'as des faiblesses, comme tout le monde ? Carmilla est atteinte de la maladie des enfants de la lune, toutefois dans une version légèrement moins létale. Si elle se montrait au soleil, sa peau était brulée. Maintenant, la maladie a laisse place à sa transformation en vampire, qui si elle apporte des bienfaits, comporte aussi des points négatifs : elle peut à présent se tenir au soleil, mais cela l'incommode toujours fortement, elle commence à disparaître, à être flouté, dans les miroirs et les photos, et surtout la nourriture perd de sa saveur entre ses lèvres, la soif de sang se réveille même si elle ne peux pas s'en nourrir.
L'amour est une faiblesse pour Carmilla : c'est une personne aimante, profondément : elle aime ses amis, elle aime les enfants qu'elle a à sa charge, et elle ne pourrait pas les mettre en danger, elle ferait tout pour que eux qu'elle aime soient sain et sauf, même le pire.


Il était une fois... Vous!


5 mai 1462, château des Carpates

Mon bien-aimé frère,

La douleur étreint mon cœur, et je ne puis songer à m'embarrasser de préambule pour débuter cette lettre, je ne saurais m'y résoudre. Les politesses et l'étiquette n'ont pour moi aujourd'hui plus aucune sorte d'importance, la vie n'a plus aucun goût dans ma bouche, et la lumière du soleil m'apparait terne et sans éclat. Tu te demande e qu'il peut bien se passer, et je me doute que tu es déjà prêt à chevaucher toute la nuit pour être auprès de moi, tu as sans doute déjà donner tes ordres aux domestiques : n'en fait rien, et laisse-les en paix, à l'heure où cette lettre te parviendra, il sera trop tard pour moi. Je peux presque sentir les interrogations se bousculer sur tes lèvres mon frère. Tu n'es pas sans savoir la guerre qui ravage aujourd'hui notre pays : tu y a toi-même prit place, en jurant allégeance à mon mari., Vlad III.  Lui et son frère se déchirent, mais je n'en sais pas plus. Peut-être que toi, tu aurais pu répondre à mes tourments, mais cela n'a plus d'importance à présent.

Toujours est-il qu'ils sont en guerre, et voila bien des mois que Vlad a quitté le château pour nous rapporter la victoire. Et voilà qu'il a quelques jours je perçois à l'horizon une armée en marche vers le château : j'ai bien sûr tout de suite comprit que c'était là le retour victorieux que j'attendais, et comme je me trompais ! C'est Radu, le frère de ton roi, qui campe maintenant au pied des Carpates, nous assiégeant inlassablement ! Mais le château est pratiquement imprenable s'il est bien tenu, et j'étais bien décidée à attendre le retour du roi, qui prendrait en tenaille ces félons, comme tu dois t'en douter. Mais voilà qu'un émissaire se présente au pont-levis : j'envoie un domestique récupérer le message pour me l'apporter. C'est un parchemin, accompagné d'une minuscule boite ouvragée. A l'intérieur, c'est une mèche de cheveux enroulé sur elle-même, une mèche aussi noir que l'aile d'un corbeau, et je l'ai reconnu aussitôt : elle appartient à Vlad. Je crois que tu commence à saisir les tenants de ce récit, mais laisse moi terminer mon récit. Je découvrait donc les cheveux de mon mari dans ce tout petit coffre, et mon cœur se serrait soudain à cette vue : j'ai pensé qu'il pourrait s'agir d'un message du roi lui-même, me faisant parvenir en secret, par un espion chez son frère, un message, m'assurant qu'il arrive. Mais j'ai ouvert la lettre, écrite par Radu en personne : il m'annonce être le roi de notre royaume légitimement puisqu'il a tué il y a peu l'ancien roi, Vlad III. Il exige que je lui ouvre les portes de son château et que je l'accueille comme la bonne reine que je serais pour lui.

Tu perçois enfin la vérité au milieu de tout cela, n'est-ce pas ? Tu sais combien j'aime Vlad, et combien ma vie est rattachée à la sienne. Dehors, il s'est soudainement mis à pleuvoir, comme si le Ciel lui-même partageait ma peine. Je ne puis vivre sans lui, mon frère, comme la terre ne puis survivre sans la lumière du soleil. Il était le soleil de ma vie, et sans sa présence je me dépéris. La nourriture dans ma bouche est cendre, l'eau sableuse, elle m'écorche la gorge dès que je porte un verre d'eau à mes lèvres. Mais encore faut-il que l'envie de boire et de manger me vienne : je n'ai plus goût à rien qu'à pleurer dans mon lit nuit et jours. Je suis une fleurs coupée de ses racines, vouée à se faner. C'est une lettre d'adieu mon frère. Ce soir, après avoir cacheté cette lettre et envoyer un coursier se faufiler dans le camps ennemie, j'irais sur le balcon de ma chambre, celui qui se trouve dans une tour du château. Tu me disais qu'il y avait une vue magnifique ici, et tu as raison, je peux l'apercevoir de mon secrétaire. Elle donne directement sur le vide immense qui borde la falaise où se trouve le château. Ce soir, mon tendre frère, j'irais me jeter dans ce vide.

J'aimerais pouvoir te dire « Nous nous reverrons dans un monde bien meilleur, tout les trois, sous le regard bienveillant du Seigneur » mais c'est impossible, tu le sais comme moi : le paradis ferme ses portes à celui qui se donne la mort. Pourtant, même en sachant cela, en comprenant que je condamne à une éternité de souffrance, je ne peux me résoudre à continuer de vivre seule dans ce monde froid, à la merci de Radu.

Mon frère, soit sûr de mes sentiments à ton égard, je t'aime,


Ta petite sœur Elisabeth Basarab.

__________________________________

Extrait du journal de Mina Murray
11 aout
Je t'écris de moins en moins, mais tout cela est justifié : mon quotidien est bousculé et précipité ces derniers-temps, nos nuits agités, et je ne dors que peu d'heures. Comme tu le sais, Lucy, avec qui je loge chez sa mère, refait des crises de somnambulismes de plus en plus grave, et je la retrouve même se promenant dehors en chemise de nuit : voilà pourquoi je suis si fatiguée, je m'empresse de la retrouver ou de la suivre afin qu'elle ne se fasse pas de mal. La nuit dernière, je l'ai retrouvé dans le cimetière, là où nous aimons nous asseoir en journée pour bavarder : elle était étendue sur le banc, sa silhouette blanche se découpant dans le gris de la nuit. Et penchée sur elle, j'aperçu alors une forme longue et noir, un visage blême qui se tourne soudainement vers moi, des yeux brillant comme deux feux. Je n'ai pas réfléchit : j'ai courut de toutes mes forces pour voler au secours de mon ami. Mais lorsque je suis arrivée, il n'y avait qu'elle, endormit. Je l'ai couvert de mon châle pour ne pas qu'elle prenne pas, et maladroite comme je suis, je l'ai piqué : elle porte deux petites plaies rouges sur son cou. En la ramenant à la maison, elle m'a ait promettre de ne rien dire de tout cela à qui que ce soit, comme sa mère. La pauvre femme est malade, et je veux bien croire que Lucy veuille garder tout cela pour elle.
Je m'inquiète tout de même pour elle après tout ces évènements passés : sa mère malade bien sûr, mais aussi le naufrage auquel nous avons assister il y a quelques jours. Nous avions vu un bateau s'échouer sur le rivage au loin, et un chien en sortir en aboyant et en courant. Le lendemain, tout le monde en parlait : tout l'équipage du navire était mort d'une mystérieuse maladie, et le capitaine, mort depuis deux jours, tenait la barre. J'ai peur que cette histoire ait affété mon amie plus que de raison. Avec ses crises de somnambulisme de plus en plus fréquente et le stress du mariage, après avoir du choisir parmi 3 prétendants, je puis comprendre qu'elle soit stresser. J'espère qu'elle redeviendra vite elle-même, comme elle l'est ce matin : malgré la nuit éprouvante, elle débord d'énergie, aussi fraiche qu'un bouton de rose.

14 aout
Nous avons assisté ce soir à une bien étrange scène, il faut que je t'en parle : alors que nous nous baladions sur la colline, au-dessus du cimetière et des ruines de l'abbaye, Lucy a parlé d'yeux rouges qu'elle voyait souvent. Suivant son regard, j'ai vu cette même silhouette qu'il y a quatre jours assise sur le banc, les rubis flamboyant en guise d'œil. Après cela, nous n'avons pourtant rien dit, aucun commentaire. Une atmosphère étrange plane sur les alentours. Hier encore, je me suis réveillée en pleine nuit : Lucy était là, à fixée la fenêtre, et derrière le carreau se trouvait une immense chauve-souris, qui a fuit à mon approche. Je n'en avait jamais vu aussi près d'une maison. Lucy a le sommeil de plus en plus agité, mais chaque matin elle se réveille en pleine forme, tout au contraire de moi. C'est un mystère.

17 aout
Je suis de plus en plus inquiète, pour tout. Comme je te l'ai dit, Lucy est chaque jour un peu plus blanche. Elle semble pourtant en bonne santé : elle mange bien, fais de l'exercice et dors profondément. Pourtant, chaque nuit, je continue de la trouver sur le rebord de la fenêtre. Te souviens-tu du jour où je l'ai retrouvé au cimetière, sur notre banc ? Je lui avait par mégarde laissé deux petites marques dans le coup avec une aiguille. Eh bien, aussi étrange que cela puise paraître, elles sont toujours là, et certainement pas cicatrisées ! Elles sont au contraire pus rouge et grande. Il y aussi la mère de Lucy, j'avais mentionné qu'elle est malade : le verdict est tombé, et le médecin m'a annoncé qu'elle n'avait plus que quelques mois à vivre. Je n'ose en parler à sa fille.
Et il y a Jonathan. Je t'ai déjà parlé de lui bien sûr, tu le connais bien. Mais depuis quelques temps, aucune nouvelle de lui ne m'est parvenue depuis la Transylvanie. Lucy me dit de ne pas m'inquiéter, mais je ne peux m'en empêcher : chaque semaine je recevais une longue lettre de lui, et ce n'est pas son genre de me laisser ainsi dans le doute. J'ai peur que quelque chose se soit mal passé durant son voyage, mais quoi ? Il allait simplement rencontrer un homme pour terminer sa transaction – l'homme en question achetait une propriété à Londres. Voila des mois qu'il est partit, et il me manque terriblement.

19 aout
J'ai reçu des nouvelles de Jonathan ! La lettre m'est parvenu ce matin, elle est de la sœur Agatha. Il est dans un hôpital, à Budapest, au plus mal. Je dois me rendre à son chevet au plus vite, je pars demain matin. Quelques jours plutôt et j'aurais eu peur de laisser Lucy avec sa mère, mais depuis hier elle semble tout à coup redevenue elle-même. Elle parle de ces derniers jours comme d'un rêve étrange, et se préoccupe à présent de son fiancé et son mariage prochain.

__________________________________

24 aout, Couvent de Budapest

Ma bonne Lucy,
Lorsque je suis arrivée ici, j'ai trouvé Jonathan au plus mal : il délirait et ne cessait de craindre la venue de la nuit, il souffre de fièvre cérébral et se perdait dans ses délires. Mais grâce aux bons soins des sœurs et mes prières, il est aujourd'hui sortit d'affaire. J'ai la joie de t'annoncer que depuis hier l'on doit m'appeler Madame Mina Harker : nous avons en effet décidé de nous marier sur-le-champ, par peur que quelques incidents ne surviennent, nous laissant dans l'embarras l'un et l'autre. Nous partons dès demain matin pour l'Angleterre. J'espère que ton mariage avec Arthur se présente bien,
Avec toute mon affection,
Ta Mina Harker


__________________________________

Extrait du journal de Mina Harker.
23 septembre
Je ne sais comment j'ai pu trouver la force d'ouvrir ce journal pour venir y écrire, comme à mon habitude. Je dois faire attention à ce que mes larmes ne tombent pas sur le papier et noie mes écritures. Le voyage jusqu'à Londres s'était pourtant bien passé, peut-être trop ? J'ai reçu ce soir un télégramme du docteur Van Helsing : il m'y annonce la mort de Lucy et de sa mère. Je ne sais pas comment faire face à cette nouvelle, et malgré sa compassion Jonathan est incapable de me venir en aide. Personne ne sait vraiment à quoi elle a succomber, mais je me doute que cela a un rapport avec l'étrangeté de son comportement d'avant mon départ. Trop de choses sont arrivés durant notre absence : Mr Hawkins est aussi mort, l'employeur de Jonathan, et le père d'Arthur. Je repense au dernier télégramme que j'ai reçu d'elle, juste avant de quitter le couvent. Elle me faisait part de son bonheur, m'assurant que tout allait bien pour elle, et que tout le monde se portait bien. Qu'allons-nous faire à présent ?

1er octobre
Bien du temps a passé avant que je n'ai le courage de tenir à nouveau ma plume. Pourtant, après les événements, je ressens le besoin d'à nouveau écrire. Je me suis réveillée cette nuit, et la fenêtre de ma chambre était grande ouverte : je suis pourtant sûr de l'avoir fermé avant de me mettre au lit. Je ne me souviens d'ailleurs pas très bien de ce qu'il s'est passé, mais je me souviens d'effrayants yeux rouges me fixant. Je me sens confuse et faible, je demanderais un somnifère au Dr Seward.
La mort de ma meilleur amie m'a plongé dans un désespoir certain, et je ne suis pas sur encore d'avoir fait mon deuil de Lucy. Je crois de plus que Jonathan me cache des choses, il passe énormément de temps avec le Dr Van Helsing et ses compagnons, me délaissant. J'avais rencontré le Dr Van Helsing pour parler de la mort de Lucy, il souhaitait, après avoir vu ma retranscription du journal de mon mari, voir ce dernier. J'avais pu aussi retranscrire les notes sonores du Dr Seward, et j'ai ainsi appris les véritables circonstances de la mort de mon amie : un vampire aurait sucer son sang jusqu'à ce qu'elle en meurs. Bien que ce ne soit que des légendes et des choses impossibles, je n'ai aucun mal à croire à cette histoire. J'ai pu à ce moment là faire le lien entre le journal de Jonathan, et le comte qu'il a rencontré dans les Carpates, et nous avons pu affirmer que le vampire se trouvait à Londres. Mais depuis, je n'ai plus aucune nouvelle, et je suis mise à l'écart de leurs affaires et de leurs discutions.

3 octobre
Ma main tremble durant que j'écris, et j'espère que le tout restera tout de même lisible. Je me sens faible, comme je te le disais hier, et avec raison : le vampire, le comte Dracula, boit mon sang. Ecrire cela me met mal à l'aise, quelque chose au fond de moi se retourne sans que je sache si c'est de dégout ou d'autre chose. J'ai repris conscience de moi-même lorsque Dr Van Helsing sont entrés dans ma chambre en défonçant la porte. Dracula était entrée dans ma chambre – mais comment ? - et il s'était penchée sur moi, buvant mon sang. En le voyant, j'ai su que c'était la même personne que j'avais vu penchée sur Lucy au cimetière, il y a à peine deux mois. Mais il ne s'est pas arrêté là : entaillant son torse de son ongle acéré, il pencha mon visage contre sa peau, me forçant à boire son sang. Je crois que le goût métallique et fort de son sang reste encore dans ma bouche au moment où j'écris. C'est ainsi que les autres m'ont trouvé, faisant fuir le vampire alors que je reprenais conscience. Jonathan, à mes cotés durant toute la scène, était plongé dans une transe.

4 octobre
Van Helsing décide d'agir, et pars avec Jonathan, qui me sait en sureté la journée. Mais le soir, ils doivent me protéger d'une nouvelle visite du vampire : Van Helsing protège la chambre, mais lorsqu'il me touche le front de son hostie, je suis brulée atrocement : je commence à me transformer. Il est décidé de tuer Dracula au plus vite, afin que je ne devienne pas comme lui, et je suis d'accord avec eux, et même volontaire pour les aider autant que je peux. Une idée m'est venue justement dans la nuit, et je fais chercher Van Helsing. Je lui propose de m'hypnotiser, et avec raison : je rentre alors en contact avec l'esprit de Dracula, et nous réussissons à déterminer ou il se trouve, sur un bateau, en direction de la Transylvanie. Aussitôt annoncer, nous organisons notre plan d'action. Nous nous apprêtons à partir justement, afin de rattraper le comte tant qu'il est vulnérable. Mais quelque chose me dérange. Sous l'hypnose, je suis entrée en contact avec l'âme de Dracula, ou ce qui lui sert d'âme, et je suis troublée parce que j'ai pu y sentir. Je ne trouve pas de mots pour décrire cette sensation, mais je me sens étrangement touchée au plus profond de moi-même. Le soleil par la fenêtre gène mon travail, le venin se répand dans mes vei
Quelque chose déferle sur la ville et j'ai peur que vienne mon dernier instant ! Je pars l'esprit tranquille au moins de ne pas m'être transformée en non-morte.

__________________________________

Mon chère journal, toi au moins reste entre tout un repère et un compagnon pour moi. Je m'aperçois avec étonnement et satisfaction que peu importe les mondes, il y a des choses qui ne changeront jamais. Savais-tu déjà tout ce qui allait arrivée ? Aujourd'hui je me suis levée comme ce qui était mon habitude ici, et a journée se déroulait comme toujours, et voila que tout à coup, une onde de choc me traverse. Et je me suis souvenue de tout, de toute ma vie et des derniers instants à croire la mort déferler sur nous sous la forme de  cette brume violine. Je comprend tout à présent, et les questions sans réponses lors de ma vie à Storybrook connaissent enfin leur dénouement, pour être néanmoins remplacés par d'autres. Mais cela viendra plus tard. Je constate avec stupéfaction que la magie existe, et à quel point e sortilège fut aboutit. Je comprend que la malade des enfants de lune que je subit depuis ma plus tendre enfance – enfin, dans mes faux souvenirs – n'est qu'une manifestation de ma lente transformation en vampire ! C'est donc à cause de cela que la maladie ne se dégénérait pas à la plus grande confusion des spécialistes, me permettant de vivre bien plus longtemps que je n'aurais du si j'avais vraiment été touché par ce mal : ma transformation étant stoppé, elle influa ainsi sur la maladie du sortilège. J'ai pu tester avec un grand plaisir de sortir en plein jour : si la lumière me gène et m'incommode - et si je reste trop longtemps exposé des marques apparaissent sur ma peau - elle ne me brule plus directement, et il en faudra plus pour m'empêcher de contempler cette astre luisant. Et ciel, qu'il est brillant ! Je crois que je n'ai jamais vu rien d'aussi lumineux ! Maintenant que je puis comparer mon ancien monde et celui-ci, j'expérimente l'existence de ... de la couleurs ! C'est quelque chose de si étrange et riche, et si vif aussi pour mes pauvres yeux !

Mais ces petites joies n'apaisent pourtant pas mon cœur : je me souviens avec forts détails de ma fausse vive, et de ses malheurs. J'étais mariée à un homme - et peut-être est-ce Jonathan ? - mais il a finit par avoir peur de moi et de ma maladie. Notre vie était de plus trop difficile pour lui : nos rythmes étaient décalés, je ne pouvais guère sortir et j'étais infertile. Le suis-je toujours ? C'est un mystère qui m'inquiète. Nous avions en tout cas finit par divorcer, et j'ai passé le reste de ma vie chez moi, malheureuse comme les pierres. Peut-être nous étions unis trop tôt aussi ? En tout cas, la seule chose qui m'apportait mon bonheur, comme tu dois le savoir, furent les enfants : en effet, si ma maladie était bien présente, comme je l'ai expliqué elle était beaucoup moins violente que prévue et très stagnante. Bien sûr, aucun contact avec le soleil n'était permis, mais je pouvais sortir vêtu de long vêtements amples cachant mon corps pour de courtes durées. Etonnamment, je fus engagée par le directeur de l'école de la ville, et les enfants furent très compréhensif avec moi une fois que je leur ai expliqué mon problème, et pourquoi nous faisons classe les rideaux tirés. Je crois qu'ils m'apprécient. Tu vois, j'exerce le même métier qu'auparavant, n'est-ce pas formidable ?

Mais avec le retour de la magie et ses mystères, une autre inquiétude est soudainement venu à mon esprit : à présent, ma transformation a repris son cours, et si Dracula n'est pas vite mis hors d'état de nuire, je serais bientôt comme lui. Je tremble à cette idée, et pourtant au fond de moi je frémis de désir d'atteindre cette condition. Est-ce le venin implanté en moi qui me fait penser cela ? Mon chère Journal, j'ai terriblement peur. Je ne sais pas si mes compagnons, si mon mari – est-il mon ex ? - sont ici, s'ils m'apprécient toujours, et surtout si le vampire est en ville. Que vais-je devenir aujourd'hui ?



Derrière ce Personnage il y a...

♔ Ton pseudo ou ton prénom? Lim/ Tini sifflote
♔Ton age: 19 ans uh
♔ Double-compte, si oui lequel Tinkerbell keur
♔Comment es-tu arrivé(e) là A  cause d'un certain STAFF uh
♔ Tu penses être là souvent Plutôt oui :alyss:
♔ Tu le trouves comment notre forum? rien n'a changé, toujours aussi beau keur

Codage par Rozenbrez sur Never Utopia.



Dernière édition par Carmilla M. Stoker le Dim 8 Mai - 22:18, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Dim 1 Mai - 22:54

Rebienvenue ma belle keur

Tu vois Myles c'était la meilleure :alyss:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Dim 1 Mai - 23:26

Rebienvenue 8D
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Lun 2 Mai - 0:47

HAHAHA CETTE FAIBLESSE :alyss: :alyss: *se sent moins seule d'un coup uh red *

J'ai hâte de voir l'histoire que tu vas écrire han han Alors ReeeeBienvenue parmi nous :cher: et bon courage pour ta fiche love
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Lun 2 Mai - 11:09

king Rebienvenue à toi


uh Tu sais ce que j'en pense, Dracula déjà c'est juste le top du top fire juste après Frankenstein bien sûr. Bon courage pour ta fiche en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Lun 2 Mai - 18:16

(re)Bienvenue Reinette Poisson à toi keur !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Lun 2 Mai - 18:36

Ce personnage fire

Rebienvenue ! han
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Mar 3 Mai - 10:26

Re bienvenue Tink love
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Dim 8 Mai - 22:20

Merci à tous
Chess oui je suis faible mdr
J AI FINI han cute love
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   Lun 9 Mai - 10:46






Félicitation petit crevette, tu es validé ! Ta fiche est parfaite cute
Nous nous chargeons de mettre le listing à jour pour toi, tu n'as rien à faire à ce niveau là ! Elle est pas belle, la vie ?
Tu veux donc directement aller poster ta fiche de lien ici ainsi que ton journal de RP ici.
Tu peux bien sur dès à présent commencer à rp ! Si tu n'as pas de partenaire, tu peux aller en demander un ici. Tu pourras également y faire la demande d'un lieux au besoin !
Voilà ! Et n'oublie pas le plus important : amuse toi bien !


code UmiBwack • icons shannon
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mina Harker - Il m'entraine au bout de la nuit ~ [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mina Harker
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Dansons, jusqu'au bout de la nuit ! [PV Nino & Dulcianna]
» Voyage au bout de la Nuit [Partie 1] [Terminé]
» [Vampire] Mina Harker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Archives Fiches-
Sauter vers: