Partagez | 
 

 Souvenirs d'enfance. [Opal/Layton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Souvenirs d'enfance. [Opal/Layton]   Mar 3 Mai - 12:00



   

   
Souvenirs d'enfance
Opal & Layton

   

   
L’aube se déclinait en plusieurs couleurs dans le ciel. De sa chambre, Layton pouvait percevoir par la fenêtre les jolies teintes de bleu et de rose dans un dégradé saisissant. Il contempla ce spectacle matinal quelques minutes avant que son réveil ne retentisse. Comme à son habitude, le jeune homme se réveillait bien avant l’heure. Il se demandait chaque matin à quoi pouvait lui servir cette énervante technologie mais chaque soir, comme un ancien rituel d’une vie qui n’a jamais existé, il l’enclenche. Lové dans ses couvertures, il planifia sa journée de congé. Il avait tellement rêvé d’avoir enfin une journée à ne rien faire que se dire qu’il n’avait rien à faire aujourd’hui l’attrista. Comble des gens dynamiques, ils rêvent de flâner la journée mais lorsque ce moment arrive, ils parviennent à regretter ce choix. Le réveil fini par sonner machinalement à 8heures. Layton le coupa et se dirigea vers la salle de bain. Son studio n’était pas très grand mais cela l’enchantait : la cabine de douche ne se trouvait jamais très loin. Se glisser sous les jets d’eau chaude était pour lui le meilleur moment de la journée. C’est en vitesse qu’il enleva son pyjama, qu’il enclencha la radio et qu’il sauta dans la douche.  

« I’M WALKING ON SUNSHIIIIINE, WOHOOOO. I’M WALKING ON SUNSHINE, WOHOOOO… »
Hurla Layton en se savonnant les cheveux pour la troisième fois. Il dépensait dès le matin autant d’énergie que d’argent dans ses produits de douche. En somme, beaucoup. Peut-être trop ? La radio ne parvenait pas à couvrir ses cris qui pouvaient faire exploser toutes les surfaces vitrées de son petit studio à tout moment. Après presque une heure de frottage intensif, il sortit de la douche le corps rouge du à l’acharnement de son gant de toilette pour éliminer toutes les bactéries. Il enfila un jeans qui lui moulait le postérieur à la perfection et une chemise légère vint couvrir son torse. La journée promettait d’être magnifique.

Le froid matinal eut comme l’effet d’une gifle sur Layton. Il avait peut-être surestimé la météo. De toute façon, le froid ça tue les bactéries, c’est bon pour la peau vous dirait-il. Les rues de StoryBrook s’étendaient devant lui. Il avait envie d’un bon déjeuner bien copieux. Pour une fois, il allait s’empiffrer. Les jours où il travaille, il ne perdait pas de temps à manger puisque sa douche lui dévorait une partie de son temps post-travail. Bref, pour ne pas être en retard, il sautait le déjeuner mais aujourd’hui, il allait se faire exploser le ventre de gaufres, lard et œufs. En se dirigeant vers le Granny’s, son estomac s’amusait à gronder. Les rues étaient déjà en activité et Layton se réjouissait de pouvoir rencontrer des gens. Après quelques bonjours joviaux auprès des passants, notre héro poussa la porte du petit restaurant. Une odeur de sucre envahit ses narines et il s’empressa de s’assoir sur un tabouret face au bar. Le restaurant était simple et accueillant. Bon nombre de gens s’empressaient de terminer leur déjeuner en lisant le journal. En observant la salle qu’il connaissait bien, il remarqua une serveuse qu’il n’avait encore jamais vue ici. Elle était de dos et semblait en grande conversation. Il commanda un café et entreprit de lire le menu avec attention. Le choix de ce petit déjeuner était crucial ! Il chantonna en parcourant les différents proposés « I’am walking on sunshine,wohooo. Lala lala ! » lorsque une douce voix vint le sortir de sa réflexion.  Il leva les yeux. Alors qu’il humectait ses lèvres dans son café il faillit s’étrangler. Comme un enfant il se cacha derrière son menu. Il devint livide et se mis à transpirer. Il n’était pas sur de ce qu’il avait vu et pourtant, aucune personne de ce monde ne pouvait avoir la même voix et le même visage que Méduse. Layton se mit à paniquer. Il était persuadé de l’avoir tué dans l’Autre Monde. Il fallait qu’il quitte cet endroit au plus vite afin qu’il puisse établir une stratégie. La faim qui lui tiraillait le ventre avait disparu. Il tenta un regard en abaissant son menu. Il se re-cacha aussi tôt. Il était persuadé qu’elle avait croisé son regard. Il devait disparaître rapidement avant qu’elle ne le change en statue de pierre. Mais pouvait-elle encore réaliser ce genre de malédiction ?
   

   ©TENNESSEE.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance. [Opal/Layton]   Lun 30 Mai - 17:44

Opal Gordon, Layton A. Douglas
mémoires d'hier et d'aujourd'hui



- Urgh ...

La rouquine ronchonnait dans son lit. Elle se remuait dans ses couettes, et, comme une chenille timide, elle hésitait à sortir de sa chrysalide. Mais l'heure n'était pas aux lamentations, bien sur, car le réveil sonnait, encore. C'était ça, d'appuyer sur la touche Snooze dès qu'un bip strident perforait ses tympans sensibles. Finalement, la lutte acharnée contre le sommeil s'achevait. Méduse avait eu le dernier mot comme toujours -quelle ironie- et grattait son oeil dans un baîllement. Ses pieds la guidaient jusque la salle de bains comme tout le monde où elle s'empressait de prendre une douche avant de se glisser dans sa chaise. Un petit déjeuner rapide, et hop ! La voilà dehors, le vent qui soufflait dans ses longs cheveux de feu les séchait sans attendre. Il était froid ce vent, bien froid, trop froid, mais ça faisait le charme de cette ville, Storybrooke. On pouvait s'imaginer que de nombreux contes de fée ont du y être joués, sans mauvais jeu de mots. Le décor le voulait : une ville coquette, un vent frais, un beau soleil, même caché derrière les nuages, et une ambiance de magie. Que fallait-il de plus ? Ah, oui. Des acteurs. En voilà un juste sous vos yeux. La petite clochette de chez Granny retentit alors que la serveuse -c'est son travail- souhaite le bonjour à ses collègues. Son service commençait d'ici un quart d'heure alors elle avait le temps de se préparer.

A l'instar de Ruby, notre très célèbre chaperon rouge, la sournoise Méduse optait pour un apparat moins ... Rouge justement. Des chaussures assez confortables pour marcher toute la journée à ses pieds, bottines marron plutôt simples mais élégantes ornaient ses pieds. Quant au reste, une jupe aux couleurs verdâtres, haute, se plaçait au dessus d'une chemise sans manches, d'un immaculé blanc. Le tablier lui sied, à Méduse. Enfin, Opal. Opal Gordon ! C'est comme ça qu'elle s'appelle ici. Tout le monde a un nom différent, une identité différente, une vie différente, mais il y a quelques temps, ça avait changé. Les souvenirs d'enfance avaient ressurgi subitement et les ennemis se rappelaient de leurs alliés, et inversement. Cependant, malgré tout ce fouillis, ce bazar, ce brouhaha, cette confusion, enfin peu importe comment vous l'appelez, chacun avait décidé de poursuivre son travail à Storybrooke. Ainsi la ville tournait et c'était plus facile de continuer à vivre. Même les "méchants", c'était dire.
Les clients de chez Granny sont plutôt faciles à vivre, dans le genre. Pas beaucoup de malfrats viennent fréquenter cet endroit, de toute façon, étant donné leur mauvaise réputation. Comment réagiraient les autres s'ils avaient la moindre idée des intentions d'une de leurs employées ? Il y a longtemps, bien longtemps, vingt huit ans, maintenant, elle avait rencontré tant de gens qui avaient causé son malheur que ce n'était plus possible de ne pas vouloir se venger d'eux. Poséidon, Athéna, tous autant qu'ils étaient, mais surtout, oui, surtout ... Persée. Ce satané Demi-Dieu l'avait persécutée, chassée, et avait tenté de la tuer, et tout ça pourquoi ? Parce que cette peste d'Athéna la décrivait comme un monstre sans merci, trompeur, et vilain. Persée l'avait écoutée sans broncher. Et même alors que la gorgone tentait d'expliquer la situation à son agresseur, ce dernier, sûr et certain d'avoir affaire à une créature sans foi ni loi, avait rejeté ses propos de la façon la plus cruelle qui soit. Elle haïssait Poséidon pour l'avoir forcée à recevoir son amour, elle haïssait Athéna pour n'avoir pas été juste, et elle haïssait Persée pour l'avoir jugée sur de fausses idées. Cette haine la rongeait depuis la fin de la Malédiction car elle s'était souvenue de tout en un éclair. C'était trop, la jeune femme saturait. Elle se vengerait de Persée pour pouvoir soulager sa peine. C'était ce qu'elle se disait.

Et elle croisa son regard. Il y avait un homme, assis au bar, sur un tabouret, qui avait commandé un café. Elle croisa ses yeux. Elle vit. Ça ne durait qu'un instant bref. Mais elle vit. Elle vit ce qu'il y avait à voir. Sa langue, correctement rangée dans sa cavité buccale, sifflait presque. Son sang ne fit qu'un tour. Son coeur battait à tout rompre. "Tu es là, Persée, je te vois." Défilait dans son esprit sans prévenir et alors que cet homme se dissimulait derrière la carte du restaurant, comme un enfant qui avait fait une bêtise inavouable, elle s'approcha sans un bruit. Derrière le comptoir, d'un geste délicat, elle abaissait le menu de son "client", et eut l'occasion de le voir une nouvelle fois. Cette fois ci, plus de cache cache. Elle avait remarqué que, depuis le retour de la magie, ses pouvoirs étaient en partie revenus. Maintenant, du moment qu'elle croisait le regard d'un individu, elle pouvait faire en sorte qu'il ne puisse plus se mouvoir. Seulement la personne concernée ne se changeait pas en pierre. Or, elle ne bougerait plus. Impossible pour Persée maintenant de détourner son regard. Car oui, c'était le sien. Persée était là. Ils se croisaient, à nouveau, ici, dans l'endroit le plus et le moins improbable du monde. Elle n'avait même pas eu besoin de le chercher : il était venu tout seul. Elle ne tremblait pas, ne bronchait pas, bien trop en colère et bien trop soulagée d'avoir retrouvé cet ennemi mortel des temps anciens. Du temps où ils étaient encore des "enfants" qui jouaient à des jeux de vilains.

- Vous désirez autre chose ...?

Méduse avait une voix féminine et fluette. Elle paraissait si naturelle que s'en était presque un rêve. De toutes les façons possibles, elle n'avait jamais imaginé que ça se passe comme ça. Elle pensait qu'elle perdrait ses moyens, qu'elle se jetterai sur lui pour lui prendre la gorge, mais non. Elle demeurait d'un calme sans reproches, à sa plus grande surprise.

© code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs d'enfance. [Opal/Layton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: