Partagez | 
 

 in the beginning (regina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: in the beginning (regina)   Ven 13 Mai - 16:05


In the beginning
Aux enfants qu'on dénature ou sont les pères qui ont donné la vie

Il conseillait des clients sur leurs problèmes personnels, leur faisant payer leur consommation. Lui aussi souhaiterait parler à quelqu'un, de la douleur qu'il ressentait. Il culpabilisait, se reprochant sa mort, tout cela uniquement pour une mission. Le summum après son accouchement, ou sans l'aide d'une baguette magique, elle aurait pu succomber à une maladie mortelle, qui les auraient emportés. S'il aurait simplement voulu qu'elle prenne soin d'elle-même, suite à l'accouchement. Cela aurait-il changé quelque chose ? Probablement pas. La jeune femme avait partagé qu'un court moment avec son enfant, avant de succomber à une mort tragique. Elle n'eut pas le temps de passer des moments privilégié avec son enfant. Roland n'avait aucun souvenir de sa génitrice, ou même de l'amour que celle-ci lui portait. Il avait uniquement les paroles de son paternel, pour exprimer son amour, et le bonheur qu'elle ressentit quand elle apprenait qu'elle avait eu un garçonnet. Ils décidèrent dans un accord de l'appeler « Roland » les hommes de la famille portait tous un prénom commençant par R. Ils suivaient la règle premier comme toute génération, et qui correspondait bien au bonhomme, qui ressemblait à son père mentalement, et à sa maman physiquement. Il souriait en imaginant son garçon s'amuser avec ses camarades, heureux, malgré le manque d'une présence maternelle. Qui devait sûrement peser au bout d'un moment sur les épaules du garçon. Il continua son service comme chaque jour, en gardant cette pensée heureuse, avant qu'on ne vienne soudainement appeler. Les enfants étaient en promenade dans le parc, sous la tutelle de deux adultes, pour assurer leurs protections.

Mary-Margaret le prévenait que le bonhomme appelait, en pleures, parce qu'il avait eu un bobo à la jambe. Parce qu'un camarade avait bousculer pour une raison quelconque. Il était inquiet pour son enfant, et accourut auprès de son supérieur pour lui demander de s'absenter. La raison, un problème personnel concernant Roland. Celui-ci accepta de lui donner son congé, pour prendre son manteau, et les clés de l'automobile pour pouvoir rejoindre rapidement le parc ou était son garçonnet. Il se gara au parking, en courant pour rejoindre Snow qui lui indiqua ou se trouvait actuellement Roland. Ce fut le surprise quand il aperçut son enfant auprès de la méchante reine, il ne chercha pas vraiment à comprendre, submergé par l'inquiétude. Il ne supporterait pas de perdre son enfant, même si c'était béguin pour le moment. Celle-ci pouvait quand même s'en prendre à un enfant, après tout ce qu'elle avait commis comme horreur, cependant elle semblait devenir une personne appréciable en compagnie de son unique enfant, Henry. Le bandit alla le rejoindre, en se mettre à genou pour voir le bobo de son bonhomme qui semblait souffrir beaucoup.

L'ancien bandit observa la blessure, qui était recouverte par un pansement que Mary-Margaret avait soigneusement mis. La méchante reine était intervenue, néanmoins Snow n'avait pas songé que cette information était vraiment indispensable. Il avait une règle qui prenait soin d'appliquer, aucune engueulade devant un enfant. Cela valait même pour Regina, du coup il devait prendre sur lui-même pour semer aucun conflit. Il savait qu'il ne devait pas juger quelqu'un, néanmoins son enfant était tout ce qu'il lui restait, et il ne se permettrait pas de le perdre. Robin ferait n'importe quoi pour son enfant, il avait même quitté son emploi temporairement pour s'occuper de lui. Le seul cadeau que le monde lui accordait encore. Il ressemblait tellement à sa mère physiquement, par moment c'était douloureux. Néanmoins il se donnait à son maximum pour payer son appartement, et de quoi manger, ou même s'habiller étant pas un homme qui croule sur l'argent comme celle-ci qui devait même s'en réjouir. Enfin depuis que la malédiction était rompu, elle avait beaucoup de malchance, tout le monde la détestait, lui voulait même du mal. On aurait pu croire que les gentils se comportaient tous comme Regina. Celle-ci méritait vraiment tout cela ? Il s'en demandait, comment elle pouvait advenir à ce comporter mal auprès de son peuple. Surtout qu'une reine faisait son maximum pour assurer leur protection, et leur amour pour gouverner sur un royaume.

« Que faites-vous là ? » questionna-t-il, en reportant son attention sur son enfant, en le consolant doucement.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Lun 16 Mai - 17:28


In The Beginining
Es-tu ma seconde chance ou mon ennemi ?

Mère. Un mot qui voulait tout dire. Un mot qui déterminait le rôle d'une femme dans une famille. Un mot qui avait donné du sens à sa vie. Elle avait fallu devenir une mère lors de sa jeunesse mais elle n'avait pas pu, on lui avait retiré ce droit comme on lui avait retiré le droit d'aimer quelqu'un. On lui avait retiré le droit d'épouser quelqu'un. On lui avait retiré le droit de porter ce nom lorsque Léopold avait tout fait pour créer cette fausse couche où elle avait perdu son bébé. Elle s'était posée une multitude de question le concernant. Si son bébé aurait été né, serait-elle devenue aussi méchante ? Si Regina aurait pu tenir sa fille dans ses bras, la bercer, la regarder, l'aurait-elle aimé même si elle avait été forcée de concevoir un enfant ? Pendant sa grossesse, elle s'était posée une multitude de questions, serait-elle une bonne mère ? Ferait-elle du mal à son enfant comme sa mère lui en avait fait ? Un tas de questions qui avait demeuré sans réponses. Elle avait tenu à sa fille mais avec Henry, le souvenir fugace et amère de la mort de sa fille s'était quelque peu effacé de son esprit. Henry lui avait tout redonné en l'espace d'un instant. Une chance d'être mère, lui redonner ce mot qui allait la qualifier. Il avait cru en elle. A une seconde chance pour elle. Dans ses yeux d'enfant, elle n'était plus le monstre qu'elle avait été dans la forêt Enchantée. Sa fille n'avait été qu'un mauvais souvenir, comme un rêve amer dont elle avait cessé de penser. Sa fille aurait pu illuminer ses journées mais c'est Henry qui l'avait fait. Parfois, elle repensait à son bébé perdu, Regina pensait que cela aurait été peut-être mieux ainsi. Elle regrettait de dire cela par rapport à son enfant mais elle ne savait pas si elle aurait pu l'aimer convenablement, comme elle avait pu aimer Henry.

Maintenant, Henry lui avait tout prit. Plus de chance, plus de sourire, plus de présence. Juste une solitude qui la rongeait et qui la rendait plus qu'amère. Finalement, Regina sombrait dans l'alcool et dans l'amertume de jour en jour. Bien fait pour elle, s'entendait-elle penser dans ce silence macabre. Elle regardait la télé. Tout doucement, elle sombrait dans la folie, des souvenirs amers datant de son enfance revenaient dans son esprit montrant à quel point la vie était injuste. Elle avait été une bien meilleure mère que la sienne. Elle lui avait donné amour, discipline, et surtout du temps rien que pour lui. En retour, au final, elle ne recevait rien. Juste de la haine. Comme si elle était la peste incarnée, comme si elle n'était plus qu'une machine à tuer, à détruire. Elle avait des états d'âmes et certes, elle aimait tuer des personnes, c'était fascinant d'avoir leurs coeurs dans ses mains. C'était grisant, enivrant. Mais elle se contenait pour Henry. Pour lui, elle serait prête à tout. Regina ne pouvait que penser de ce qu'elle avait fait, se retourner l'esprit, de tous ces meurtres afin de juger ses actes. De se repentir d'eux mais cela ne faisait que l'effet inverse. Elle devenait folle. Dans son esprit, elle ne voyait que des cris, des morts, du sang qui coulait à flot, elle qui ricanait comme griser, comme si elle était joyeuse, heureuse de tout ça. Elle ne voyait que de la folie, une folie qui la ravissait. Ce n'était pas mieux. Avec Henry, elle cessait de penser à ça. Mais sans lui, tout lui revenait et rien ne s'arrangeait. Elle ne voulait pas se repentir de ses actes, car dans ses souvenirs, elle était heureuse de faire ça et c'était le seul bonheur qu'elle avait en ce moment, car Henry n'est plus. Il fallait qu'elle trouve un moyen de récupérer Henry pour qu'elle change. Sinon, elle allait sombrer dans une folie pure, une véritable folie et personne allait l'arrêter. Elle était perdue et seule, Regina devenait pour tout le monde et surtout à elle seule, dangereuse.

En cette belle journée, elle était sortie prendre l'air. Vêtue d'une belle robe grise cintrée d'une ceinture en or fine sur la taille. Sa robe dévoilait ses belles jambes et un décolleté en v mettait en valeurs sa poitrine généreuse et sage. Elle s'était maquillée, parfumée, coiffée d'un beau brunshing. Dans le reflet du miroir, aucune trace de sa folie, aucun indice sur le fait qu'elle dépérissait à ses yeux. Dans le reflet, elle ne voyait pas l'ombre de sa folie se pointer. Elle était belle, rayonnante, sombre et à la fois magnifique. Seul ses yeux trahissaient sa folie vengeresse. Elle mit à manteau couleur blanc écrémé qui lui arrivait à ses coudes. Elle mit des talons noirs et sortit prendre l'air. L'air était frais bien qu'une menace semble peser sur Storybrooke. Elle se baladait tout doucement, laissant son esprit vagabonder. Quand soudain, elle vit un petit garçon se faire pousser. Sans réfléchir, elle se mit à courir vers le petit garçon faisant fuir l'autre. Le petit garçon pleurait et semblait s'être fait mal. Elle le relevait tout doucement, et vint l'asseoir sur un banc.

- Ca va, mon petit prince, tout va bien, le rassura-t-elle tout doucement.

Etrangement, elle avait l'impression de voir Henry à travers lui. Elle caressait sa paume pour chasser les microbes et lui faire du bien. Le petit semblait se calmer , Regina ne faisait plus attention à rien, et surtout à son passé. Quand soudain, quelqu'un vint à nouveau la confronter à la triste réalité de sa vie. Un homme à une voix rauque venait d'arriver et semblait être le père de l'enfant. Il lui avait parlé sur un ton étrange qui le déplaisait.

-J'étais avec votre enfant, en train de le rassurer, monsieur, répondit-elle en le regardant de haut.

Elle avait été gentille avec cet enfant, elle l'avait rassuré, soulager sa blessure qui avait eu un pansement par Mary Margaret. Pour une fois, qu'elle servait à quelque chose celle-là.

-Cela vous dérange ? Demanda-t-elle bien qu'elle connaissait la réponse.

Regina ne comprenait pas vraiment pourquoi tout le monde s'acharnait sur elle, ainsi, surtout lorsqu'elle n'avait rien fait de mal. Mais Blanche-Neige a été claire, elle était et restera à jamais la méchante reine infâme et sans coeur.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Lun 16 Mai - 21:20


In the beginning
Aux enfants qu'on dénature ou sont les pères qui ont donné la vie

Il savait ce qu'être un géniteur représenté. L'homme avait pris son rôle depuis le départ. Sa femme décéda après une mission, auquel il avait envoyé après son accouchement. Il le regrettait même maintenant, la douleur ne semblait pas disparaître. Celui-ci avait même tenté de se suicider, de se noyer dans l'alcool, mais son enfant l'en avait empêché. Il était comme un ange gardien qui veillait sur son existence, la raison pour qu'il se battait chaque jour. Roland était sa deuxième chance. Il faisait son maximum pour qu'il ne manque de rien, pour que effaçait l’absence d'une présence maternelle, qu'il bénéficie également de quoi manger et s'habiller. Oui, être parent cela impliquait beaucoup de chose, mais il ne le regrettait aucunement, c'était vraiment nécessaire pour leur bonheur. Et jamais il ne voulait changer cela. Si Robin venait à perdre son enfant, il replongerait, voudrait se redonner la mort, ou deviendrait sombre comme la méchante reine, envie par une immense douleur. Alors c'était impensable qu'elle-même, ou quelqu'un s'en prenne à son unique enfant, celui qui lui rappelait son ex-femme, mais également d'être aimer par quelqu'un. Il ne savait pas ces intentions, mais sachant qu'elle avait détruit un milliers de personnes, y compris des enfants du même âge que le sien, était-il vraiment en sûreté ? N'était-il pas préférable de retourner dans leur monde d'origine ? Là ou il pouvait retourné à Sherwood, endroit ou il naquit, ou Marian décéda, et qu'ils vivent loin d'une menace redoutable, et dangereuse comme Regina.

Le bandit ne jugeait personne, avant de connaître, sûrement elle avait condamné des innocents. Comment pouvait-il la croire ? Les rumeurs, les menaces, et leurs haines semaient la confusion dans son esprit, qui tentait malgré tout de raisonner normalement. Et ne pas leur ressembler malgré qu'il y avait la peur de perdre son enfant qui prenait principalement le dessus quand quelqu'un s'y approchait dangereusement. Les yeux du cadet démontrait aucune frayeur, aucune inquiétude, comme si les paroles de celle-ci était vraiment sincère, il savait que le regard de son enfant ne le trahirait pas. Que cela venait instinctivement, sans prendre même le contrôle. Pourquoi, monsieur ? Il semblait que celle-ci connaissait toutes les personnes. Elle-même devait connaître chaque personne demeurant à StoryBrooke. Ou ne savait-elle vraiment pas qui était Robin ? Du moins il dira de l'appeler comme tout le monde. C'était une question de niveau, même le shérif, ou même le Prince Jean le dénigrait, en l'appelant par des surnoms grotesques, ou simplement par son prénom. Il en ferait de même pour celle-ci, même s'il ne l'appréciait pas particulièrement. Plutôt il s'en méfiait, et s'assurait qu'aucune personne ne risque de tomber dans les mains de Regina. Le plus étonnant, son fils prenait sa défense, pour empêcher qu'il ne commette une erreur. Ce qui n'était pas vraiment le voleur étant donner qu'ils se ressemblaient.

« Elle ne m'a rien fait, papa. » marmonna-t-il, à son intention, pour lui confirmer les paroles de celle-ci.
« C'est Robin. » se présenta-t-il pour faire comprendre, qu'inutile de l'appeler monsieur. « Et merci. » conclut-il avec une certaine difficulté, de remercier la méchante reine.

Cela ne l'aurait pas vraiment déranger. Si elle n'aurait pas tué sans aucun scrupule, un peuple rempli d'enfants, comme d'adultes. Comment pouvait-il faire confiance, maintenant ? Ce n'était pas question de croire aux personnes, mais de protéger son enfant. Il faisait en sorte de veiller sur lui-même, comme son enfant, pour que celle-ci ne perde pas également son géniteur. Le pauvre se retrouverait orphelin, sans personne, hormis ses compagnons, mais c'était plutôt une famille, que les deux parents. Il se maudissait de se laisser emporter, mais quand il était question de son enfant, il ne prenait aucun risque, et s'énervait facilement de temps en temps, surtout quand on remettait comment il éduquait. Oui c'était un homme, un ancien voleur, mais il avait toujours donné son maximum pour lui apprendre le bon exemple. Qu'il ne fallait pas mentir, d’accorder son jugement qu'après connaître quelqu'un, d'être prudent, et de ne communiquer à personne d'étranger. Comme celle-ci également. Enfin ce n'était pas quelqu'un d'étranger, tout le monde connaissait Regina. Mais c'était une menace, même si elle semblait avoir quelque peu changer depuis la fin du premier sortilège, ou tout le monde commençait à la hair, maintenant. Il soupira avant de pouvoir répondre à la question, en haussant le ton légèrement.

« Là n'est pas la question. » dit-il avant de lever le ton légèrement. « C'est plutôt qu'après ce que vous avez fait. Comment être sur que vous ne préparez pas quelque chose. Qui pourrait mettre en péril mon enfant. » annonça-t-il, pour lui faire comprendre que si elle comptait vraiment changer. C'était raté !

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Lun 30 Mai - 22:28


In The Beginining
Es-tu ma seconde chance ou mon ennemi ?  

Regina savait ce qu'elle  avait fait plus que tout au monde. Elle avait été le mal, la méchanceté incarnée. Elle avait été cette horrible femme qui portait de belles robes noires, des bijoux qui auraient fait pâlir toutes les reines qui avaient foulé la terre du monde sans magie. Celle qui avait tué un tas de personnes ainsi que des enfants dans le tas. Elle ne voulait pas personnellement les tuer. En réalité, Regina avait toujours adoré les enfants. Elle avait même voulu l'enfant de Léopold. L'enfant d'un viol. Malgré qu'il fut le fruit d'un viol, elle l'avait voulue. Elle s'était dit qu'au moins, Léopold la lâcherait quelque peu, la libérera quelque peu de sa prison, trop absorbé par les besoins de sa capricieuse de fille. Mais en vain, il l'avait toujours eu sous la main. Elle avait dû le tuer, prendre possession du royaume en mettant Blanche-Neige comme une paria. Elle avait dû laisser les ténèbres la submerger afin qu'elle soit forte. Afin que sa mère la voit comme elle aurait toujours dû l'être. Forte et puissante comme jamais. Les ténèbres étaient puissants, et tellement attirants. Les ténèbres étaient enivrants, grisants. Ils donnaient de la force, mais surtout une détermination qui était parfois insatiable et insaisissable.  Une détermination, une envie de vengeance qui rongeaient les êtres les plus innocents et aussi qui les influençaient comme jamais. La bonté et la gentillesse semblaient s'effacer face aux ténèbres qui les engloutissaient, chassant la lumière pour ne laisser place qu'à du vide, de la noirceur à revendre. Regina n'était que noirceur et hargne. La colère et la rage n'avaient été que les sentiments qu'elle avait connu depuis des années, depuis la mort de Daniel, depuis la trahison de Blanche-Neige. Dur, d'aimer à nouveau. Dur d'oublier toutes ces années où la mort, la misère qu'elle avait commis. Dur de se ressentir faible face à un petit sourire enfantin et innocent. Dur d'être à nouveau humaine.

Henry. Ce seul prénom. Cette unique personne qui avait su faire battre son coeur d'une autre manière. Le seul qui avait réussi à lui faire croire qu'elle pouvait mener une vie normale. Le seul qui avait cru en elle d'une manière inimaginable. Avec ce petit ange, elle avait oublié son ancienne vie. Elle avait oublié la Forêt Enchantée, la magie, la vengeance, les massacres et surtout elle avait oublié d'être La Méchante Reine aux côtés de son fils. Avec lui, elle avait eu enfin pour la première fois de sa vie d'avoir fait un bon choix. Qu'elle avait quelque chose de bien. Elle était prête à se sacrifier, à sacrifier le monde, à massacrer, détruire le monde juste pour avoir un sourire ravi de son fils envers elle. Oui, elle avait eu l'impression d'avoir été au moins une bonne personne envers son fils. D'avoir été une meilleure personne envers Storybrooke. Henry lui avait tant donné inconsciemment. De l'amour, des sourires, une confiance mutuelle et complètement aveugle. Il lui avait donné de la joie et surtout quelque chose qui l'avait dépassé de la foi. Il avait eu foi en elle. Regina avait cru qu'elle pouvait être autre chose que cette maudite sorcière narcissique dans ce conte pour enfant. Elle avait cru qu'elle pourrait être une bonne mère. Qu'elle pourrait être une femme bonne, une ménagère, une cuisinière ardue. Une belle femme charmeuse. Qu'avec lui, elle pourrait rallumer cette lumière éteinte depuis trop longtemps dans son coeur noirci, troué et surtout froid, desséché. Qu'elle pourrait un jour , redevenir le bien. Qu'elle serait son héroïne à lui et à personne d'autres. Mais Emma Swan était venue, avait tout gâché. Ce livre de conte avait tout gâché.

Ce livre de conte de fée avait gâché tout ce qu'elle avait bien pu entreprendre avec Henry. Certes leur relation commençait à se tendre quelque peu depuis qu'il avait appris pour l'adoption. Il pensait qu'elle ne l'aimait pas vraiment. Que ses sentiments n'étaient pas sincères. Tout était vrai. Regina ne mentirait jamais sur ses sentiments à propos de Henry. Certes, elle n'avait pas été la mère la plus expressive et la plus démonstrative qui soit mais elle avait pu être une mère plus affectueuse que la sienne, beaucoup plus d'ailleurs. Elle ne comptait plus les câlins qu'elle avait fait à Henry. Par contre d'aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle en avait eu que peu dans sa vie de la part de Cora. Cora avait vraiment tout gâché avec Blanche-Neige. La colère surgit lorsque tu vins lui parler de ces manigances. De ce qu'elle avait bien pu faire. Heureusement, Roland était parti et Regina l'avait regardé courir au loin, quelque peu nostalgique du temps passé. Henry ne courrait plus comme ça. D'ailleurs, il ne voulait plus la voir et il semblait que cette punition était pire qu'une exécution à mort. La pire torture qu'on lui avait fait. Son fils qui l'interdisait à voir était la pire malédiction qu'il lui soit arrivé. La solitude n'était qu'un faible effet secondaire comparé à son absence. C'était de quoi la rendre complètement folle. Elle allait devenir folle, complètement folle si Henry continuait à l'éviter, à l'ignorer, à faire comme si elle n'était qu'une parfaite inconnue ou pire une sorcière complètement méchante et cruelle. Sans coeur , ni pitié. C'était juste horrible de voir à quel point les habitants étaient méfiants et soupçonneux envers elle, cela la mettait mal à l'aise.

Regina était furieuse, complètement furieuse par rapport à tes paroles. Même quand elle essayait de faire le bien, d'être une bonne personne en faisant une bonne acte. Même quand elle ne faisait pas un acte intéressé. On la regardait encore et toujours comme une mauvaise personne qui était en train de manigancer de quelque chose de diabolique. Pourquoi devait-elle toujours se justifier ? Blanche-Neige était pire qu'elle ! Les pires monstres se cachaient derrière un masque d'innocence et de pureté, tout comme elle et c'était Regina qui n'était qu'une paria.

- Je vous demande pardon, je sauve votre fils. C'est tout, je l'ai fais parce que j'ai vu ce qu'il s'était passé. Il était innocent dans toute cette histoire alors je l'ai aidé. Je ne manigance rien du tout. Un simple merci aurait suffi, s'enquit-elle.

Tu avais de la chance qu'elle ait changé. Quelque temps plus tôt, elle t'aurait carbonisé sur place plus parce qu'elle manquait de contrôle que par réelle envie mais elle t'aurait fait bien pire que son regard noir.




copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Ven 3 Juin - 19:53


In the beginning
Aux enfants qu'on dénature ou sont les pères qui ont donné la vie

Il était en droit de s'interroger sur les intentions de la méchante reine. Celle-ci avait commis la destruction d'innombrables villages, en comptant une centaines de personnes, et d'enfants innocents. Tout cela pour acquérir une vengeance, cela était-il vraiment nécessaire ? Les personnes protégèrent Snow, en même temps elle était innocente, et regrettait probablement sa dénonciation pour l'amour de la jeune femme. Était-ce nécessaire d'aller à une telle extrémité ? Non, pas forcément. Mais toujours pour Regina qui exagérait pour obtenir ce qu'elle désirait. Lui-même avait été pourchasser par ces hommes noirs, parce qu'il faisait de l'ombre à ce shérif méprisant. Qui avait du mal à se sortir des emmerdes seul, pour demander un coup de mains. Et quand ce n'était pas ça, c'est quand il mettait son nez au plein cœur du danger pour provoquer la méchante reine. Sans se douter que son job était de voler au riche pour donner aux pauvres. Ce que fait une œuvres charitables dans le monde réel. Il était normal de se méfier malgré qu'elle semblait oublier pourquoi elle avait pourchassé dans la forêt enchanté, ce qui d'un côté était peut-être le seul point positif. En comptant bien entendu, qu'elle semblait quelque peu changé, aucune envie de meurtre, parce qu'il répondait, ou qu'il doutait de son honnêteté, et qu'elle n'avait aucun complot. Pouvait-on vraiment lui reprocher ? Elle n'avait pas son casier vierge, c'était rempli de meurtre, de sang, qu'on comprenait qu'il ne lui accordait aucune crédibilité.

Au fond même si c'était loin de ressembler à ce que celle-ci avait commis comme crime. Robin avait volé d'innombrables personnes, même si c'était pour son compte ou même les pauvres, avait tué pas mal de personnes avant sa rencontre avec son ex-femme. Et était loin d'être un homme fréquentable, quand il ne devenait pas une légende, il ne pensait qu'à son compte, même si cela était malhonnête auprès des personnes. Jamais, oh grand jamais, il ne touchait à un enfant, c'était pour ça qu'on était jamais trop prudent concernant la vie d'un mineur dans un monde complètement fou. C'était un acte impardonnable, sans cœur, qui démontrait l'inhumanité de la personne. Les enfants étaient l'avenir de demain, c'était des êtres innocents, fragiles, pourquoi leur faire du mal volontairement. Ils étaient pour rien dans la querelle des deux femmes, et n'étaient même pas au courant. Tout comme certaines personnes du peuple, inconsciente, de ce qui se déroulait actuellement entre la méchante sorcière et blanche neige. Certains enfants dans le monde réel, lisaient le conte en apprenant que c'était pour la beauté physique qu'elle s'acharnait sur la jeune femme innocente. Comment leur annoncer que femme représenté innocence, la beauté, et la générosité puisse être responsable de la mort d'une personne. Peut de personne y croirait, forcément, ou lui donnerait quand même raison. Pas Robin, le physique était secondaire, et qu'importe ce que la personne commettait comme erreur, elle devait quand même payer. Ce n'était pas parce que c'était l'enfant divin de cet homme Leopold. Que forcément il allait la vénérer et aduler comme il fut un temps avec son paternel. Oui le symbole du lion avait un lien indirecte avec Leopold, et sa marque de loyauté, néanmoins il avait compris qu'on ne pouvait pas vraiment se fier à cet homme.

La sorcière était colérique, vraiment furieuse, en remarquant que même quand elle changeait. Celle-ci croyait qu'une bonne action, pourrait lui permettre de devenir une personne bien. Cela devait être durable, et comportementale, et ne pas céder à la moindre occasion de l'obscurité, comme on s'y attendait énormément de Regina Mills. C'était un long voyage pour devenir une personne bien, une personne héroïque. Lui même en savait quelque chose, pour porter le nom de son propre conte, un homme héroïque, mais également une légende. Ce qu'elle ne semblait pas comprendre apparemment. Il répondit donc dans un premier temps à ce qu'elle lançait à son égard.

« Je ne sais pas, si on peut vraiment vous faire confiance. Et j'en sais quelque chose... J'ai été longtemps la cible de vos chevaliers noirs. » admet-il, en soupirant. « C'est ce que j'ai fais y a à peine cinq minutes. C'est que vous n'écoutez pas. » affirma-t-il, en remarquant aucun changement, aucune bonne volonté.

Il observa son enfant, la seule raison pour laquelle il continua son chemin, même si cela semblait compliquer. Le chagrin inondait, ravageant son âme, et son cœur comme un ouragan. Il savait qu'il ne trouverait personne, aucune personne à la hauteur. En même temps, il ne cherchait pas vraiment, trop préoccuper en ce moment. Il avait impression que c'était sa « destinée » que chaque personne ouvrant son cœur, décéda lors de l'accouchement de son enfant, une tragédie qui affecta beaucoup.

« Pour qu'on vous reconsidère comme étant une bonne personne. Ce n'est pas uniquement dans une seule bonne action. » explique-t-il, en la regardant.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Sam 11 Juin - 14:23


In The Beginining
Es-tu ma seconde chance ou mon ennemi ?  

La Méchante Reine t'observait. Te fixait. Ses yeux bruns, d'un brun profond et chocolaté. Un brun qui devenait noir lorsque la colère prenait possession de son être. La colère était quelque chose qu'elle connaissait par coeur. La colère avait été pendant des années le seul sentiment qu'elle acceptait de ressentir, de le laisser se propager dans son coeur. Un coeur bien trop abîmé pour ressentir pleinement d'autres émotions. Il n'y avait que de la haine, des regrets et une certaine nostalgie. Juste du regret, mais elle ne devait pas le montrer, elle ne devait pas montrer ses faiblesses, à personne. Jamais. Jamais, elle ne devrait être faible aux yeux des autres. Regina se l'interdisait complètement. Dans les tréfonds de son esprit, vivait une belle et jeune Regina dans une belle robe bleue qui rêvait de liberté, d'une belle vie d'amour et de joie. La jeune Regina voulait danser, s'époumoner dans une danse joyeuse en riant, d'un rire si beau, si joyeux et innocent. Elle voulait danser comme si sa vie en dépendait. Elle voulait aimer, rire, voyager, se sentir libre au gré du galop de son cheval. Elle voulait être elle-même et ne pas se pré-occuper des autres. Elle était faible, cette Regina. Bien trop rêveuse, insouciante. Bien trop faible pour qu'elle la laisse sortir. Alors cette douce Regina, elle devait l'enchaîner, l'emprisonner. Cette belle jeune femme n'était plus que le reflet de désespoir. D'ailleurs même la Méchante Reine reflétait cet état. Un état de désespoir qui était évident mais comment pouvait-on le voir ? Personne ne le voyait. Ils voyaient juste la méchante. La vilaine de l'histoire alors que c'était Blanche-Neige dans son cas. Si Blanche-Neige n'aurait pas été là, rien de tout cela ne serait passé. La belle et douce Regina aurait pu sortir au grand jour et n'aurait pas été enterré par des protocoles, de la haine, de la colère et une injustice. Bien sûr, personne ne voyait que derrière son visage dur se cachait une autre personne qui avait tant de choses à offrir, tellement de leçons à donner sur la vie et l'injustice, tellement de douceur. Tellement de joie, de sourire et d'amour à donner. Tellement de choses à dévoiler. Mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait rien faire.

Cette douce Regina ne viendrait jamais effleurer la surface de son être. Depuis qu'elle avait enchaîné celle-ci dans les tréfonds de son esprit. Elle ne sera plus jamais cette personne qu'elle avait pu être, autrefois. Le temps n'avait rien arrangé à tout cela. Le temps ne l'avait pas guéri. Ses blessures ne s'étaient jamais renfermés, les cicatrices devaient se voir sur son visage. Sur son corps sanguinolentes par son histoire, sa vie qui fut détruite par quelque chose de grand, de mauvais. Blanche-Neige, son mariage forcé. Une vie remplie de liberté privé, d'emprisonnement, de solitude et surtout de désespoirs, de faux espoirs et des espoirs brisés. Une vie faite de coeurs brisés. Alors elle brisait des coeurs, les arrachaient. Pendant les premières minutes, elle ressentait ce qu'on lui avait injustement fait pour qu'elle épouse ce vieillard. Un vieillard qui avait abusé d'elle et qui l'avait emprisonné dans une tour, la sortant comme si elle n'avait été qu'une vulgaire poupée. Il aimait la montrer, resplendissante dans ses robes majestueuses qui ne faisaient que de l'embellir. Mais il n'a jamais voulu s'occuper d'elle, la connaître, passer du temps avec elle. Non, il ne faisait que de lui donner des ordres, beaucoup d'ordres. Ne pas monter à cheval, ne pas sortir. Elle n'était qu'une âme perdue et en détresse que personne ne voulait sauver de sa propre infortune, se contentant d'être jugé comme la pire personne au monde. Elle était le mal mais le mal ne naissait pas, il se faisait.  Elle était ce mal dont personne se souciait. Même toi, tu te contentais de la juger de ce regard.  

Ce regard que tu lui adressais. Elle avait le même chaque jours, chaque moments où elle croisait quelqu'un. Ce regard persistant, qui la gênait totalement. Elle n'en pouvait plus de ce genre de regard. Regina levait au ciel.

-Vous vous êtes faits poursuivre par mes chevaliers, peut-être pour une bonne raison. Vous êtes un voleur après tout, déclara-t-elle. Oui, vous m'avez remercié mais votre regard n'en pensait presque pas un mot, vous me regardez comme si j'allais étriper votre enfant . Vous savez ce même regard que je croise chaque jours, chaque fois, ajouta Regina tout doucement.

Sa voix était hargneuse mais reflétait une certaine lassitude. Lasse de ces regards, d'être seule.



copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
The Ending
Messages : 163
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   Lun 20 Juin - 14:52

Bonjour Regina,

Nous archivons ce RP, Robin ayant décidé de supprimer son compte sans prévenir personne...

N'hésite pas si tu veux qu'on le re-déplace pour une raison ou une autre keur



Partout et nul part à la fois
Dès le début je suis partout. On ne sait pas quand, ni où je ferais mon apparition. Je suis là simplement, je guette, j'observe, attendant mon heure dans l'ombre de vos aventures.
Revenir en haut Aller en bas
http://end-of-fairy-tales.forumactif.be

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: in the beginning (regina)   

Revenir en haut Aller en bas
 
in the beginning (regina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» Quand Regina déprime... Il vaut mieux ne pas se trouver dans les alentours...
» Regina Mills
» Parfois, une oreille attentive, ça aide ! [PV Regina Mills]
» REGINA HOLMES ► Serinda Swan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: