Partagez | 
 

 Trouble ! feat Regina Mills

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Trouble ! feat Regina Mills   Ven 6 Mai - 1:23

En discutant au boulot j'avais appris que notre mairesse n'était plus justement notre chère mairesse. Tout le monde savait depuis un moment maintenant qu'elle était responsable de cette malédiction. Et la majorité de la ville lui en voulait terriblement. Je ne connaissais la mairesse, et encore connaître était un bien grand mot, en par Storybrooke, au contraire d'un bon nombre de personnes. D'après les dires de certains, elle aurait commis de nombreux actes inacceptable et était et est surtout décrite comme une méchante. J'écoutais bien les potins par-ci et par-là, je n'y prêtais pas grande attention. Jusqu'à ce que les bruits sur la réputation qu'avait Regina Mills d'avant la malédiction soit exactement la même partout. Je n'avais pas encore entendu une seule personne lui donner une once de bonté ou une qualité.

Pour ma part, je l'avais toujours trouvé classe, bien habillé, bien propre sur elle. Était-ce une simple apparence qu'elle voulait donner pour contrer cette image ? Ou justement pour se construire une image ? Depuis peu maintenant je voyais bien quelle importance avait les vêtements. Lorsque j'étais une chienne, les habits m'importaient peu puisque j'étais déjà vêtue de poils, ou nue diraient certains. Maintenant, il fallait avouer que j'avais une relation un peu plus compliqué avec mon corps, je ne savais pas toujours quoi porter ou mettre. Alors que lorsque j'étais simplement Johanna Hopkins je n'avais pas eu de réel problème. J'avais même eu du plaisir à m'habiller et à choisir des tenues. Dorénavant, c'était un calvaire. Quoi mettre avec quoi et pour qui ? La vie de chien me manquait à ce niveau-là. Mais ça, je pouvais m'y habituer. C'était juste une question de temps, une question d'adaptation.

Je n'étais pas vraiment en colère contre cette femme. Certes, elle avait mis dans une colère noire les habitants de Storybrooke qui n'avaient pas très bien pris le fait d'avoir subit cette malédiction. Beaucoup avaient retrouvés leurs proches et d'autres cherchaient encore. J'avais pensé personnellement à proposer mon aide au shériff de la ville, Emma Swan. Avec mon flair je pouvais aider. Cependant, je pensais qu'il aurait été préférable que ce soit plutôt Jarod qui s'y propose. Il avait cet instinct encore plus sauvage, plus animal que moi et que je trouvais beaucoup plus performant que le mien. De plus, étant garde-forestier, il pouvait s'occupe d'un plus grand terrain, il devait connaître la forêt comme sa poche. Il aurait été plus utile. De plus, je m'occupais de Rosy lorsque ses parents étaient absents. Et hors de question pour moi de prendre une jeune fille avec moi pendant que je flairais une piste. D'un, ça pourrait être dangereux pour elle, on pouvait très certainement tomber sur des personnes dangereuses et pas que pleine de bonnes intentions. De deux elle pouvait se sentir délaissée, je n'étais pas sûre que partir à la recherche de gens disparus puisse l'épanouir. Et de trois, voir sa baby-sitter renifler des effets d'une personne pouvait se révéler assez dérangeant. Je n'étais pas encore prête à lui révéler qui j'étais réellement pour elle. Je comptais le faire, un jour ou l'autre. Mais la méthode me manquait cruellement.

Seulement, lorsque j'appris qu'elle n'occupait plus ses fonctions, cela me mettait dans une rage noire ! Elle n'avait pas le droit ! Non elle n'avait absolument pas le droit de me laisser dans cette situation dans laquelle elle m'avait plongée ! Certes elle avait commis une grosse erreur pour la plupart des habitants d'ici. Mais pour moi, la plus grosse était de m'avoir changé en humaine. Il allait falloir avoir cette discussion à laquelle j'avais pensé depuis un moment déjà. Cela précipitais énormément les choses puisque ça venait beaucoup plus tôt que prévu. À peine avais-je fini mon travail que je venais chez elle à pieds, armée d'une pelle ; que j'avais manifestement oublié de ranger tellement j'étais obnubiler par cela ; d'un tablier vert, t-shirt blanc, jeans bleu et bottes à talons. Assez soft, sauf pour la pelle, mais tant pis. De toutes les façons, je n'allais pas en faire grand-chose de cette pelle. L’assommer avec n'allait certainement pas arranger ma situation. Et je ne venais pas dans cet intérêt. Je venais surtout pour qu'elle règle en partie mon problème.

Il paraissait que les sorcières avait des pouvoirs et pouvaient jeter des sorts. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien me faire ? Me transformer en chienne de nouveau ? Au moins je n'aurais plus ce problème. Cependant apparaissais un autre problème, communiquer avec Balto. Et même expliquer le pourquoi de mon absence à mon boulot. Non, il ne fallait pas que je m'en fasse pour cela. C'était moi qui était en colère contre elle. Elle me devait au moins des explications. Tout n'avait pas été clair par les bruits qui courraient. Et autant dire que les rumeurs n'étaient pas toujours fondées. Il valait mieux demander, ou plutôt ordonner ces informations de la bouche de l'intéressée. Autant tirer cela au clair une bonne fois pour toutes.

J'appuyais sur la sonnette pendant un court instant, juste assez pour que celle-ci puisse entendre que je l'attendais au pas de sa porte. Je m'étais écarté d'un pas, juste assez pour ne pas l'effrayer. Elle n'avait aucunement besoin de croire que j'étais venu dans le but de la tuer. Quoique avec la pelle on pouvait facilement y penser. Forcément, qui creusait les trous ? Bon, au pire, si elle tentait de refermer la porte, je pouvais utiliser celle-ci. En revanche, les conséquences en seraient désastreuses, peut-être que j'abîmerais sa porte. Je me calmais avant tout. Ne pas l’agresser, ça ne servait à rien. Je savais déjà que si jamais je criais un jour sur Balto, ça serait sûrement difficile de reprendre le contact. Un animal, blessé d'une façon physique ou moral se révélait plus difficile d'approche. Alors venir aborder la personne avec un ton quelque peu neutre et choisir avec soins ses mots était plutôt une bonne méthode. Enfin, parler de méthode, je n'en n'avais aucune. J'allais chez elle sans sécurité. J'allais encore inquiéter mes proches, à force d'être têtue et  dans le tas sans prendre en compte les conséquences de mes actes allait me coûter cher ! Mes parents me tueraient sûrement s'ils savaient que j'y étais allée seule. Et peut-être que Balto aussi par la même occasion. Ou du moins il viendrait clairement me dire que je n'avais pas à y aller. Néanmoins, j'étais une grande fille et je pensais très sincèrement que parler pour régler mon histoire serait plus bénéfique que de lui crier dessus. Bon avant tout, il fallait se présenter. On ne se connaissait pas d'avant Storybrooke. Et nous ne nous étions à peine parlés pendant la malédiction. Et après... Ça allait arriver maintenant!

«Bonjour Regina Mills. Je suis Johanna Hopkins, paysagiste. On doit parler de toute urgence. À propos de la malédiction que vous avez crée et des ennuis que ça me crée »

Net, précis. Je ne pouvais pas faire plus clair. On allait rentrer dans le vif du sujet. Peut-être bien qu'elle allait me renvoyer. Mais j'étais têtue comme une mule, et je n'allais pas bouger avant d'avoir les réponses à mes questions et qu'on ait trouvé la solution à mon problème. C'était quand même à elle de régler cela puisqu'elle avait tout déclenché!

« Je sais que vous n'êtes sûrement pas d'humeur, que vous n'avez aucune envie de me voir. Mais je dois savoir. Vous devez m'aider. C'est votre boulot !»
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Jeu 12 Mai - 16:15


Trouble
Je sais ce que ça fait d'avoir une vie de chien aussi.

Des cris raisonnaient dans sa tête. Des hurlements qui ne cessent de tourner dans son esprit. Elle ressentait du désespoir, de la peine et de la douleur.  Elle regardait les paysans courir loin d'elle, hurlant, agonisant. Certains étaient au sol. Le chaos régnait en maître dans ce village qui aurait pu être paisible sans tous ces morts, sans tout ce désordre. Elle voyait du sang couler, des hurlements de douleur et de désespoir. Les gens se hâtaient pour la fuir. Dans ce chaos , elle restait là , régnant en maître sur ce village en cendre. Le feu brûlait les maisons et dans tout ça, dans tout ce malheur, cette tristesse et ce désespoir, Regina n'en était qu'euphorique de voir ça. Elle était celle qui avait créé cette misère, ce désespoir. Les paysans souffraient autant qu'elle avait souffert. Elle entendait des pleurs, voyait du sang couler, des larmes de douleurs et de peine couler. Ils la regardaient, leur demandant silencieusement de la pitié. Elle se fichait bien de leur demande. Ils priaient Dieu pour qu'elle les épargne mais Dieu était sourd. Il restait sourd à leurs prières. Elle était là, trônant sur ce chaos qui était le siens.  La Méchante Reine inspirait la crainte, le malheur et la terreur. Elle inspirait le mal à l'état pur. Elle riait du malheur des paysans, elle s'amusait telle une enfant à son goûter d'anniversaire. Sans crier gare, quelque chose la poignarda, la percuta avec violence. Une douleur s'insinuait dans sa poitrine, une liquide coulant le long de sa poitrine. Sa vision était trouble, floue, la douleur partit dans tous ses membres qui s'engourdissait. Elle baissait les yeux, en voyant une épée plantée dans sa poitrine. Tombant à genoux, elle tombait lourdement au sol. Les cris se transformaient en des rires, relevant sa vision trouble, elle vit avec effroi, Henry et Emma rire de son malheur. Elle toussa, cracha du sang. Son sang coulait à flot. Petit à petit, elle se mourrait dans une agonie totale. Au dernier battement sourd de son coeur, sa vision était noircie, les ténèbres l'avaient submergée. Un dernier regard vers son fils chéri, vers le ciel étoilé puis plus rien.

Son coeur bondit hors de sa poitrine lorsqu'elle vint à se lever en plein nuit. En sursaut, en sueur. Ce cauchemar lui avait semblé si réel. Voir son fils rire de son malheur ainsi avait brisé son coeur. Son fils ne pouvait pas être aussi cruel qu'elle. Il n'aurait pas pu rire de son malheur. C'était impossible. Son fils avait beau être celui d'Emma, il avait d'avantage de moues d'elle que tous les charmings n'avaient pas. Lorsqu'il réfléchissait, c'était sa moue qui apparaissait non celle d'Emma. Qu'importe ce que le monde disait d'elle. Henry était son fils et il s'inquiétait pour elle. Elle le sentait. Regina ne savait pas pourquoi mais elle arrivait à ressentir de l'inquiétude pour elle. Où était-ce son imagination qui lui jouait des tours ? Son petit cri de désespoir face à la solitude ? Peut-être que son coeur essayait de tempérer sa douleur en espérant cela. Regina haletait, son cauchemar l'avait tourmentée plus qu'autre chose. Tout doucement, elle venait à se lever, passant une main dans ses cheveux noirs soyeux. Un regard vers le miroir, et elle eut un autre sursaut.  Son visage à l'air hautain semblait avoir perdu de sa superbe.

Regina vint dans sa salle de bain où il ne restait que ses affaires personnels. Celle de Henry était à sa place. Ils étaient dans sa chambre où elle passait sans cesse ranger ou rester assise dans son lit à penser. Son absence était pesante mais elle faisait tout pour oublier ce qui lui était arriver et qu'il n'était plus là. Vidant toutes les pièces des affaires de Henry mais elle ne pouvait oublier toutes les années qu'elle avait passé avec lui. Elle se déshabillait et vint sous l'eau chaude de la douche. Il fallait qu'elle se détende, qu'elle se relaxe. Regina restait quelque minutes avant de sortir et de s'habiller d'une manière classe élégante. Vêtue d'une robe noire, de collant. Elle était belle, parfaite. Lissant ses beaux cheveux noirs, se maquillant afin que le rendu soit impeccable. Tout devait être parfait chez elle. L'apparence comptait beaucoup. Personne ne devait voir à quel point, elle défaillait dans ses ténèbres.

Une fois qu'elle fut satisfaite du résultat, elle vint à se faire à manger et lire un bon livre avec un bon verre de vin rouge. L'alcool était son seul ami face à la solitude qui pesait sur ses épaules. Bientôt, tout allait changer. Bientôt, elle retrouvera le contrôle de sa magie. Bientôt, Emma se fera poignarder comme dans son cauchemar et elle retrouvera son fils. Il sera de retour dans la maison. Dans cette maison trop propre et trop grande pour elle, elle s'ennuyait ferme. Son livre la berçait tout doucement, l'amenant dans ses songes tourmentés. Le temps passait, mais elle n'avait plus cette notion. Soudain, elle entendit quelqu'un toquer à sa porte. Fronçant les sourcils, elle quittait tout doucement son petit confort pour ouvrir la porte. Tu ne lui disais rien mais à ta façon de te tenir. Tu ne lui semblais pas hostile mais Regina restait méfiante. T'aider ? Pourquoi diable le ferait-elle.

Elle eut un rictus mauvais en te regardant. Elle n'avait rien à craindre de toi et de tes yeux de chiens battus.

-Pourquoi Diable vous aiderais-je ? D'autant plus que je me fiche bien de vos ennuis et ce que la malédiction a bien pu vous faire, déclara-t-elle d'une manière hargneuse. D'autant plus que je ne peux pas vous aider et quand bien même, je pourrais vous aider, je ne le ferais, votre sort m'indiffère ,ajouta l'ancienne mairesse.

Regina ne voulait aider personne, ce n'était pas son boulot à elle mais celui des héros. Regina devait que de tuer.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Dim 15 Mai - 20:18

J'étais surprise par les paroles de la brune. J'avais l'impression de voir une autre personne devant moi. Peut-être que la fin de cette malédiction l'avait rendu très amère. Bien entendu les plaintes des autres personnes avaient dû l'assombrir, mais à ce point, j'étais quelque peu choquée. Ou peut-être était-ce ma méthode d'approche. Peut-être que j'avais été trop directe. Dans tous les cas elle était extrêmement franche comme femme. Je tentais de me ressaisir même si je savais que ma voix tremblait quelque peu devant sa prestance, mais je ne voulais aucunement me laisser faire devant cette femme.


«Pardon? Vous avez été mairesse, c'était bien pour vous occuper de la ville et de tous les problèmes que ça engendrerait non? Et je suis sûre que vous pouvez m'aider! Qui ne voudrait pas aider quelqu'un? En plus je suis quasiment sûre que ce soit dans vos cordes! De plus c'est à cause de votre malédiction que je me trouve dans cette situation! Si encore j'avais gardé mon apparence d'antan!»


Je me stoppais net. Non, c'était pas exactement ce que je voulais dire. Si elle pensait que c'était ça que je voulais et qu'elle exécutait mes paroles je ne pourrais plus parler à Balto! Je ne voulais pas retourner à mon apparence animale, même si j'appréciais certes d'avoir été une chienne. Avoir été un husky avait été agréable, avoir mes maîtres, recevoir de l'affection, jouer avec eux, me promener avec eux. Oui, tant d'activités qui étaient si plaisantes. J'avais aimé être là pour ces moments. Mais dorénavant, je devais y faire avec ma nouvelle identité. Être Johanna Hopkins était encore plus plaisant, d'autant que je comprenais maintenant les êtres humains, ou du moins leur parler. Même mon boulot me permettait de m'intégrer socialement. Et mon métier m'épanouissait, j'arrivais à faire quelque avec mes pattes. Non, mes doigts! Quel plaisir c'était que de pouvoir manger à l'heure à laquelle on souhaitait, de se préparer son repas et aussi cette liberté!


«-NON! Enfin, c'est pas ce que j'ai voulu dire! Je suis très contente d'être comme ça, d'être humaine, même si j'avoue y'a des choses qui me dérangent mais...»


Je m'égarais. Là c'est sûr elle n'allait rien comprendre à ce que je tentais de dire. Déjà qu'elle n'était pas d'humeur alors là elle allait saisir l'occasion de me fermer la porte au nez! Et ce n'était pas ce que je voulais! Il fallait que je garde son attention et que je la convaincs de m'aider dans ma quête! Je ne voyais qu'elle pour m'aider!


«-Bref, je suis extrêmement heureuse d'être humaine. Il n'y a pas de problèmes là-dessus. Cette malédiction m'a permis de nombreuses choses et activités que je n'aurais pu réaliser avant celle-ci. J'aime bien ce corps, même si c'est étrange de devoir m'habiller et de pouvoir parler à vous les humains. Mais voilà ce problème concerne une humaine particulière! Le fait de m'avoir donné cette apparence ne me permet pas de lui révéler ma véritable identité. Je sais qui elle est, qui elle était auparavant, mais elle, elle ne peut pas me reconnaître.»

Je soupirais. Difficile de se pointer comme ça et de révéler qu'on était en fait l'animal de compagnie auparavant! Qui n'irait pas m'envoyer à l'asile de fous? Tout le monde! Bien sûr Balto viendrait sûrement me rendre visite. Mais s'il disait que lui aussi était animal auparavant il viendrait rapidement me rejoindre. J'avais bien envie de partager des choses avec lui mais pas forcément mes galères. Il n'en avait aucunement besoin! Alors autant venir régler le problème devant celle qui avait crée cette malédiction. Mais peut-être qu'en fait c'est elle qui me prendrait pour une folle.


«-Voyez-vous, auparavant, elle était ma petite maîtresse et ne m'a jamais connu sous cette forme! J'étais un husky! Maintenant qu'elle a recouvré tous ses souvenirs, bien entendu elle se rappelle d'auparavant. Mais c'est déjà dur de subir 2 passés à la fois! Moi-même j'ai du mal à comprendre comment je peux avoir deux passés. Alors imaginez pour une fillette voir débouler chez elle sa voisine qui lui annonce qu'elle était sa chienne dans son premier passé!»

Bon ça faisait beaucoup de révélations pour elle. Mais j'avais bien résumé la situation de cette façon. Elle ne pouvait pas rester insensible à mon problème! Qui n'aimait pas voir se retrouver des êtres chers?


«-Alors trouvez-moi une solution, s'il vous plait! Je ne veux pas rester une inconnue pour elle, ou du moins juste sa voisine! Tout ce qu'on a vécu, je ne peux pas le garder que pour moi! Mais je ne veux pas la brusquer et la perdre en lui annonçant qui je suis. Vous comprenez, n'est-ce pas?»

Je joignais mes deux mains, comme une prière. Forcément on m'avait déjà appris le tour "fais le beau" mais je n'étais pas sûr que lui faire cela l'aiderait à changer d'avis. De plus les humains préféraient lorsqu'on avait un comportement dit "humain". Sortir la langue en montrant mes deux pattes l'aurait certainement choquée. Ou même gémir l'aurait montré certainement plus réticente.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Lun 16 Mai - 17:56


Trouble
Je sais ce que ça fait d'avoir une vie de chien aussi.

Un chien ? Une chienne plutôt ? Elle avait en face d'elle, une chienne. Un animal à quatre pattes qui passait son temps à dormir ou à aboyer. Ou encore à laisser des poils dans toutes la maison. Regina adorait les animaux mais les chiens, elle s'en méfiait. Elle préférait des animaux plus distraits comme les chats, les oiseaux. Regina préférait les oiseaux, ils représentaient la liberté, l'espoir. Ils représentaient la pureté ou la noirceur. Ils étaient des animaux nobles comparés aux chiens. Regina sombrait déjà dans la folie toute seule sans pour autant que tu rajoutes une couche. Une énorme couche d'ailleurs. Ton histoire l'intéressait guère. Mais les bribes qui parvenaient à ses oreilles , la perturbaient. Comment pouvait-elle régler un tel problème ? Alors qu'elle n'avait jamais réussi à régler ses propres problèmes. Regina arquait un sourcil tandis que tu t'embrouillais clairement dans tes explications. Elle sentait une migraine pointer dans sa tête. L'ancienne mairesse n'en pouvait plus de tes explications, elle s'attendait presque à ce que tu lui fasses des chiens battus. Décidément, elle commençait à détester les chiens, sauf Pongo. Elle aimait bien ce dalmatien, c'était le seul chien qu'elle aimait.

Elle t'écoutait parler encore et encore. Regina ne te prenait pas pour une folle. Mais elle n'avait pas de moyen pour t'aider. L'ancienne mairesse ne savait pas comment t'aider, elle n'a jamais eu affaire à ce genre de situation. Généralement, elle fuyait ce genre de choses. Elle ne savait pas les gérer. Gérer un royaume était facile, une ville très facile mais les relations, c'était beaucoup plus compliqué que cela. Pauvre de toi, tu sonnais vraiment à la mauvaise porte. Regina n'était pas douée pour aider les autres. Elle ne s'aidait pas elle-même.

- J'étais mairesse, je dirigeais la ville et des problèmes financiers , mais pas les problèmes personnels des habitants, très cher. Je ne peux rien faire. Vous venez sonner à la mauvaise porte pour un conseil ou encore de l'aide. Même si je voulais vous aider, je ne pourrais pas. Je ne suis pas douée pour les relations humaines et encore moins pour les relations canines. Je ne sais pas comment pourrais-je vous aider ? Je ne suis que la méchante reine, une sorcière, une meurtrière, un monstre. Alors non, je ne vous comprends pas. Je ne serais pas quoi faire à votre place, si vous voulez un bon conseil, ce n'est pas à moi que vous devez aller voir, mais ma chère belle-fille qui sache que de dégouliner d'amour et de joie, déclara Regina tout doucement.

Sa voix était rauque, elle n'était pas en colère mais résignée à te faire partir, à te faire comprendre que Regina et son aide allaient aggraver la situation. Si ses conseils , ses valeurs auraient fonctionné, elle ne serait pas dans cette situation. L'ancienne mairesse n'aurait pas eu une telle mauvaise vie. Elle te regardait faire le beau version humain, que c'était étrange et vraiment pas mignon.

- Tout ce que je peux vous dire, c'est que vous avez dû être un mauvais chien, un méchant chien pour que vous vous retrouver dans cette situation, s'enquit-elle moqueuse.

Regina ne savait pas vraiment quoi faire pour te faire partir, tu semblais vraiment déterminée à ne pas partir. Tu voulais vraiment qu'elle t'aide, cela la faisait rire et la mettre mal à l'aise. Depuis Henry, tu étais la seule personne à vouloir cela. Et, vu le résultat de la dernière fois qu'elle avait fait ça, était vraiment catastrophique.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Jeu 19 Mai - 5:28

J'aime bien les âmes torturées. C'était peut-être une observation bénine que je me faisais, il fallait voir qui était mon compagnon! À croire que les personnes qui semblaient être à l'opposé de ce que l'on attendait m'intéressait. Et au vu de son discours elle semblait... Désespérée ? Non... Triste. Les chiens détectent lorsque les humains sont tristes. «Vous m'avez l'air d'en faire parti. » C'est ce que j'avais envie de dire. Mais peut-être que je me trompais et qu'elle me mettrait un vent. Déjà qu'elle n'était pas contente de me voir, ce n'était peut-être pas le moment pour faire de la pseudo psychologie. Elle se plaignait de l'image qu'on véhiculait sur elle-même. Ayant écouté les diverses rumeurs courant à son propos je ne pouvais pas la contredire. Mais l'idée qu'on pouvait changer son image m'effleurait l'esprit. Certes, elle ne pourrait pas faire de campagne comme les présidents, mais peut-être avec des petits actes?

«Justement vous ne voudriez pas avoir une nouvelle image? Lorsqu'on fait des efforts on peut y arriver. Je sais ce que ça fait d'avoir tout le monde sur son dos, d'être persécuté, de recevoir des coups de pieds et d'être traité pire qu'un chien. Non pas que j'ai déjà eu à vivre ça. Mais je connais un chien. Non un loup. Enfin, on s'en fiche de ce qu'il est mais de qui il est réellement à l'intérieur c'est ça le plus important. Il était détesté mais il a accomplit un exploit même si tout le monde était envers lui et ne croyait pas en lui. Et cela lui a permis d'acquérir une nouvelle opinion. Les humains ne l'ont plus vu comme un voyou. Et les chiens ont commencé à éprouver un certain respect envers lui.»

Bon forcément, la situation ne semblait pas être pareil du côté de cette femme. Vu comment elle se décrivait ça n'allait pas être simple. Mais elle semblait avoir un semblant de parcours en commun avec Balto. Certes il n'avait pas été un meurtrier ou un criminel. Mais il avait été vu comme un monstre pendant une longue période. Il s'en était finalement sorti en montrant qui il était vraiment. La mairesse me montrait qu'elle n'avait aucune solution pour moi. Et qu'il valait mieux aller rendre visite à sa belle-fille. Sa belle-fille? Elle en avait une? Je n'en avais jamais entendu parler! À quoi pouvait-elle bien pouvoir ressembler? C'était cette blonde qui était arrivée comme ça? Ou alors la brune aux cheveux courts? Je tentais de renifler discrètement. Pas d'odeur en commun. Que ce soit avec l'une ou avec l'autre. Mais en même temps c'était sensée être sa belle-fille. Attends, Regina Mills s'était déjà mariée? Mais avec qui? Je ne l'avais jamais vu fréquenter un homme. Ou alors il était très bien caché.

«Cette fin de malédiction sonne comme une seconde chance. Il faut savoir se pardonner et se faire pardonner. Ce n'est pas une tâche aisée, je peux le concevoir. Mais avec beaucoup de temps on peut y arriver non?»

Oh, là ça allait droit das mon cœur, ça me faisait même mal qu'elle ait pu dire ça.! J'avais l'impression qu'elle avait cassé mon cœur en mille morceaux! Si je pouvais l'identifier à une plante, je crois qu'elle pourrait ressembler à un cactus, vu des piques qu'elle m'adressait en pleine figure. Non! Elle était plutôt une rose. Très belle de l'extérieur, qui avait cette classe qu'on s'évertuait à admirer. À coup sûr l' intérieur de sa maison devait revêtir de nombreux objets onéreux ou fait avec des matériaux précieux. Je pouvais déjà imaginer des tableaux somptueux, des statuettes en ivoire ou encore un carrelage impeccablement bien nettoyé. Elle avait l'art d'inspirer ou de montrer ce style, cette allule si élégante que j'admirais d'un œil discret. Mais lorsqu'on l'approchait de trop près elle s'avérait être très piquante et très blessante. Si elle avait voulu me toucher, Regina Mills avait bien réussi son coup. Mais était-ce vrai ? Si j'étais transformée en humaine était-ce parce que j'avais été vilaine envers ma petite maîtresse? J'aurais donc purement et simplement mérité cette apparence qui se révélait être une punition? Non ce n'était pas possible!

«Pardon? Être un vilain chien ? Je ne peux pas accepter cette remarque! C'est totalement injuste ce que vous dites!»
Soudainement je me stoppais. Rosy n'aurait certainement pas aimé que je grogne ou que j’aboie face à une personne, elle ou ses parents m'auraient sûrement réprimandés. Et je réfléchissais. Si elle, Regina Mills, était détestait d'une grande partie de la population, c'était donc qu'elle était aussi punie. Pourtant, elle l'avait crée de toutes pièces sa malédiction. Il y avait donc un revers. Mais pour ma part j'avais plus de points positifs dans cette nouvelle vie en tant qu'humaine. Certes, ma visite était en partie dû à cause de cette apparence humaine. Pourtant cette malédiction n'était-ce pas une seconde chance? Je ne connaissais pas vraiment les motifs de ce sort, ni même les raisons qui l'avaient poussés à agir ainsi. Néanmoins, personne ici n'avait été tué par celle-ci, j'en aurais entendu parler, non? Peut-être qu'ici la mairesse avait changée et était devenue meilleure.

«Bon, c'est vrai. J'admets que j'ai eu mes tords et commis des fautes par dizaine. Mais j'ai aussi agit de cette façon pour ma maîtresse. Je sais que j'aurais dû rester à son chevet à Nome, mais ... Mais pour elle j'aurais bien risqué ma vie. C'est l'une des raisons pour lesquelles je veux être plus impliquée. Je veux faire partie de sa vie. C'est pourquoi je viens vous voir. Je suis sûre que vous devez avoir des solutions à me proposer. Vous avez l'air d'être une personne déterminer et qui sait ce qu'elle veut. Vous avez peut-être pris de mauvaises décisions auparavant. Cependant à Storybrooke, vous avez réussi à régler un bon nombre de soucis et vous avez réussi à organiser la ville. Et pourtant, être mairesse implique aussi de s'impliquer dans les relations humaines. On dirait que vous vous sous-estimez. Pourtant je ne vois pas de quoi vous pouvez bien avoir peur.»

J'avais envie de laisser tomber ma pelle et de lui prendre ses mains, comme pour la rassurer. Cependant, j'avais l'intuition que si je l'avais fait, celle-ci m'aurait rejetée et ça aurait été la fin. Pourtant j'étais décidée, têtue comme un âne je ne perdais pas mon objectif premier!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Ven 20 Mai - 16:48


Trouble
Je sais ce que ça fait d'avoir une vie de chien aussi.

Une belle rose rouge, flamboyante, magnifique et enivrante, faisant admirer le monde entier par sa beauté, son élégance, sa couleur d'un rouge sang et son odeur enivrante qui hypnotisait tout le monde. Ses pétales d'une douceur sans égale, comme de la soie rouge. Elle était si belle à cette époque où elle était ce bouton de rose, doux et innocent. Beau et qui ne demandait qu'à s'éclore avec une douceur et une élégance sans égale. Regina avait été ce bouton doux et innocent qui n'avait jamais pu s'éclore gracieusement. Certes, elle était devenue une belle rose qui captivait le monde mais elle n'était qu'une rose ténébreuse. Les gens étaient attirés par elle à cause de ses ténèbres qui enveloppaient ses pétales soyeuses, les ternissant, les noircissant. Ses piques n'étaient que du poison. Elle n'était plus une rose rouge qu'elle avait été mais une rose noire qui commençait à se faner tout doucement. Elle allait perdre ses pétales qui n'étaient plus soyeuses mais dure et raide. C'était désagréable de la toucher, personne ne voulait la toucher. Elle n'était qu'une mauvaise rose néfaste pour le monde entier.

Regina fronçait les sourcils en te regardant. Elle ne comprenait pas ce que tu voulais. Regina voulait être tranquille et se retenir d'utiliser la magie pour tout et n'importe quoi en espérant que de se faire toute petite, allait calmer les autres. Pourquoi insistais-tu ? Pourquoi t'essayais de la comprendre ? Etre mairesse était de ne pas s'impliquer dans les histoires personnelles. Elle était une politicienne, une reine avant tout. Elle avait été une meilleure reine que Léopold. Elle avait mieux dirigé le royaume malgré sa cruauté et ses massacres, un marché fleurissant, un royaume qui prospérait malgré ses ténèbres. Aucune menace sur son royaume. La seule guerre fut Regina contre elle-même. Aucune guerre. Personne osait se frotter à elle sauf elle-même. Regina était encore et toujours en guerre contre elle-même. A Storybrooke, elle ne le fit pas avec Henry mais maintenant qu'il n'était plus là dans sa maison. Elle commençait petit à petit à se faire la guerre contre elle-même et sa magie qui commençait à empoisonner son coeur déjà bien noirci par la haine et le mal qui s'était ancré en elle.

- Ecoute, petite, le chien, ou je ne sais pas trop qui. Je ne sais pas ce que tu as fais de mal, c'est sur que tu ne joues pas dans la même cour que moi, tu es bien trop douce, trop gentille et pas assez fière. Tu ne sais pas ce que ça fait d'être une humaine qui n'avait pas eu le choix que de faire du mal pour exister à nouveau. Tu ne sais pas ce que ça fait de se faire traiter comme un monstre alors qu'en réalité, tu es juste une victime. Un chien, un loup, ce n'est pas pareil pour un Homme, pour une femme. J'étais pleinement consciente de mes actes et je ne les regrette pas. Je ne regrette pas d'avoir tué mon père, d'avoir commis des actes innommables et remplis de cruauté. Encore moins d'avoir lancé cette malédiction, est-ce clair petite ? Demanda Regina d'un ton hostile.

Ses yeux te regardaient, te lançaient des éclairs. Elle avait l'impression que tu lui comparais à un vulgaire loup de pacotille. Regina était énervée par tes mots, tes phrases. Finalement, elle te préférait en chien finalement. Elle comprenait ton désarroi et peut-être celui de la petite fille. Elle le comprenait mais Regina était bien trop fière pour le dire. Enfant, elle aurait aimé avoir un chien, avoir un confident loyale et fidèle à elle. Un animal de compagnie qui effaçait la solitude qu'elle avait à être une enfant unique dans un mariage forcé et sans amour. Elle aurait aimé avoir un ami qui ne disait pas ses secrets, qui l'écoutaient sans parler. Un ami à serrer dans ses bras lorsque tout allait mal. Mais elle n'avait pas eu cette chance et maintenant, elle rêvait d'avoir un chien là maintenant. Elle rêvait de te transformer en un chien, cela réglera ton affaire et aussi la sienne, qui était de ne plus t'entendre.

Elle sentait une migraine venir se pointer d'une façon fulgurante. Elle avait l'impression d'être léthargique, d'être aveugle, d'avoir une mauvaise vision. Elle te regardait sans te regarder. Ecoutant tes paroles l'agacer. Regina était en colère, véritablement en colère. La colère faisait partie de sa vie, elle régnait en maître sur tous les autres sentiments qu'elle était capable d'éprouver comme l'amour pour son fils, la fierté mal placé et surtout, la tristesse. La tristesse ne l'avait pas quittée depuis que Henry et Daniel étaient partis loin d'elle, un c'était irrémédiable et l'autre, si elle n'arrivait pas à se contenir, cela n'allait pas tarder à l'être. Regina préférait te lancer un regard noir, se tenant comme un cobra prêt à fondre sur sa victime pour la mordre et véhiculer son venin mortel.

Tu ne pouvais pas accepter la remarque. Regina ne pouvait accepter ton ton et tes valeurs qui ne la touchaient pas. Combien de personnes venaient la voir en disant cela pour finir que par la tromper ? Combien de personnes lui avaient fait le coup lorsqu'elle était arrivée à la cour du Roi ? Combien de personnes l'avaient trahie en se croyant pur ou encore qui lui avaient dit ses valeurs ? Une personne l'avait trahie ainsi sans vergogne. Blanche-Neige. Cette petite fille avait eu la même lueur dans le regard, Regina avait pensé que son coeur soit pur comme son prénom l'indique mais c'était faux , tout n'était qu'une question d'apparence. Elle ne pouvait pas t'aider quand bien même, elle pourrait le faire, elle ne savait pas quoi faire.

Regina eut un soupire et leva la main en signe de pause, son autre main balaya ses cheveux pour aérer son visage et se contenir à minimum pour ne pas te tuer, te lacérer, te brûler ou tout simplement t'arracher le coeur.

- Ecoutes-moi bien, je ne sais pas comment t'aider. La seule chose que je peux faire dans ce cas , c'était de te retransformer en chien. Je ne peux rien faire pour toi, et si tu cherches de bons conseils, ne va pas voir les mauvaises personnes comme moi, cela te va ? Je ne peux rien faire pour toi ? Que veux-tu à la fin ? Demanda Regina.

Elle avait l'impression de péter un câble, elle avait envie de te tuer, elle se retenait de le faire. Elle se retenait de tuer tout le monde.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Sam 28 Mai - 17:58

Elle ne regrettait pas ? Elle avait tué son père? Pardon? Pourquoi ne regrettait-elle pas? Et cette malédiction elle ne la regrettait pas non plus? M'étais-je pleinement trompée sur son compte? J'écarquillais les yeux par ces révélations. Je croyais que ce n'était que des histoires à dormir debout. Mais confirmés par la personne en question ça faisait un choc. Whaou. Je ne l'avais jamais vu ainsi, ou du moins n'avait jamais vu la mairesse sous ce jour si sombre. C'était étrange de voir une personnalité se révéler d'un seul coup. Avait-elle d'autres fantômes dans son placard? D'autres secrets encore gardés au fond d'elle? Pourtant, à Storybrooke je n'avais aucunement entendu parler d'une quelconque disparition. Ou de meurtre. À moins que je ne sois trop petite... Mais cette façon d'être, était-ce finalement une façon pour elle d'éloigner les personnes en avouant des crimes qu'elle n'avait jamais commis pour qu'on la laisse tranquille? Et si elle les avait en effet commis, tous ces meurtres, pourquoi n'était-elle pas incarcérée en prison? Je n'en avais strictement aucune idée.

Peut-être était-elle une personne qui aimait la solitude et c'était la raison pour laquelle elle disait tout ça. Mais cela était étrange pour une femme qui avait adopté un enfant et qui était devenu mairesse de notre ville. Probablement était-ce aussi dû aux personnes qui lui avaient sûrement envoyés des messages d'insultes à son encontre. Ou encore la visite impromptue des visiteurs. Ou un peu de tout ça. Et il y avait moi. En effet, Je n'arrangeais pas forcément la situation. Sauf que moi, au contraire des autres personnes qui ne souhaitaient que du mal, la seule chose que je souhaitais, que je désirais ardemment, était qu'elle me donne une solution que je ne possédais pas. Et c'était tout. Je ne lui demandais pas de devenir riche, de retrouver un ancien amoureux ou encore la vie d'un innocent.

D'ailleurs je sentais son regard oppressant sur moi. C'était assez dingue, j'avais la nette impression qu'elle n'avait qu'une seule envie, me renvoyer chez moi à coup de batte ou me faire disparaître comme par magie. Avec le ton qu'elle employait à mon égard, je me sentais quelque peu traitée comme une enfant, me faisant gronder parce que j'avais commis une bêtise. Ou comme un chien justement. Je baissais même les yeux. Mes oreilles se seraient sûrement abaissée. Même mes doigts semblaient hésitants. Oui, Regina Mills était classe, très belle mais inspirait aussi la peur. Personne ne devait avoir eu envie de lui désobéir autrefois. Au jour d'aujourd'hui, je plaignais maintenant le pauvre Henry lorsque sa mère avait dû découvrir les bêtises qu'il avait faites.

«Heu... Oui c'est plus que clair.»

Maman aurais-je du ajouter. Mais ce n'était pas le moment pour improviser une petite blague. De plus,elle ne semblait pas encline à vouloir apprécier mon humour. Et elle m'aurait peut-être tuée sur place. Elle aurait sûrement fait de moi de la chair à saucisse! Ce que je ne voulais absolument pas. Je tenais à rester encore en vie!
Je me grattais la tête. Bon il semblait qu'elle ne me donnerait rien d'autre que de me transformer de nouveau en husky. Même sa main semblait pour moi une sorte de bouclier, pour se protéger de moi. Voir m'arrêter dans mes supplications. Cependant, c'était étrange qu'elle me sorte ce discours sur les mauvaises personnes. Si elle était réellement une mauvaise personne, comme elle se définissait elle-même, pourquoi me donnait-elle ce conseil? C'était assez paradoxal en soi! On se croyait presque dans l'univers d'Alice aux pays des Merveilles!

«Ah non non non! Mon apparence me va très bien! C'est tout aussi bien de ne pas avoir de queue et de voir qu'on ne marche plus dessus! Et puis parler aux humains est merveilleux, comme avec vous!»

Bon c'est vrai que ça me manquait d'être une chienne. Mais gérer une maison en redevenant un husky c'était peine perdue. Comment pourrais-je cuisiner? Fermer la porte à clé? Écrire? Et même travailler? Oui ça résoudrait une partie des problèmes, mais ça en rajouterait une longue liste. Ou alors aller voir à chaque fois la mairesse pour qu'elle me change à loisir. Non, là j'en demanderais trop. Je voyais bien l'ancienne mairesse me changer une fois, mais pas une seconde fois. Dans un sens, je pouvais comprendre, venir la voir pour se changer à loisir, elle en aurait marre. En outre, ne fallait-il pas un objet quelconque? Ou donner quelque chose de soi? Et que pouvais-je donner qu'elle ne possédait pas?

«Je voulais juste des conseils, ou du moins une solution appropriée. Quelque chose pour qu'elle ne puisse pas être choquée et lui faire accepter cela. Mais si vous, vous n'avez aucune solution... Ce n'est pas la peine n'est-ce pas ? Je pensais que vous auriez une solution autre que de me changer de nouveau en chienne. C'est très gentil de votre part bien entendu et je ne crache pas sur votre solution mais...»

Et si finalement je tentais? Qu'est-ce que ça allait me coûter? Une autre réprimande de sa part? Un ton beaucoup plus élevé me disant que j'avais du culot? Un autre regard noir? Une autre malédiction? Allez, il fallait se jeter à l'eau! Je n'étais plus une petite fille, ou un chiot. Au choix. J'étais une adulte! Je n'avais pas à avoir peur de Regina Mills! Elle était humaine. Sorcière aussi. Mais humaine! Elle avait comme tout un chacun des sentiments! Et ça se voyait au vu de sa figure! J'avais comme repris du poil de bête et me lançait!

«Vous avez un sort pour pouvoir me transformer à volonté? Enfin je veux dire sans faire à chaque fois des allers-retours permanent pour que je puisse alterner d'une apparence à une autre?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Dim 29 Mai - 12:20


Trouble
Je sais ce que ça fait d'avoir une vie de chien aussi.

Elle avait eu tort de parler ses démons à une inconnue. Elle ne regrettait pas ce qu'elle avait fait parce que grâce au sacrifice de son père, de toutes ses personnes, elle avait pu enfin goûté à un petit morceau de paradis, de bonheur à l'état pur en ayant Henry. Porter ce petit bébé dans ses bras, faible, dépendant d'elle l'avait bouleversée plus qu'elle laissait paraître. Maintenant ce beau petit bébé qui l'avait aimée, regardée avec ferveur avait grandi et était devenu un jeune garçon qui pensait que le monde était fait de noir et de blanc, et elle était noire de la tête aux pieds à ses yeux. Regina n'avait jamais été la vraie méchante, oui, elle avait été cruelle et déterminée dans sa manière de se venger, oui, elle était une meurtrière et avait commis des crimes horribles mais qui ne l'aurait pas fait en ayant la même vie qu'elle ? D'avoir été condamnée à un rôle qu'on ne voulait pas ? D'avoir une personne nous empêcher de faire nos propres choix, nos erreurs en usant de la manipulation et la cruauté ? D'avoir été condamné à se marier à un homme qui ne la regardait pas ? D'avoir perdu un bébé à cause de cet homme qui avait été heureux de ne pas avoir d'autre héritier que sa charmante petite fille ? De ne pas avoir été aimé tout court pendant des années, de se sentir prisonnière d'une vie horrible ? Qui n'aurait pas été emporter par les ténèbres face à ce désastre qu'était sa vie ? Personne.

Personne ne connaissait son histoire, tout le monde se contentait de la version de Blanche-Neige, sa belle-fille qui avait tout gâché. Elle te regardait, elle sentait qu'au fond tu étais sincère et tu voulais vraiment qu'elle t'aide mais tout ce qu'elle pouvait, c'était de te transformer en chien. Ce que tu ne voulais pas au vu de ton insistance. Tu semblais vouloir rester humain au vu de tes mots, ce que Regina ne comprenait pas. Les humains étaient trop complexes, difficiles, trop imbu d'eux, trop sournois et vicieux. Au moins, les chiens étaient sincères dans leurs démarches, ils ne pensaient jamais à mal. Regina pensait qu'au moins, toi , tu étais sincère dans tes intentions. Tu voulais tout simplement retrouvé ta maîtresse tout comme Regina, son fils. Pensive, elle te regardait. Un sort pour la transformer à volonté peut-être mais comment expliquer à la petite fille qui pourrait la voir changer d'apparence. La seule chose que tu pouvais faire, c'était d'en parler à la petite fille avec délicatesse. C'était le meilleur moyen de le faire, de lui en parler mais c'était clair qu'il fallait beaucoup de courage pour dire à une petite fille qu'elle était non seulement une baby sitter et son chien.

Regina sentait qu'elle allait le regretter de se montrer gentille mais au moins, c'était peut-être un pas de plus vers Henry son fils. Tout doucement, elle vint à se pousser te faisant un signe pour que tu puisses entrer. Elle savait que c'était une bêtise, une véritable bêtise. Mais elle ne pouvait s'en empêcher, d'une manière étrange, elle se voyait en toi. Elle se retrouvait dans la même situation avec son fils. Elle ne pouvait pas lui dire ce qui s'était vraiment passé durant son enfance et sa jeunesse, durant son mariage pitoyable avec ce roi de pacotille qui ne la voyait que comme une poupée qu'il pouvait prendre et jeter quand il voulait, de ce sentiment amer d'élever un enfant alors que tu en étais encore un. D'élever l'enfant qui t'avait tout volé.

D'un habile signe de main, élégant et gracile qui sonnait à la fois impérieux et comme un ordre. Le signe d'une reine qui désignait quelque chose du doigt, un signe qu'elle avait du apprendre de sa mère en la voyant tellement le faire.

-Entres alors, on va en parler à l'intérieur, je vais voir ce que je peux faire même si je suis persuadée que la meilleure solution est de lui dire la vérité avec délicatesse, qu'à cause de la magie , vous êtes devenue une humaine, elle ne vous aimera pas moins, enfin j'espère pour vous, déclara-t-elle.

Regina vint à fermer la porte délicatement après que tu sois entrer, elle vint à marcher devant toi, te doublant avec élégance, perchée sur ses talons d'une vingtaine de centimètres qui claquaient sur le parquet sobre. A l'intérieur , tout était propre et étincelant, signe d'un ménage fait par une maniaque de la propreté. Il faisait sombre, Regina avait fermé les rideaux. Elle vint prendre une bouteille d'alcool et se servir un verre.

-Vous voulez un verre d'alcool ? Demanda Regina d'un ton poli dû à son éducation. Ecoutes, je peux faire de la magie et te donner ta forme quand tu le veux, mais ton problème avec ta maîtresse ne sera pas moins réglé puisque si un jour, elle voit son chien se transformer en sa babysitter, comment vas-tu lui dire ? Ajouta Regina d'une manière astucieuse.

Il fallait penser aux conséquences, au prix de la magie. Regina avait toujours vécu avec les conséquences des actes des autres, c'était dur et elle pensait à la petite maîtresse qui allait être perdu face au changement de tout ça.




copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Lun 6 Juin - 0:20

Le signe sonnait comme une invitation à entrer. Peut-être pas celui dont j'avais eu le plus souvent l'habitude de voir. Sa meilleure solution me donnait mal au ventre. Dire la vérité tout simplement? J'étais douce et patiente. Mais pas sûr qu'une petite fille serait capable de comprendre que sa chienne s'était transformée. Ni que Balto avait pu par la même occasion être humain. Et comment expliquer aux parents que je ne leur avait rien dit? Ils m'en voudraient très certainement. Et comment expliquer à une petite fille que tous les animaux ne se transformaient pas en humain? Enfin j'imagine. Dans les autres pays, ce n'était quand même pas le cas, non?
Le j'espère cassait tout. D'un coup je me demandais si finalement lui avouer la vérité se révélait être une très bonne idée. On n'avait pas idée des réactions des enfants!

Intimidée par la grande maison. Elle était encore mieux que ce que j'imaginais, grande, magnifiquement bien décorée. On aurait presque dit un palais royal. J'osais à peine marcher, de peur de casser quelque chose. Si je pouvais voler je crois que je l'aurais fait. Le petit bruit des talons, le mobilier,  Étrangement, dans cette classe, la noirceur s'y intégrait aussi. J'aurais pensé à un lieu plus éclairé.Pourquoi avoir fermé les rideaux alors que ce n'était pas le soir? Pour ne pas voir les habitants? Pour être seule dans ce lieu qui se révélait au final très silencieux? D'ailleurs où se trouvait l'enfant? Je croyais qu'on entendait les enfants de loin. Elle me proposa un verre.

«Oui s'il vous plait. »

L'éventualité de voir ma petite maîtresse encore plus interloquée de la voir me transformer, me faisait douter de moi. Elle pouvait être blessée de voir que je lui avais menti. Enfin menti, plutôt omis le fait que j'étais les deux.  Ce serait sûrement à partir de là que notre relation se casserait en mille morceaux.

«Je... Je n'y avais pas pensé.»


Je me mordais les lèvres. J'étais quelque peu troublé par ce point que je n'avais pas prévu. Décidément, cette femme était de bon conseil. Toujours incroyable de voir qu'en fait elle réfléchissait mieux que moi aux conséquences. Ou peut-être pas à toutes. Mais comme c'était mon cas, peut-être était-ce plus facile pour elle de pouvoir réfléchir plus aisément.

«Mais ce serait rare non? Si je fais attention ça devrait aller ?

Je savais très bien que je tentais de me persuader par tous les moyens. Mais elle avait bien raison. Un jour cela arriverait, par mégarde, par manque inattention. Ou tout simplement parce qu'elle aura tout simplement grandi et qu'elle comprendra. Un accident était si vite arrivé, alors il ne fallait pas en douter, cela arriverait un jour sans crier gare. Et là, il sera trop tard pour réparer les pots cassés. J'aurais certainement perdu sa confiance, son affection, son attention. Toutes ces choses que je chérissais et qu'elle m'interdirait d'un revers de main.

«Non. En fait. Vous avez peut-être raison.»

Sûrement aurais-je dû ajouter. Elle avait un regard extérieur à la situation. Alors forcément elle pouvait avoir un point de vue différent et voir plus facilement tous les problèmes pouvant être engendrés par une décision.

«Mentir à un enfant c'est une chose lorsque sa vie est en danger. Mais lui mentir pour ça... Je sais que sa vie n'est pas en danger. Enfin, plus maintenant. Peut-être que je me fais trop de mourrons pour rien. Peut-être que comme vous le dites, cela se passera bien. Mais je ne peux m'empêcher d'être inquiète pour l'avenir. Pas vous? Qu'est-ce que vous auriez fait à ma place?»

Je m'étais retournée vers elle avec un air interrogateur. Certes je n'entretenais pas le même lien que pouvait entretenir une mère avec son fils. Mais j'étais curieuse de savoir ce qu'elle aurait fait dans mon cas. Être une mère devait être bien différent de ce que j'imaginais. L'amour du mère devait être bien plus fort que celui que j'éprouvais pour Rosy. À moins que ce ne soit égal?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Sam 11 Juin - 14:47


Trouble
Je sais ce que ça fait d'avoir une vie de chien aussi.

Un jour, un homme célèbre avait déclaré " Nous procréons nos propres démons ". Regina n'avait pas compris cette phrase, ce dicton. Une citation sombre et à la fois remplie de vérité. Une vérité que Regina avait finalement compris.  Regina avait créé ses démons en tombant amoureuse de cet écuyer, de Daniel. En faisant confiance à Blanche-Neige. Elle n'avait pas eu conscience de ce qu'elle venait de faire, au grand dam de son avenir. Sans le savoir, Regina avait créé ses propres démons qui allaient la hanter toute sa vie, toutes ses nuits d'insomnies. Ses démons l'avaient guettée dans les sombres recoins de son coeur qui était déjà endommagé par une jeunesse faite de privations et de morale dures et inflexibles de sa mère. Une mère dure, un père soumis à sa mère qui était cruelle envers elle et le monde entier. Comment avait-elle pu survivre à ça ? A cette femme qui l'avait martyrisée et enchaînée à une horrible vie pour une seule et unique chose. Le pouvoir. Au fil du temps, elle avait appris à aimer le pouvoir. Le pouvoir avait réglé tous ses démons tout comme en créer. Avec le pouvoir, elle avait créer d'autres démons qui la hantaient jours et nuits. Sans relâche, les demons s'en prenaient à elle. Surtout depuis qu'Emma avait brisé la malédiction, ses démons revenaient encore plus à la charge, depuis que Henry ne vivait plus avec elle pour calmer ses démons. Ils étaient là et elle en venait à fermer les rideaux. Elle ne supporte plus rien, même plus la lumière. Heureusement qu'elle rangeait, que tout était trop propre.

Regina eut un soupire en te regardant, elle te comprenait dans un sens. Elle était comme toi, dans une situation compliquée. Une situation qu'elle ne semblait pas trouver de solutions adéquats à tout cela. Tu étais un chien, et elle une humaine mais pourtant malgré la différence d'espèce, tu lui ressemblais quelque peu sur certains points mais elle ne voulait pas le montrer, cela serait un signe de faiblesse et Regina n'était pas faible.

- Quand bien même, très chère, vous prendrez toutes les précautions possibles, vous ne pourrez pas éviter l'inévitable, déclara-t-elle tout doucement en te regardant.

Regina écarquilla les yeux en te voyant demander des conseils et ce qu'elle ferait à ta place, elle n'était pas habituée à tout cela. Regina avait besoin d'un verre en croyant faire une bêtise, une énorme. Elle te servit un verre d'alcool, ces temps-ci, elle ne se résignait pas à cela. Elle pensait à Henry, à ce qu'elle aurait du faire, et ses regrets par rapport à celui-ci.

- Ne mens jamais à un enfant, je l'ai fais avec Henry et maintenant, il est parti chez sa mère biologique. Ne mens pas, elle t'en tiendra rancoeur, dis lui avec de la délicatesse et si tu veux prouver que t'es véritablement sa chienne, tu te transformas en celle-ci. La seule chose que je te conseillerais, c'est de ne pas lui mentir, tu vas le regretter par la suite, s'enquit-elle pensivement.

Elle but son whisky cul sec, avant de le poser bruyamment sur la table en bois. L'alcool ne lui brûlait plus du tout la gorge. La souffrance et la pesante absence de son fils était plus fort que toutes les douleurs physiques, qu'elle pouvait ressentir.



copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Ven 17 Juin - 15:34

L'évidence même. À croire que tous nos actes seraient punis. Je ne savais pas si tout était vrai. Je savais néanmoins que Steele avait été clairement puni, abandonné par tout le monde. Et si j'étais moi-même punie par la suite? Je ne pourrais très certainement pas m'en remettre! Est-ce qu'on pouvait mourir sur place?

«Oui c'est clair. Vous avez raison. Ce serait une pure folie que de faire tout ça pour la perdre.»

Celle-ci me servit un verre d'alcool, je la remerciais simplement, avec un zeste de timidité en prime. J'en buvais quelques gorgées.

«Merci.»

Je serrais mon verre et buvait une gorgée de ce liquide. J'écoutais ses paroles et les buvais. Ce qui était plutôt étrange, ou singulier c'était le passage du vouvoiement au tutoiement. Auparavant, nous semblions avoir un rapport patron élève, voir professeur élève. Mais ce tutoiement... Il semblait insinuer beaucoup de choses. Certes le conseil. Mais ça lui semblait être un conseil d'amie. Je ressentais une certaine douleur de sa part. Et cette répétition sur le verbe "mentir" accentuait le fait que c'était important. Je sentais que ce mensonge avait été trop important et semblait avoir détruit le lien qui l'unissait à son fils. Peut-être même qu'il y avait une once de culpabilité. Elle lui avait menti ? Mais sur quoi? Qu'est-ce qu'elle avait pu lui dire pour que son enfant refuse de la voir? Je ne savais pas ce qui lui faisais le plus de mal. Le fait qu'il ne veuille plus la voir? Qu'il soit parti chez sa mère biologique? Qu'elle s'en voulait de son acte passé? Ou les trois à la fois?

D'ailleurs je remarquais une chose. Malgré le fait qu'elle ais dit auparavant ne rien avoir regretté de tous ses actes, celui-ci semblait lui avoir causé le plus grand tord.  Peut-être qu'elle ne regrettait pas d'avoir menti pour lui. Lui avait-elle menti pour le protéger? Sinon pourquoi est-ce qu'elle ne regretterait rien?
Lorsqu'elle reposa son verra, cela me fit sursauter. Elle semblait bien nerveuse. Ou parler de son fils était un sujet qu'il ne fallait peut-être pas aborder. Dans tous les cas, elle semblait être terriblement attachée à son fils. Il devait être une de ses faiblesses. Tout comme Rosy était la mienne.

«Pourquoi ne lui dites-vous pas que vous êtes désolée?»

Bon elle devait l'avoir déjà fait. C'était une question idiote. Pourquoi avais-je dit cela ? C'était sûr! Elle l'aimait son enfant! Une personne censée l'aurait fait. C'était comme demander à quelqu'un où il avait perdu ses clés la dernière fois où il se souvenait les avoir eu en possession! Bien entendu que la personne avait déjà dû y penser avant notre question. De même que de se souvenir de son parcours! C'était du pareil au même. Je tentais de me rattraper en essayant de rassurer la mère.

«Vous savez...Il reviendra. Elle est peut-être sa mère biologique. Mais c'est vous qui l'avez élevé durant tout ce temps,qui lui avez donné de l'amour, un toit, une éducation. C'est pas à cet âge-là qu'ils commencent à haïr les adultes et faire leurs crises d'adolescence. C'est un moment difficile, que je peux comprendre.»

Non je ne disais pas avoir été dans la même situation. Mais en tant que chien, si on me demandais de choisir entre mes parents biologiques et mes maîtres, le choix serait vite fait. Mes maîtres l'emporteraient haut la main. Je leur étais redevable de m'avoir élevée, de m'avoir pris chez eux. Mes parents biologiques, je ne m'en rappelais plus vraiment. J'étais jeune lorsqu'on m'avait adopté. Et même à Storybrooke, les parents que j'avais eu n'étaient pas eux. Je l'avais senti à l'odeur. D'une voix certaine, j'affirmais mes dires.

«Il est peut-être en colère contre vous mais je vous assure qu'il reviendra. Il tente peut-être de savoir qui il est, d'où il vient, ses racines en somme. Ce n'est pas plaisant pour vous. Et c'est très dur. Mais je peux vous assurer qu'il vous aime et qu'il doit vous estimer. De plus il a encore besoin de vous pour se construire. Vous êtes sa mère après tout. Vous avez une place très importante dans sa vie qu'il ne pourra jamais, au grand jamais, renier. Soyez-en sûre!»

Peut-être que mes mots n'allaient pas l'apaiser. Pourtant j'étais sûre que leur relation s'arrangerait un jour. Elle était sa mère après tout. Il devait terriblement l'aimer pour être aussi fâché contre elle. Généralement on se disputait avec les personnes dont on se souciait ou par rapport à elles. Henry, même s'il était parti chez sa mère biologique reviendrait. J'étais probablement naïve ou optimiste, mais pour moi il ne pouvait en être autrement!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Sam 25 Juin - 18:07

Le temps était venu pour elle à discuter avec une femme. Etrange, à vrai dire, de parler de ses déboires et de ses ressentiments avec quelqu'un. Personne ne s'intéressait à elle pour ses sentiments. Bien sûr, si elle tue quelqu'un, tout le monde viendrait taper à sa porte pour la mener au bûcher mais personne s'était penché sur son cas, sur ce qu'elle avait pu ressentir en perdant son bébé, en étant marié à un homme qui la traitait comme une poupée barbie, qu'elle devait rester belle et se taire, selon lui. A ce qu'elle n'avait pas droit de dire. Regina blâmait sa mère, son père, Blanche-Neige et le père de celle-ci. Sa mère , parce qu'elle n'avait vu qu'un intérêt au lieu de voir sa fille, de la vendre au lieu de la soutenir dans sa démarche pour être heureuse. A son père, qui n'avait jamais voulu se battre pour elle, comme dans les belles histoires qu'il lui contait le soir avant qu'elle s'endorme. A Blanche-Neige, d'être rentré dans sa vie et de dire ses secrets, à Léopold, pour l'avoir épousé au lieu de la remercier simplement. Il y avait beaucoup de colère en elle, mais surtout une tristesse, une nostalgie. Elle aurait aimé revenir en arrière, être une petite fille et de ne pas refaire les mêmes erreurs, ou même de prévenir la jeune Regina du piège qui s'était refermé sur elle. Hélas, on ne pouvait changer le passé . On ne pouvait qu'avancer et de le ressasser sans cesse. L'amertume qu'elle avait venait de l'époque où elle n'avait été qu'une enfant. Une amertume qui lui murmurait au creux de son oreille, le soir, qu'elle méritait une meilleure vie, une plus belle avec des parents qui l'aimeraient comme elle devait l'être, sans artifice, ni protocole. Les jolies robes, jupons aux couleurs chatoyantes, les poupées aux regards malicieux qu'on lui offrait, n'étaient rien comparés au manque et au vide dans son coeur.  Non, aux yeux des mondes, elle n'était qu'une méchante reine, incapable de ressentir une once de culpabilité, sans valeurs.Au fond, Regina était une personne comme tout le monde. Elle avait commis des erreurs qu'on lui mettait tous les jours sur le dos, l'empêchant d'avancer normalement. Alors que Gold, on ne le blâmait en rien alors qu'il avait fait d'elle, ce qu'elle était aujourd'hui. Elle ne le détestait pas. Il avait été le seul à l'époque à s'intéresser à ses déboires, à elle, tout simplement. Il lui avait enseigné des choses, des morales à ne pas oublier.Généralement, le pire dans une trahison, c'était qu'elle ne se faisait pas par un ennemi mais par une personne qu'on aime énormément. Ses parents, Blanche-Neige. Regina s'était fait priver de liberté, de maternité, de paroles, et d'amour ainsi que d'espoir en une seule journée, en une seule rencontre. Comment ne pouvait-on pas devenir aussi folle qu'elle, à ce moment ?

Bien sûr, aucun héros sensé la comprendrait. Elle était la Méchante Reine. Une Méchante Femme. C'était tout ce qu'il y avait à savoir, pour eux. Même maintenant, qu'elle était une mère. On lui enlevait son fils, en lui disant qu'elle était trop méchante, dangereuse pour qu'il reste avec elle. Alors oui, bien sûr, que ce petit garçon a force de l'entendre, qu'elle était un monstre, il avait fini par écouter et le lui dire en face.

A t'entendre, Regina n'avait jamais dit qu'elle était désolée pour son fils. Elle l'avait fait des tas de fois mais celui-ci lui avait répondu que c'était faux et que c'était un stratagème qu'elle avait inventé.

- Je lui ai déjà dis que j'étais désolée mais il n'avait vu qu'un stratagème pour mieux le berner une nouvelle fois, que voulez-vous que je dise, il ne reviendra pas. Vous savez pourquoi ? Parce que tout le monde me traite de monstre devant lui, il n'est qu'un petit garçon, il va finir par penser comme eux et finalement, il pense comme eux, puisqu'il me l'a sorti en face, j'ai juste voulu lui cacher ce que j'étais mais au final, les autres se sont chargés de lui montrer. Quel argument ais-je à part d'être sa mère adoptive qui lui dicte des règles et le prive de bonbon, une meurtrière contre une mère biologique qui aide tout le monde et qui lui donne aucune règle ? Rien, déclara-t-elle.

Regina voulait avoir une autre conversation. La petite Rosie par exemple.

-Peut-on changer de sujet ? Demanda Regina en la regardant. Votre petit fille par exemple, je ne saurais pas vous aider, le mieux est de lui dire la vérité, croyez moi sur parole, elle va vous en vouloir mais ensuite, elle va vous sourire, ajouta Regina avec un sourire en coin.

Elle espérait que cela marche pour toi. Comme cela n'a pas marché pour elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Ven 1 Juil - 16:50

«Moi je ne vous traite pas de monstre.»

Si ça la rassurait dans un sens, je devais bien le lui dire. Mais j'étais quelque peu perdue. Elle me semblait à la fois froide et chaleureuse. Dangereuse et pourtant si triste. Était-elle vraiment la personne qu'elle m'avait peint? Ou avait-elle changé en venant par ici? Je ne savais pas trop quoi penser. La version que j'avais devant moi me montrait une image plus agréable que celle qu'avait les habitants de cette ville. Sûrement dû au fait que nous n'avions jamais fait connaissance auparavant. Elle me montrait une mère très attachée à son enfant. L'amour quelle lui portait me faisait penser que les autres avaient une très mauvaise image d'elle. Comment pourrait-elle fait du mal à son propre fils?

Elle doit se sentir bien seule dans son château. Seule contre tous. Est-ce ce qu'elle avait recherché durant tout ce temps? C'était une question que je me posais. Dans tous les cas, elle ne semblait pas si heureuse que ça. Pourquoi avait-elle crée sa malédiction? D'ailleurs, si sa malédiction avait été rompue, pourquoi ne la réitérait-elle pas?
Pourtant, j'étais persuadée qu'elle avait tord. Son garçon reviendrait. Elle en était sûre. L'alcool devait accentuer ses sentiments.

«Justement, il a besoin de cette stabilité que vous représentez. Il en aura d'ailleurs besoin durant toute sa vie. De plus, vous avez pu changer. Vous ne m'avez pas fait de mal.»

Elle avait raison, le fait d'être parent impliquait beaucoup de responsabilités et de devoirs. J'avais moi-même du mal à dire non à Rosy lorsqu'elle me demandait quelque chose. Elle était si mignonne que j'avais souvent envie de céder. Toutefois, je tentais de camper sur mes positions de départ. Un enfant ça pouvait facilement abuser des permissions qu'on lui accordait. Regina Mills me demanda de changer de sujet, ce que je lui accordais.

«Oui bien sûr.»

Le nouveau sujet concernait ma maîtresse. Le terme «Petite fille» ça me faisait légèrement sourire. Comme si j'étais sa mère. Pourtant, la femme que j'avais devant moi aurait plus ce rôle que moi. Déjà elle avait l'air bien plus mûre que moi, et plus perspicace sur les différentes situations. Je sentais qu'elle avait un certain vécu. Un bien plus grand que le mien.

«Oui, je vais suivre ce que vous avez dit. Vous avez raison. C'est dur quand ils sont petits. Ils ne comprennent pas souvent pourquoi on leur cache des choses et après ils nous en tiennent rigueur. La comédie a assez duré pour ma part. J'ai encore besoin d'un peu de temps afin de me préparer. J'ai encore envie de profiter de cette facilité, je dois l'avouer. Mais aussi quelque part de préparer le terrain, sans trop l'effrayer.»

La leçon qu'elle avait prise devait m'apprendre quelque chose. Je ne devais jamais mentir à un enfant, au risque de perdre sa confiance et son amour. Il ne me pardonnerait pas si facilement mon erreur. Et si je ne voulais pas que cela arrive avec Rosy, je devais le faire, le lui dire. Je buvais l'intégralité de mon verre, le reposant sur une table.
Évidement maintenant que j'y pensais, il n'y avait pas que ça que je devais lui dire. Je devais lui présenter. Enfin, façon de parler, Balto. Peut-être faire d'une pierre deux coups. En avouant que j'étais sa chienne, puis présenter Balto qui était Jarod. A moins que ça ne fasse trop d'un coup. Il allait falloir que je réfléchisse à la méthode encore un peu.

«Merci pour tous vos conseils. Je pense qu'ils vont m'aider. Mais ne soyez pas si pessimiste, votre situation va s'arranger. Ici c'est un nouveau départ. On n'est plus qui on était auparavant, et nous avons tous évolués. Ne vous en faites pas.»

Je me voulais rassurante quant à son avenir. Seulement, je ne savais comment l'aider. Une discussion avec a mère biologique semblait impossible. Peut-être que Regina Mills avait besoin d'une personne pour pouvoir l'aider à mieux discuter. C'était tout de même de l'avenir d'un enfant dont on parlait! On ne pouvait pas lui arracher son enfant comme ça, non? Leurs relations allaient certainement s'améliorer!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Dim 10 Juil - 13:13

Regina fut étonnée, complètement étonnée par cette personne. Cette chienne. Les chiens étaient vraiment les meilleurs amis de l'Homme. Ces animaux voient le meilleur chez les hommes que n'importe quels autres animaux, même chez les hommes. Tu avais vu quelque chose que peu de personnes voyaient en elle. Tu voyais au fond, un désir de pardon dont Regina n'arrivait pas à faire ressortir. Par fierté ? Parce qu'au fond, elle savait que jamais le pardon sera accordé pour elle. Elle était la Méchante Reine. La reine qui avait tué , massacré des villages entiers, avait donné plus que de misères, de tristesses qu'autre chose. Elle avait rendu les gens malheureux. Regina les avait fait souffert autant qu'on l'avait fait souffrir. Léopold, sa mère, son père, Blanche-Neige, Daniel. Toutes les personnes importantes dans sa vie, n'avaient fait que de la rendre folle. Complètement folle de vengeance, de colère. La colère était la chose qui la maintenait en vie, qui rendait sa vie un tantinet vivable. Tu semblais la seule à penser que quelque de bon était en elle. Regina avait beau essayé de voir le bon en elle. Elle avait passé tellement de temps à être la mauvaise, la méchante dans l'histoire, que ce que tu venais de dire. Elle avait dû mal à le croire. Vraiment du mal, elle avait l'impression que tu te fichais d'elle.

Toute sa vie, elle avait été une poupée influençable, manipulable. Manipulée par sa mère qui voyait en elle , un mariage réussi et rempli d'un pouvoir pour s'élever dans la haute société. Son père ne l'avait pas manipulé mais le fait qu'il n'avait jamais pensé à se battre pour elle, lui faisait croire parfois qu'il ne l'avait jamais assez aimé pour cela. Mais en même temps, Regina savait qu'il avait été un humain perdu entre les ténèbres, et la magie, ainsi qu'une femme cruelle. Au fond, elle lui avait pardonné. Il était après tout, la seule personne à  l'avoir véritablement aimé. Avec Henry bien sûr, mais celui-ci avait fini par la détester.  Rumplestilstskin l'avait pris afin qu'elle devienne l'objet de ce qu'il désirait, celle qui allait lancer la malédiction.

- Vous êtes bien la seule personne à penser que je ne peux pas être un monstre, même moi, je le pense, déclara-t-elle.

Regina te regardait, tu semblais si prompte à penser que tout le monde pouvait changer, tes yeux semblaient porter de l'espoir, beaucoup d'espoir en la vie, l'amour, la joie. Regina n'espérait plus beaucoup. Depuis Daniel, elle ne vivait plus dans l'espoir mais dans le désespoir. Jamais, elle sera aimée comme Blanche-Neige était aimée par le Prince Charmant. Jamais, elle sera entourée comme elle. Blanche-Neige, sa belle-fille, lui avait volé sa vie. Sa fin heureuse. Regina méritait beaucoup mieux, elle le savait et c'était pour ça qu'elle sentait l'amertume la ronger de part en part, en voyant le bonheur de cette famille et dont elle n'avait jamais pu goûter.

- Je ne suis pas aussi certaine que vous, petite, mais j'espère que votre maîtresse vous pardonnera. Ici, c'est un nouveau départ pour tout le monde, excepté moi, je le sais et je suis en phase avec ça. Personne ne veut me parler, et encore moins me pardonner, s'enquit-elle.

Regina se dirigeait vers la sortie, pour te faire sortir. Tu devais partir, étrangement, elle n'avait pas plus envie que ça mais elle ne voulait pas que tu ais des représailles à cause d'elle.

- Vous devez partir, si les gens vous voient avec moi, ils vont vous rejeter. La solitude n'est pas fait pour certaines personnes, certaines n'arrivent pas à s'habituer, déclara-t-elle.

Regina aurait aimé avoir une amie avec qui boire du thé et parler en toute franchise, rire, mais tout comme le bonheur, la joie, tout cela, ce n'était pas pour elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   Ven 15 Juil - 23:23

Je ne pensais pas être la seule à ne pas trouver notre mairesse monstrueuse. Après tout, d'autres personnes pouvaient ne pas l'avoir connu auparavant. Et je ne pensais pas être la meilleure personne au monde à pouvoir réprimander quelqu'un. Je n'avais même pas son expérience pour pouvoir juger des actes qu'elle avait pu commettre. Peut-être avait-elle de bonnes raisons de les avoir faites.

«Peut-être parce qu'on a tous une part de monstre en nous.»

On avait tous des défauts et un passé plus ou moins trouble et fait des erreurs. Je n'étais pas la personne la plus pieuse, ni la plus sage. Mais une chose était sûre, on avait tous du bien en nous. Personne ne pouvait être complètement diabolique ou «méchant» à 100%.

«Si j'ai eu un nouveau départ, vous pouvez l'avoir. Seul le temps pourra vous aider malheureusement. On ne reste jamais fâchés à vie avec sa mère, je vous l'assure.»

Bien que je ne sache pas de quoi retournait exactement le mensonge j'étais persuadée que tout s'arrangerait. Cette ville était vraiment un nouveau départ pour tout le monde. Alors pourquoi pas pour Regina Mills ? Elle semblait vouloir me voir partir. Mais je ne voyais pas comment ceux-ci pourraient me voir. Sauf en me faisant sortir.

«Ce sera un peu dur de me voir chez vous. Surtout que vos rideaux cachent la vue à des curieux.À moins qu'il n'ait des rayons gama. Et je n'ais pas peur de ce que les gens peuvent penser de moi. Ce n'est pas l'avis de la population qui m'importe mais celui de quelques proches.»

Je devais certainement la déranger. Cette phrase sonnait comme signal de départ. Probablement qu'elle voulait rester seule. Peut-être que notre rencontre en chair et os l'avait quelque peu remontée. Elle ne voyait pas les choses comme moi je les voyais. Sûrement parce que j'étais plus qu'optimiste envers l'avenir. Je regardais l'heure. Aïe. Je ne pensais pas que j'étais restée si longtemps chez Regina Mills. Finalement tout ça tombait bien. Il y avait un bon timing quelques fois!

«Mais je dois en effet partir. Une petite fille va bientôt m'attendre. Et je n'aimerais pas m'attirer ses foudres.»

Je me dirigeais vers la porte, aux côtés de Regina Mills. Puis je me tournais vers elle.

]«Oh mais je reviendrais. Très vite j'espère! Et si je réussis, j'apporte le champagne! Sinon... Du whisky ça irait?»

Je voulais montrer que je n'avais pas peur de parler à la mairesse. Après tout, elle ne semblait pas aussi méchante qu'on voulait le faire croire. ElLe devait juste se trouver très seule chez elle. Peut-être que je devrais user de Rosy pour voir si elle était amie avec le fils de Regina. Et de cette façon, peut-être que Rosy pourrait inciter Henry à revoir sa mère. Cette histoire était compliquée mais je n'avais qu'une envie, qu'elle s'arrange. Je faisais un dernier signe de main à la mairesse et parti.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Trouble ! feat Regina Mills   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trouble ! feat Regina Mills
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regina Mills
» Parfois, une oreille attentive, ça aide ! [PV Regina Mills]
» Regina Mills
» Regina Mills - The Evil Queen
» Carnet de Regina Mills

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: