Partagez | 
 

 Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Sam 21 Mai - 17:34


Aguistin Marban O'Broin

The Raven d'Egar Allan Poe / L'étrange Noël de Mr Jack

♔ T'étais qui, dans ton conte?Le fameux Raven, corbeau annonciateur de la mort
♔ Sinon, tu as combien d'années au compteur? Très vieux uh
♔ Tu viens d'où ? D'Halloween Town han Mon nid se trouvait dans l'arbre des pendus :alyss:
♔ Et tu faisais quoi là bas ? Messager de la mort, oiseau de mauvaise augure hum annonciateur de la grande faucheuse toussa toussa quoi uh les trucs joyeux  pedro
♔ Et ici, tu fais quoi maintenant ? Toujours dans le fun uh Croque Mort ou si tu préfères uh Conseiller funéraire/Gérant du crématorium han
♔ Et quoi...Tu as rencontré le grand amour ou pas? ....
♔ Première ou deuxième vague? Première
♔ Tu fais parti de quel groupe?Malicieux
♔ Sinon, tu sais que tu as de beau yeux? Ils ressemblent à ceux de... bave Andrew Scott bave


Votre Mental


♔ On sait que tu es beau déjà, mais tes autres qualités, c'est quoi ?

Augustin exhale une autorité incontestable. Il s'impose de façon parfaitement naturelle. Sa présence met instantanément les autres sur la défensive. Si l'on savait qu'il manque souvent d'assurance au fond de lui-même ! Souvent avare de paroles, ayant peur de dire des bêtises et de se ridiculiser, il préfère ruminer ses pensées dans sa tête ne distillant que quelques mots bien placés et qui font souvent mal. Très attaché aux détails qui, à ses yeux, ont leur importance, il se montre exigeant envers lui-même et envers les autres. Ceux qui se trouvent sous sa responsabilité peuvent se sentir tranquilles, puisqu'il se charge de tout et prévoit tout. Le laisser-aller a peu de place dans sa vie. Le problème auquel se heurte continuellement Augustin est de faire un choix judicieux de ses activités. A tout moment, il est assailli par mille projets dont l'appel est envoûtant comme le chant des sirènes. Car Vivre une vie ordinaire n’est pas suffisant à ses yeux, il veut mener une vie hors du commun mais heureusement, il est généralement conscient de ses limites et de la nécessité de choisir. Son bon sens le guidera. Il saura établir un ordre de priorité rationnel des projets à réaliser et s'y conformer scrupuleusement.

Aguistin aurait pu être pessimiste au vue du fardeau qu'il porte mais ce n'est pas le cas. Bon il n'est pas non plus optimiste joyeux, mais il ne broie pas du noir. Souvent il est d'un bon réconfort ce qui peut aider au vue du métier qu'il exerce. Très bon orateur, il sait manier les mots comme dit précédemment, et même s'il distille du venin, il sait aussi reconfonter. Aguistin n’est pas toujours très facile à vivre, mais il est généreux, honnête et ambitieux. Une chose est sûre, on ne s’ennuie jamais avec lui. Et s’il lui arrive de charmer, il ne papillonne jamais. Il cherche simplement à briller dans les yeux des autres, mais n’a pas besoin d’agir pour se sentir rassuré.

♔ Dis donc toi! Tu n'es pas parfait non plus! Dis nous tes défauts:

Lorsqu'il est sous le coup de l'émotion, ce qui arrive souvent d'ailleurs car grand colérique, c'est un fort en gueule qui surprend ses interlocuteurs. Il regrettera l'incident peu après, se consolant en pensant qu'il n'y avait nulle trace de méchanceté. L'orgueil et la vanité font habituellement partie intégrante de son comportement. Il aime entendre les gens chanter ses louanges, et l'on peut aisément l'avoir avec des flatteries. "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute" : notre Aguistin a intérêt à suivre ce conseil du renard de La Fontaine.

Les aventures amoureuses constituent l'une des trames de sa vie. Il les recherche, moins par besoin érotique ou sentimental que par peur d'être mal considéré par les autres. Il choisit le domaine de l'amour comme une arène et entend s'y distinguer et par conséquent se faire admirer. Le physique tient donc une place importante pour lui. Il cherche à épater son entourage et à s’épater lui-même.Inutile de dire que ce choix est aberrant. Personne ne prétend que Casanova ou Don Juan étaient heureux. "L'amour ne devrait pas être un combat, mais une coopération aux dimensions sublimes" (Van Minh), et "on ne badine pas avec l'amour" (Musset). La fierté qu'il en tire de ses conquêtes est bien éphémère et vaine ; elle cache à peine le sentiment d'insécurité dont il est victime. En revanche, un amour véritable, construit sur des bases solides, lui donnera les meilleures garanties de satisfaction et d'assurance. Le jour où il aura trouvé sa moitié, celle ou celui qu’il considère comme la personne la plus extraordinaire du monde, il n’hésitera pas à s’engager. Il peut alors devenir un brin possessif. Rien de plus normal : il craint de se faire voler ce bien si exceptionnelle.

♔ Quels sont les choses qui te donnent de la force ?

Ces amis en premier. Sous ses airs de grand méchant terrifiant, Aguistin tient particulièrement aux gens qui ont su briser les carapaces qui le protège. Si justement elles y sont parvenues, c'est parce que sans doute elles sont exceptionnelles, digne de son intérêt. Alors le brun va tout faire pour que ces personnes soient les plus heureuses au monde. D'ailleurs parfois il peut même tomber dans l'excès, les infantilisant presque. Mais, elles pourront toujours compter sur lui, même pour faire des choses pas toujours très nette.

Le jus de fruit est une chose dont le croque mort raffole. A toute heure de la journée et la nuit, il peut en boire des litres et des litres. N'importe quel type de jus y passe, ananas, pêche, orange, pamplemousse, et bien entendu le multifruit. Plus besoin de demander ce qu'il y a dans ce thermos aussi noir que ses anciennes ailes qu'il se trimbale partout. C'est comme si, le jus de fruit avait une sorte d'effet apaisant envers lui. Encore un mystère que la médecine pourra résoudre.

Les livres sont un refuge dans lequel Aguistin s'y plonge avec grand plaisir. Il aime l'aventure, le dépaysement et no pouvant se résoudre à quitter la ville, il a trouvé son désir comblé dans la lecture. Cette passion ne date pas d'hier, petit déja il dévorait avec une rapidité effrayante tous les livres de la bibliothèque. Et puis maintenant, il s'est même fait une pièce spéciale dans sa petite maison, comme une sorte de nid où il peut enfin être lui même.

♔ Mais t'as des faiblesses, comme tout le monde ?

Faisant parti intégral de son caractère, l'une de ses plus grandes faiblesses, commune sans doute à tous les corbeaux, est la flatterie. Ce qui a engendré chez lui, ce soucis de perfection dans tous les domaines qu'il touche. Le physique bien entendu, mais aussi le travail, ses amitiés, ses amours, et même ses courses.

En parlant de physique, Aguistin a une scoliose ce qui lui a empêcher de pratiquer son instrument favoris, le violoncelle. Mais si ce n'était que ça ... ce mal de dos lui provoque des douleurs immenses qu'il essaye de cacher tant bien que mal avec des médicaments. Même les médecins ne comprennent pas totalement le pourquoi du comment, vu qu'elle devrait être stabilisé depuis le temps. En réalité, maintenant que la malédiction est levée, ils devraient plus s'y pencher, en se rappelant que le brun était avant tout un corbeau géant, avec des ailes ....


Il était une fois... Vous!


Dans le monde des contes

Toute cette histoire de mauvais augure n'est qu'une simple farce qui a mal tourné. Bon certes c'est vrai, à la base elle n'était pas drôle, pour vous, commun des mortels, mais pour nous, habitants d'Halloween Town, on c'est vraiment bien amuser, surtout qu'en réalité, ce n'était peut-être pas une si fausse blague que ça. Je vais tous vous expliquer, comme ça, on va un peu dédramatiser autour de la figure du corbeau et tout ira bien dans le meilleur des mondes n'est-ce pas ? Donc, dans notre ville, Halloween est notre spécialité et on en est très fiers. D'ailleurs notre roi, le squelette/épouvantail Jack est le meilleur, sans lui, je pense que ça partirait assez rapidement en sucette. Même si déjà, c'est quand même assez chaotique, mais nous, on aime ça, le chaos. On passe la plupart de notre temps à chercher des nouvelles farces, faire des blagues, des pièges, des trucs un petit peu horrible pour effrayer les humains qui se trouvaient de l'autre côté de la porte de notre monde. Et un jour, avec un des vampires du quatuor de chanteurs on a mis au point un plan, pour essayer d'arriver sur le podium des meilleurs tours lors du concours organisé le soir de la fête. Ça nous a pris du temps, de choisir la bonne personne, le bon moment dans la journée et d'écrire le texte, car cela relevé plus de la pièce de théâtre que de l'improvisation. Et puis, après, nous avons demandé conseil à plusieurs personnes dans la ville, pour voir ce qu'elles en pensaient, pour nous nourrir des critiques et améliorer de plus en plus notre pièce. Le grand jour arriva très rapidement, et guidé par notre chef, nous nous sommes donc rendus du côté de chez les humains. Cette terre m'a toujours un peu effrayé en réalité, et je préférais rester dans mon nid bien douillet sur l'arbre du pendu, à côté du cimetière. La nuit était à peine tombée que déjà on entendait les cris effrayés des enfants qui croisaient la route de Jack. Avec mon ami Ricardo le vampire, nous nous sommes dirigés vers la maison d'un poète qui avait retenu notre attention, un certain Edgar Allan Poe. Éclairé à la bougie, on l'entendait pleurer doucement ce qui allait arranger notre petite affaire. Vérifiant les derniers détails, je me suis élancé sur le devant de la scène, moi Raven, le corbeau pourtant si discret et timide.  Jouant avec la lumière, j'ai fait grandi mon ombre sur le mur de la chambre de ce pauvre homme qui hurla de frayeur, ne s'attendant certainement pas à ça, surtout quand il s'est retournée. Parce que bon, voir un corbeau géant ce n'est pas donné à tout le monde ...  Mais là ou il nous a surpris, me faisant sortir de mon texte c'est qu'il a commencé à s'approcher de moi et à me parler. Pétrifié, j'ai mis un moment avant de réagir, que se passerait il s'il venait à me toucher ? Mon yeux allaient d'un coin à l'autre de la pièce alors que je me sentais de plus en plus étrange, comme si j'allais m'évanouir alors qu'une odeur horrible emplissait mes narines. Il faisait une tirade et je n'ai su lui répondre que Plus jamais ! Avant que Ricardo me lance une pierre pour me faire descendre de mon perchoir. C'est dans que dans un battement d'aile, je pris la fuite, non sans éteindre les lumières au passage, pour ne pas faire tout foirer et que Ricardo m'a suivis sous sa forme de chauve souris.

Résultat, nous sommes rentrés bredouilles et se sont les sorcières qui ont gagnés le concours, ayant empoisonné des dizaines de sacs de bonbons. Forcément,nous étions très déçus et je m'en voulais énormément, sans savoir que cela venait de déclencher pour ce siècle, une stigmatisation de ma race. Ce n'est que quelques temps après, que Jack nous firent convoqués tous les deux au puits pour nous montrer une vision. Ayant peur d'avoir fait une bonne action, quelle ne fut pas la surprise quand il annonça qu'il était fier de nous, que grâce à moi, la réputation des corbeaux venait de monter en flèche. Ne comprenant pas trop, je découvris avec stupeur, que le poète a qui j'étais allé rendre une petite visite, avait écrire un poème sur moi, en évoquant le fait que j'étais sans aucun doute le messager de Thanatos, le dieu de la mort, car sans le vouloir je lui avais prédis la mort de son frère, trois jours après celui de son amour Lénore. Comme une traînée de poudre, j'avais ravivé le mythe de l'oiseau de mauvais augure qui collait tant à nos ailes noires. Extrêmement heureux, j'organisais une petite sauterie, avec mes amis les vampires, les momies, l'arbre à pendu, et bien entendu Jack pour fêter l’événement. Même si je n'avais pas gagné le concours, je venais de donner me faire une sacrée légende.

Le temps passa, et l'envie me pris de passer dans le monde des humains, pour vérifier si ma légende noire me suivait toujours. Mais en réalité, c'est à ce moment là que je compris que j'avais une sorte de don. Vous savez, aujourd'hui, ce sont certains chats qui ont pris mon pouvoir, ne me demandez pas comment ces vermines ont fait je n'en sais rien, mais dans certains services hospitaliers, on peut voir un chat se coucher sur une personne qui va mourir dans les 48h. En vérité, c'est moi, Raven, le premier de cette longue lignée. Effectivement, décidant de rester un peu plus longtemps que prévu, je m’aperçus qu'a chaque fois que j'allais quelque part, c'était surtout parce que j'y étais attiré comme un aimant par une force mystérieuse. Au début je me sentais vraiment mal en arrivant sur les lieux et ce que j'avais pris pour de la peur avec ce poète n'était en réalité que l'expression de mon don. Mon angoisse avait été telle face à cet humain que ça avait réveillé ce qui sommeillait en moi. Et hop, la personne a qui j'apparaissais, mourrait dans les jours suivants. Magie ? Superstition ? Hasard ? Force divine ? Odeur de charogne ? Je ne sais pas, et sans doute je ne saurais jamais car un autre événement important est arrivé. Jack, notre roi, a voulu tester une chose nouvelle, il s'est pris pour le Perce Oreille et nous l'avons tous suivis aveuglement, causant presque sa perte. Heureusement que Sally, la jolie poupée était là pour nous sauver la mise. Cependant, avant de pouvoir fêter le fait que Jack était redevenu notre épouvantail squelettique, j'ai senti cette odeur. Je n'y croyais pas, après tout Halloween Town est la ville des morts, et c'était quasiment impossible. Sauf que c'est Ricardo qui m'a rattrapé alors que je me trouvais sur le rebord de la fontaine. Et puis, un brouillard violet c'est abattu sur Halloween Town, renforçant encore plus cette odeur de mort.

Pendant la malédiction


« Mr Ó Broin, vous savez que si vous restez aussi muet qu'une tombe, nous en avons pour des heures encore ? » Regardant le plafond avec un intérêt particulier, comme s'il allait trouver la solution de la relativité d'Einstien, Agustin poussa un énième soupir. En fait non, ce n'est pas la relativité qui s'inscrivait, mais plus comment il allait pouvoir tuer son meilleur ami dans une souffrance particulière. Il n'avait strictement rien à faire dans cet endroit, dans ce cabinet, sur ce fauteuil pas du tout confortable, allongé comme les cadavres qu'il côtoyait. Il était en train de perdre un temps précieux, qui allait se répercuter sur son week end l’empêchant ainsi de faire les activités qu'il avait prévu. Soufflant bruyamment, mais n'ouvrant toujours pas la bouche, sauf pour répliquer violemment au Dr Hopper, il pensa pendant une minute prendre ses affaires et sortir de là. Cette idée lui avait déjà traversé l'esprit plusieurs fois, mais il savait pertinemment que s'il ne faisait pas d'efforts, les différentes menaces que Nathanaël lui avait faites seraient mises à exécution, comme celle par exemple de raconter la vérité à ses employés ou même pire d'aller de force aux séances du Dr De Chester. S'il n'aimait pas le psy qu'il avait devant lui, c'était encore pire avec ce dernier. Comment pouvait on le laisser exercer cette discipline ? Bon après tous ce sont les cordonniers les plus mal chaussés mais quand même. ..

« Qu'est ce que vous voulez ? » Les mots lui écorchèrent les lèvres, mais il savait qu'en réalité que ce soit le toubib' ou Nath, ils avaient raison. S'il ne faisait pas d'effort, il serait encore là demain et cette fois de force. Voyant du coin de l’œil, le sourire bienveillant de son médecin, il croisa les bras sur sa poitrine, comme pour se retenir de se moquer de lui, voulant mimer une personne vomissant devant tant de bonté. « Moi ? Rien mise à part vous aider. Si vous êtes là c'est pour une bonne raison, c'est pour .. » « Non c'est juste pour ne pas perdre mon job, et pour rien d'autres. Pas de conflits intérieurs, pas d'introspection au point de vouloir me foutre une balle dans la tête, rien de tout ça. Juste pour le PO-GNON » . S'étant relevé d'un bond, il ne s'était presque pas aperçu qu'il avait élevé la voix en un quart de seconde. « Vous en êtes sur ? » Si demain, le Daily Miror ne titrait pas sur l’assassinat d'un psy' dans son cabinet, en plein centre ville, Agustin pourrait se sentir très heureux. Ravalant la colère qui bouillonnait en lui, se concentrant au maximum pour paraître serein, son oui sorti naturellement, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes.

« Pourquoi vous êtes là alors ? » Non mais sérieusement, cet Hooper faisait exprès de vouloir le mettre en colère, ou alors il était débile, où même les deux. Lançant un regard noir au pauvre psychiatre, qui avait affaire à un patient récalcitrant, il se voyait l'étrangler, et déjà il allait mieux.« Remerciez moi plutôt de vous laissez un gros chèque à la sortie. » Le rouge qui apparut sur les pommettes de l'autre homme satisfaisa le brun. « Parce qu'entre nous, vous avez choisi ce métier pour l'argent que vous pouvez toucher et pas par charité. Pourquoi aideriez vous des inconnus ? » Augustin reprenait la main sur le duel auquel il participait. Au début, il avait été effrayé et assez anxieux qu'un individu lambda lise en lui comme dans un livre ouvert, mais il fallait croire qu'il avait bien trop de carapaces pour qu' Archie puisse le faire. Se levant, il parcouru la pièce, se plaçant devant la fenêtre, regardant ainsi les aller et retour des personnes dans la rue, alors que le silence devenait pesant dans le cabinet. Voila pourquoi tout au début, il avait choisit de travailler avec les morts. Parce qu'il appréciait le silence qu'il pouvait y avoir dans la morgue. Au moins avec eux, pas de jacassements incessants sur le pourquoi du comment. Or les études de médecine était bien trop longue pour cet impatient compulsif et il changea son fusil d'épaule. Les pompes funèbres de la ville recrutait un employé capable de remplir toute la paperasse administrative et d'accompagner les familles dans le deuil, même parfois à l'enterrement. Puis salarié modèle et non avide d’intérêt il avait gravi les nombreux échelons pendant toutes ses années jusqu’à prendre la direction du centre au départ "anticipé" du dernier.

Mais il n'était pas tout seul à la tête de ce grand centre, il y avait la mairie qui surveillait et puis aussi le conseil d'administration. Là, son vrai caractère ressorti dès qu'il s'assit sur son beau fauteuil tout neuf, celui d'un perfectionniste, autoritaire, n'aimant pas que les choses sortant de son cadre et de sa vision. Or outre le fait, que ceci étaient les cotés positifs, que grâce à ça son travail était irréprochable, il y avait forcément l'autre revers de la médaille. Et il savait pertinemment que c'était pour cette raison que Nath' l'avait prit en quatre yeux après que l'urgentiste ai trouvé une des employés en larmes. « Vous savez ce qu'on va faire ? Je vais vous raconter deux ou trois petites choses, comme si cette séance c'était bien passée, où cas où l'instigateur de cette torture viendrait à vous dire de rendre des comptes, et je rajouterais un zéro sur mon chèque. » S'approchant de lui , Agustin dévoila toutes ses dents blanches, ne laissant presque pas le choix au pauvre Docteur Hooper. « Je n'ai rien contre vous, je me fiches de votre vie, mais si vous venez à ruiner la mienne a cause de ce rapport, sur ma soi disant mauvaise gestion de ma colère et de mes sentiments, il se pourrait que j'ai affaire à votre famille dans mon bureau plus rapidement que vous n'y penserait et ça serait vraiment dommage.» Menace, corruption ? Non, Agustin n'était pas comme ça, il prévenait juste l'homme qu'il n'avait pas intérêt a dire quoi que ce soit, pour son propre bien. Plus un conseil, vu que c'était son métier.

« Donc commençons. Je m'appelle Aguistin Marban O'Broin, je suis originaire de Dublin mais natif de Storybrook. Mes arrières grands parents sont venus aux Etats Unis lors de la vague d'immigration des irlandais et depuis nous y avons plus bougés. Vous qui aimez vous attacher à des détails insignifiants, sachez que j'ai toujours eu un rapport à la mort, très jeune. J'ai perdu mes parents vers dix ans, et au lieu d'en avoir peur, j'ai toujours été fasciné. Puis, Marban signifie petit mort en Irlandais, O Broin, vient sans doute de la racine gaélique Bran signifiant corbeau, et quand à Aguistin, cela veut dire bonne augure/grâce de dieu » Analysez cela comme vous le voulez, mais moi j'ai trouvé ça très drôle quand je l'ai découvert. D'ailleurs, il laisse éclater un rire légèrement hystérique, alors que son débit de parole augmentait. S'il y avait bien une chose qu'il détestait faire, c'était ça, se mettre a nu, et en plus n'avait rien en échange. « Je voulais faire médecin légiste, ou thanatopracteur mais les études étaient bien trop longues mais vu que je suis doué, on m'a quand même embauché là ou je voulais. Car oui, Mr le psy', souvent je réussis ce que j'entreprends, la volonté je crois que ça se nomme comme ça, et mes ennemis je les écrases comme des vulgaires insectes. Comme vous l'avez remarqué, je n'aime pas parler de moi, alors ne vous attendez pas à voir ma vie privée défilée devant vos yeux surtout que ce n'est pas le propos mais rassurez vous, j'ai des amis ... et c'est d'ailleurs à cause de l'un d'entre eux que je suis devant vous. Quand à d'autres choses ... trouvez les informations par vous même si le coeur vous en dit. Oui j'ai un problème de gestion de ma colère, et sans doute de mes autres sentiments mais jusqu'à présent ce n'en était pas un. Alors non, je ne continuerais certainement pas de vous voir pour qu'on discute, que vous m'hypnotiser ou toutes ses autres conneries pour me changer. Je suis bien tel que je suis, et le seul truc qui pourra soulager votre cœur de samaritain c'est que oui, je vais essayer de moins crier sur les gens avec qui je travail quand leur travail n'est pas satisfaisant mais c'est tout. Maintenant je vous souhaites une agréable journée, et surtout à jamais ! »

Tout en parlant, il avait sorti son chéquier, inscrit un montant un peu au hasard et attraper sa veste grise, ne laissant aucune chance, au pauvre médecin de répliquer quoi que ce soit. Lui faisant un signe de tête, Aguistin sortit du bureau aussi rapidement qu'un ombre, tout en n'oubliant pas de calquer bruyamment la porte pour lui faire comprendre que tout ceci n'était qu'une mascarade.« Excusez moi, vous savez s'il faut attendre ou si c'est le Docteur Hooper qui vient nous chercher ? » Se tournant vers la personne qui venait de dire ça, Aguistin fit craquer sa nuque avant de lui hurler dessus, faisant ainsi ressortir toute la frustration qu'il avait eu dans cette pseudo' consultation. « Je n'en ai rien à foutre de savoir ça … alors allez casser les pieds à cet arnaqueur plutôt qu'a moi.» Vraiment, il les préférait mort, ou en deuil, beaucoup moins emmerdant que maintenant.

Après la malédiction

Blasé, c’était vraiment le terme pour décrire Aguistin quand la malédiction avait frappé. Il était en train de lire un livre, tranquillement, profitant de son week end. Nath avait décidé de répondre à l’appel d’un rendez-vous galant et ces autres amis avaient compris que le croque mort avait besoin de repos. Et pour cause, il subissait depuis plus d’une semaine des sortes de crises d’hypoglycémie, s’évanouissant trop régulièrement à son goût. S’il avait eu sa mémoire avant, il aurait compris ce que cela signifiait, mais il était toujours amnésique et n’avait donc pas saisit pensant qu’il se surmenait trop. Pas un bruit n’émanait de cette pièce, juste parfois le bruissement du papier et la respiration haletante du brun, quand l’action de son livre se corsait. Jusqu’à ce moment précis, où son livre tomba sur le sol dans un bruit sourd, alors que Aguistin était pétrifié, les souvenirs affluants dans son cerveau.
Ok il était un corbeau, enfin il était Raven le corbeau d’Halloween Town, instigateur de la légende noire et messager de la mort. Alors pourquoi était-il changé en être humain ? Les minutes passèrent tandis que le silence était revenu et que son esprit analysait les moindres détails. Etait-ce parce qu’il était tombé dans la fontaine de la place de la mairie ? Non après tout Ricardo l’avait rattrapé à temps, ce n’était pas ça. A part le coup du sort, il ne voyait pas trop comment c’était possible et imaginer qu’il délirait non plus. Après tout, il venait d’un royaume où la magie existait et une situation comme ça était tout à fait probable. Maintenant il fallait voir comment redevenir ce qu’il était et aimait, un oiseau.

Il s’était levé blasé de son fauteuil pour aller se servir un grand verre de jus d’orange pour se remettre de cette nouvelle alors qu’il entendait son téléphone sonner. Nathanaël n’aurait jamais interrompu son rendez-vous pour l’appeler, ce qui signifiait qu’il n’était pas le seul dans cette situation. Et il avait raison, l’autre homme au bout du fil hurlait d’abord des choses totalement incompréhensibles, que c’était la panique en ville, que tout le monde criait leur véritable identité. Blanche Neige, Cendrillon, Ariel et tous les personnages du monde enchanté. Calmement, contrairement à avant, Aguistin avait alors demandé, même s’il se doutait de la réponse qui était donc au bout du fil, alors que son sourire s’agrandissait de plus en plus. Au moins, son comparse de toujours était aussi avec lui. Maintenant il ne restait plus qu’a retrouver les autres habitants et surtout Jack, qui saurait comment gérer la situation et rentrer chez eux, vu qu’il connaissait les portes pour venir dans le monde des humains. Même si au fond de lui, il savait que la situation serait beaucoup plus complexe à gérer, et qu'il allait devoir vivre comme un humain pendant encore un petit moment.




Derrière ce Personnage il y a...

♔ La faiblesse incarnée ?
♔Ton age:Le même red
♔ Double-compte, si oui lequel L'Invisible Clubber et le Pâtissier kebabois
♔Comment es-tu arrivé(e) là Sur ma licorne of course
♔ Tu penses être là souvent et toi ?
♔ Tu le trouves comment notre forum? crak

Codage par Rozenbrez sur Never Utopia.



Dernière édition par Aguistin M. O'Broin le Dim 22 Mai - 15:01, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Sam 21 Mai - 17:39

AAAAAAAAAGGGGGGUUUUUUUUUUUUUUIIIIIGGGGGGGUUUUUUUIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Sam 21 Mai - 17:45

hihi
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Sam 21 Mai - 17:59

Amande: Vuiiiiiiii love

Alyss': perv
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Sam 21 Mai - 18:38

hihi Huhuhuhuh !


Rebienvenue à toi mon trésor hihi ça fait plaisir de te voir sous ses traits-ci !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Dim 22 Mai - 3:40

Maman Morticia est là keur

Merci :cher: love
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   Dim 22 Mai - 15:34


TES VALIDEYYYYYY han


Félicitation petit crevette, tu es validé ! Ta fiche est aussi mortelle que ton personnage ! Mais dans le bon sens du terme !
Nous nous chargeons de mettre le listing à jour pour toi, tu n'as rien à faire à ce niveau là ! Elle est pas belle, la vie ?
Tu veux donc directement aller poster ta fiche de lien ici ainsi que ton journal de RP ici.
Tu peux bien sur dès à présent commencer à rp ! Si tu n'as pas de partenaire, tu peux aller en demander un ici. Tu pourras également y faire la demande d'un lieux au besoin !
Voilà ! Et n'oublie pas le plus important : amuse toi bien !

Codage par Rozenbrez sur Never Utopia.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prophète ! — dis-je, — être de malheur ! oiseau ou démon dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain, elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANGÉLIQUE___ «Marquise des Anges »[5%]
» Napoléon à Sainte Hélène
» Non loin de Sainte-Berthilde[Pv Zareen et Aegar]
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
» Les anges pleurent la fin du Monde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Archives Fiches-
Sauter vers: