Partagez | 
 

 Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Dim 22 Mai - 17:38



Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?  

Feat le Loir et Mina

“Chère Journal, je ne sais pas comment me débrouiller à présent. Je ne peux pas vraiment demander ça sans être suspecte, mais je ne veux pas que quelqu'un apprenne quel monstre je risque de devenir. Comment faire ?” -Mina Harker

Elle avait soif. Terriblement soif même, et cela durait depuis quelques jours déjà. Mais elle avait beau boire des litres d'eau, de thé ou d'autres breuvages divers et rafraichissant, rien n'y faisait. Sa  gorge continuait à la bruler jour – et surtout – nuit, appelant quelque chose qu'elle ne pouvait se résoudre à faire. Parce qu'elle savait bien sûr ce qui se passait, l'inéluctable marche du destin. Elle aurait vraiment aimé que la magie ne reprenne jamais ses droits sur eux,, qu'ils restent dans cet entre deux. Depuis que tout était revenue, chaque jour qui passait aggravait sa propre situation. Petit à petit, doucement, mais oh si surement. Cela avait commencé par la lumière du jour bien sûr. Sa maladie, appelé communément les Enfants de la Lune, s'était dissipée et elle avait pu pour la première fois sortir la journée sans être couverte de tissu de la tête aux pieds. Elle avait pu voir le soleil, et c'était beau. Mais la transformation avait rapidement repris ses droits, et sa sensibilité s'était de nouveau accrue. Enfin, elle pouvait faire avec, elle l'avait fait durant les vingt-huit qu'avait duré la malédiction. Mais les problèmes n'arrivaient jamais seuls. Elle tombait de sommeil en journée et subissait de nombreuses crise de somnambulisme la nuit qui la laissait épuisée au petit mati. Et surtout, la soif qui lui déchirait la gorge. Au départ ce n'était qu'une gêne et maintenant elle aurait voulu se lacérer la peau si cela avait pu l'apaiser en une quelconque façon. Elle avait l'impression de ne jamais avoir autant souffert, la première vie comme dans la seconde, pas même quand elle s'était cassée le bras étant petite.

Soupirant, elle reposa son crayon sur la table faiblement éclairée. La lumière diffuse que laissait passer ses lourd rideaux pourpre était déjà plus que suffisant pour la gêner, la matinée était déjà bien avancée. Elle rangea son journal, et ses pensées, dans un tiroirs du bureau. Se faisant, elle fit glisser une photographie sur le sol. Elle se pencha pour la ramasser, égarant son regard sur l'antique souvenir. C'était un cliché de son enfance, alors qu'elle était en primaire, dans une quelconque classe, elle ne savait plus très bien. C'était lors d'une sortie scolaire dans un musée inintéressant pour des enfants de leur âge. Mais si elle se souvenait encore de ce jour, c'est parce qu'elle avait pu venir : durant plusieurs jours d'épais nuages gris avaient couvert le ciel, atténuant légèrement les effets du soleil sur sa peau, assez pour qu'elle soit autorisée à faire le voyage de chez elle au musée. Un jour exceptionnel pour la petite file qu'elle était. Sur l'image, elle était dans l'ombre d'un pilier, seule. Elle reconnaissait plusieurs personnes, notamment son ex-mari, qu'elle savait presque à cent pour cent qu'il était Jonathan. Il y avait divers amis lointains, et elle se remémora le nom de chacun. Carmilla croyait-elle aux signes ? Dur comme fer pouvait-on dire, oui. Depuis toujours, dans son propre monde, elle y croyait et interprétait les choses qu'elle voyait. Alors pour elle, ce n'était un hasard si elle tombait sur une photo où apparaissait Laurien, qui aujourd'hui travaillait dans une animalerie.

Décidée, elle rangea le morceau de papier froissé et s'habilla pour sortir. Les gestes étaient automatiques maintenant, s'assurer que son pantalon en toile noir n'avait aucun accro, que ses bottes passaient bien par dessus sans découvrir un petit morceau de peau, poser un grand chapeau sur sa tête et ses lunettes de soleil sur son nez, enfiler ses gants par dessus les manches longues de son t-shirt rougeâtre. Elle se couvrit d'un long manteau noir en tissu léger, mais résistant, et fut fin prête pour partir. Elle avait une allure assez atypique, mais était au moins bien protégée des rayons mortels de l'astre brulant du monde en couleur. Ainsi parée, elle partit pour l'animalerie, en bordure de la forêt, priant pour que son lointain ami travaille aujourd'hui, elle n'avait même pas vérifier les horaires d'ouvertures ! Heureusement, la boutique était ouverte, malgré qu'on approchait bien de l'heure de midi, et elle rentra rapidement dans la pénombre salvatrice, éclairée artificiellement.

-Bonjour, adressa-t-elle en l'air à quiconque l'entendrait. Il n'y avait aucun client à l'intérieur, du moins de ce qu'elle voyait, c'était à dire pas grand chose. Elle espérait tout de même que Laurien serait là, et qu'il n'y aurait personne pour les déranger. Elle avait besoin de se renseigner sur la créature qu'elle pourrait devenir, même si elle ne voulait absolument de cette naissance impromptue. Elle préfèrerait même éviter tout cela, mais Dracula devait alors mourir, et qui savait où i était ? Elle était seule et démunie, et preferait se renseigner en prévision du pire. Elle vit enfin quelqu'un s'approcher, et elle reconnut celui qu'elle cherchait.

-Laurien ! Cela faisait longtemps, comment vas-tu ? Elle pouvait bien se permettre de bavarder un peu avec un ancien ami non ? Un peu de politesse ne tuerait pas, même si elle brulait de parvenir au point essentiel de sa venue.

-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Dim 22 Mai - 18:09






Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?
feat Carmilla





Ce matin Laurien devait se rendre le premier à l'animalerie. Bien qu'il en soit le devenu le gérant depuis quelques jours, le patron décidant de la lui laisser pour prendre sa retraire et s'occuper de sa maladie, il ne voulait pas se faire des horraires personnelle et c'était à chacun son tour avec ses collègues d'ouvrir la boutique. C'est donc à 6h15 que son réveil sonna et qu'il maudissa les ShineDown, comme tous les matins. Il voulut se renfoncer sous la couette mais berlioz, son chaton tout jeunement adopté, n'entendit pas les choses de cette oreille et vint miauler à la porte de la chambre directement comme si il savait que son lait allait lui être servit.

Grml... fut le seul bruit que Laurien réussit à prononcer en s'extirpant de sous ses draps.

Comme tous les matins, Laurien fit couler son café et sorti des céréales et du yaourt liquide. Dans une petite tasse à thé, il fit couler un peu de lait qu'il glissa sur sa table basse où berlioz attendait patiemment. Il mit un plaid sur ses épaules et prit son déjeuner au fond de son canapé comme toujours avant d'aller prendre une douche en express et de se préparer. A présent qu'il était devenu le gérant de la boutique, Laurien voulait redorer l'image de cette dernière. Les employers devaient être habillés correctement (non pas qu'ils s'habillaient comme des sacs ou qu'il faille s'habiller en costume) et lui aussi. Le jeune homme prit donc un justaucorps noir aux manches 3/4 avec un col de chemise mao ouvert jusqu'aux pectoraux, un pantalon rouge moulant aux cuisse et plus droit aux niveau des mollets, une paire de bottines en daim marron, une veste en cuir marron délavée comme il faut et son Trillby noir avec lanière en cuir. Une fois prêt, il joua quelques minutes avec son petit chat avant de filer, sac en main en direction de sa boutique!

Il ne croisa personne en chemin à cette heure-ci et quand il entra et alluma la lumière, certains animaux dormaient encore. Laurien retira sa veste et son chapeau dans l'arrière boutique et mit un tablier et des gants pour aller nettoyer les cages du rez-de-chaussée. Il y passa une heure, habitué à le faire. A 8 h un employé arriva et s'occupa du sous-sol pendant deux heures pendant qu'il finissait le rez de chaussé et qu'il monta s'occuper de l'étage. vers 9h30, tout était prêt et ils pouvaient se préparer à accueillir des clients et retirer gants et tablier. La seconde employée arriva vers 10h comme prévu et fit un tour pour vérifier que rien n'ai été oublié.
Laurien s'occupait principalement de conseiller les clients en salle car il n'aimait pas spécialement s'occuper de la caisse. Deux heures passèrent, ils vendirent une cage à souris, deux petits mulots et un aquarium avec quelques décorations. La matinée commençait bien et comme toujours, midi sonna l'heure creuse. Les employers allaient manger comme prévu pendant que Laurien tenait la caisse et attendait de voir qui venait. Il mangeait toujours vers 13h30, une fois que ses employers eurent finis leur pause. Au bout de 10 minutes, il se dirigea vers les lapins comme toujours pour patienter, sans s'attendre à ce que la clochette de la porte retentisse et que quelqu'un lance un Bonjour ! dans le vent, une femme.
Le loir se redressa et remit ses manches en places machinalement avant de se diriger dans la pièce centrale en souriant avant de voir une femme bien cachée sous ses vêtements et de comprendre de qui il devait s'agir.

Carmilla? Si je m'attendais à te voir ici! lui dit-il en s'approchant et en lui tendant sa main. Et bien je me porte bien merci! Et toi alors? Qu'est-ce que tu deviens? Qu'importe la raison qui la poussait à venir ici, c'était un plaisir de discuter avec une ancienne camarade d'école. Il entendit un bruit provenant des cages des rongeurs et fronça les sourcils, tirant la tête en direction de l'encadrement de porte pour observer ce qui se passait. Visiblement, rien d'alarmant vu qu'il se retourna face à son interlocutrice comme si de rien était, attendant sa réponse.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Dim 22 Mai - 20:20



Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?  

Feat le Loir et Mina

“Chère Journal, je ne sais pas comment me débrouiller à présent. Je ne peux pas vraiment demander ça sans être suspecte, mais je ne veux pas que quelqu'un apprenne quel monstre je risque de devenir. Comment faire ?” -Mina Harker

En sureté à l'intérieur de l'animalerie, elle s'empressa de retirer son chapeau, laissant libre ses cheveux blond. C'est qu'habillé ainsi, elle avait vraiment chaud, et ce n'était pas vraiment très agréable. C'était bien sûr son fardeau, de toujours s'habiller lourdement afin de protéger sa peau, et elle s'y était habituée au fil du temps. Mais récemment, alors qu'elle avait pu s'habiller légèrement pour la première fois de cette vie, elle avait oublié à quel point il était difficile de sortir, surtout lorsqu'elle se rendait dans un lieux chauffé. Elle libera au moins son crâne de cette étouffante chaleur, retirant du même coup ses gants de cuir, révélant ses mains trop pâles, pour garder le tout à la main. Là, elle respirait bien mieux, et sa peau pouvait exhaler son parfum naturel, auparavant emprisonnée derrière le tissu et le cuir, une légère odeur de savon, et de bougie. L'odeur s'accrochait à elle à force d'en allumer chez elle, il faut dire qu'elle adorait se tenir jusqu'à coté pur en respirer le parfum délicat. Soupirant dans un sourire, elle lui tendit sa main. Elle fut légèrement surprise qu'il la lui serre. Les habitudes partaient difficilement, et Mina avait celle de se faire baiser la main dans son monde, la politesse des gentlemen de son époque qui avait évolué dans cette ville. Elle fit tout de même comme lui, serrant brièvement les doigts, avant de le regarder plus attentivement. Etait-ce bien Laurien ? Oh, elle reconnaissait les traits de son visage bien sûr, mais il avait tant changé ! Qu'on se le dise, lorsqu'ils étaient enfants, il n'était pas le plus attirant, un peu empoté et plus petit que les autres garçons de son âge. Bien sûr, à l'époque, Carmilla se fichait pas  mal de tout cela. Elle avait son amoureux, Jonathan, et le reste importait peu. Ceux qui voulaient bien être ses amis, elle les accueillait à bras ouvert. Enfin, tout cela pour dire qu'aujourd'hui, il était bien diffèrent, en bien. Il avait bien grandit finalement, son corps s'était musclé et il l'affichait sans honte à travers des vêtements près du corps, voir moulant. Il avait perdu ses rondeurs enfantines, et il fallait le dire – du moins se l'avouer – cela lui allait remarquablement bien.

Elle allait répondre à ses questions, avec un plaisir évident, lorsque les rongeurs, qu'elle voyait depuis l'entré, s'agitèrent dans leur cage, faisant sursauter la jeune femme. Elle vit en face d'elle Laurien jeté un coup d'œil aux alentours, ne trouvant rien qui puisse expliquer cette agitation, et elle se sentit coupable. Parce que bien sûr, elle en était a cause. Dans son monde, elle en avait parlé avec le docteur Van Helsing et son mari – ex aujourd'hui – Dracula avait toutes sortes de capacités diverses et variés, dont celle de commander aux rats et de devenir l'un d'eux. Bien sûr, si le malheur faisait d'elle une créature de la nuit, elle se doutait bien qu'elle ne pourrait pas en faire de même. Le comte avait conclut un pacte avec le Mal, il était le vampire originel et accumulait plus de six cent ans d'expérience. Peut-être pourrait-elle faire quelque chose un jour – une nuit – mais elle ne préférait pas s'avancer autant dans les prévisions, c'était trop dur. Elle revint plutôt sur sa conversation avec le vendeur.

-Très bien merci, fatigué par la maladie, mais ça ne change pas de d'habitude, sourit-elle doucement. Eh bien quoi, elle n'allait tout de même pas lui avouer qu'elle n'était plus malade, parce que le tout avait laisser place à quelque chose de bien pire ? Elle n'avait pas vraiment pris de précaution, en sortant ces dernières semaines librement, mais il ne semblait pas l'avoir croisé, alors tout allait bien non ? Elle sortait de nouveau couverte de pieds en cape, tout rentrait un peu dans la normal. Excepté qu'un jour peut-être ... Eh bien la lumière du jour serait tellement agressive qu'elle ne pourrait plus sortir. Enfin, elle n'y était pas. Un peu chamboulé par cette malédiction, mais nous le sommes tous n'est-ce pas ? Tu as beaucoup changé en tout cas, j'ai faillit ne pas te reconnaître, lui sourit-elle. Mais finalement, tu reste le même ! Enfin, le même dont j'ai le souvenirs, sous le Sort Noir.

Elle jeta un regard sur la boutique, passant sur les coussins pour animaux et autres aquariums. Son regard revint sur les rongeurs, dans leur cages. Elle n'en avait jamais vu de tels, et cela l'intriguait. Bien sûr, elle n'était pas experte en rongeurs, mais à l'école on parlait souvent des petites bestioles pour les enfants, il y avait même un hamster dans une classe. Elle se pencha sur les petites bestioles donc, véritablement intriguée.

-Je n'en ai jamais vu de tel, qu'est-ce que c'est ?
-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Lun 23 Mai - 12:30






Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?
feat Carmilla





Carmilla avait bien changée depuis le temps. Enfin, elle avait grandit -normal- et c'était devenu une bien jolie femme avec ses cheveux blonds ondulés et ses yeux toujours aussi bleu, on la reconnaissait toujours derrière cette maturité. Mais quelque chose émanait d'elle.... Laurien avait, depuis la levée de la malédiction, découvert une capacité bien particulière que d'autres devaient surement partager avec lui : Il sentait ceux qui, autre-fois, était des animaux... Une capacité surement héritée de son passé de rongeur. Carmilla avait cette odeur et pourtant elle était encore différente... Qu'était-elle jadis? A quoi pouvait-elle ressembler? Etait-ce elle qui perturbait les rongeurs? La réponse à cette question n'allait surement pas tarder, mais une chose était sûre, c'était que jamais encore les animaux avait réagis de la sorte.

Laurien avait retourné son attention sur son ancienne camarade, prêt à l'écouter. Il est vrai qu'elle souffrait déjà de cette maladie plus jeune : Les enfants de la lune. Elle ne pouvait jamais sortir ou presque et quand elle le faisait, c'était couverte des pieds à la tête. Une maladie bien handicapante. Laurien avait espéré pour elle qu'en grandissant les choses s'arrangent pour elle. Elle avait l'air de mieux vivre la chose vu qu'elle venait à l'animalerie en pleine journée bien que cachée sous ses vêtements. Etait-ce une amélioration? ou bien tout simplement une meilleure gestion de la chose? Il n'en savait rien et cela ne le regardait pas après tout.

Un peu chamboulé par cette malédiction, mais nous le sommes tous n'est-ce pas ? Tu as beaucoup changé en tout cas, j'ai faillit ne pas te reconnaître. Mais finalement, tu reste le même ! Enfin, le même dont j'ai le souvenirs, sous le Sort Noir.

Carmilla dit ça en lui souriant et le loir se senti un peu gêné à la seconde remarque, mais c'était agréable quand même de savoir que sous ce "tu as beaucoup changé" se cachait de la sincérité et surtout un compliment... Il est vrai que plus jeune, Laurien n'était pas des plus attirant et ce, jusqu'à la fin du lycée. Depuis il avait bien changé. Grâce à du sport et surtout -hélas- la drogue. Dans cette période, Laurien ne mangeait plus et ne se nourrissait que d'alcool, de drogue et de sexe... A ce souvenir il agita brièvement la tête avant de sourire à nouveau à la jeune femme et de lui répondre :

Chamboulé oui, c'est surement le mot... Mais bon ça n'est pas un mal pour moi d'avoir retrouvé mes souvenirs... Mes valeurs. On pouvait surement deviner dans son regard qu'il regrettait ce qui avait pu se passer sous la malédiction. Et je te retourne la remarque! Tu es devenue un vraie femme, je te revois encore à l'école, petite blondinette... Ce qui n'a pas trop changé c'est ton aura et... ça.

Laurien dit son "ça" en indiquant les vêtements de la jeune femme, une petite grimace de compassion sur le visage. Nous avions tous nos démons, il avait les siens également... Mais il pouvait se battre contre. Alors que Carmilla, elle, ne pouvait pas juste mettre de l'écran total pour sortir en paix... Si seulement.

Elle s'avança ensuite vers les rongeurs, intriguée par ces derniers. Il faut avouer que certaines espèces ici n'était pas des plus communes... D'ailleurs depuis le rachat de la boutique, Laurien essayait de faire adopter ces animaux un peu particulier afin de conserver les plus traditionnels. Certaines espèces avaient été données au Zoo, il était sûr que personne n'en voudrait ou ne saurait s'en occuper. Il restait donc dans cette cage des petits rongeurs australiens...

Ce sont des Zyzomys woodwardi... Enfin des Zyzomys pour faire simple... Des petits rats australiens. Contrairement aux autres Zyzo', mes Woodwardi on tendance à vivre dans des régions pluvieuses, il se pencha à l'oreille de son ancienne amie. C'est pour ça qu'ils sont vers les poissons.

Il ajouta ça rapidement avant d'exploser de rire. Il était fier de sa connerie, car bien sûr si ils étaient là ça n'avait rien à voir avec les poissons mais plutôt car les rongeurs étaient par là. Tout simplement.

Je ne comprend pas trop ce qu'ils ont... Depuis ce matins les rongeurs sont un peu agités mais là ils ont vraiment l'air mal à l'aise... Aurais-tu-

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que quelques cages plus loin, un bruit se fit entendre, trois petits rongeurs partageaient cette cages et visiblement, ils étaient affolés.

Qu'est-ce qu'ils peuvent bien avoir eux aussi! Laurien s'approcha de la cage Les Pennsylvanicus sont pourtant pas les rongeurs les plus agités...

Il examina la cage quelques secondes avant de prendre le bras de Carmilla et de lui demander de la suivre. Ils retournèrent dans la salle principale, à coté de la caisse, le plus loin possible des rongeurs et soudain, le calme plat vers les petites bêtes. Laurien resta muet en regardant vers les cages avant de tourner son regard interrogateur vers celle qui lui tenait compagnie...

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Mar 24 Mai - 23:58



Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?  

Feat le Loir et Mina

“Chère Journal, je ne sais pas comment me débrouiller à présent. Je ne peux pas vraiment demander ça sans être suspecte, mais je ne veux pas que quelqu'un apprenne quel monstre je risque de devenir. Comment faire ?” -Mina Harker

A l'entendre parler de ses valeurs, elle n'avait pas tout de suite fait connexions, relié les choses entre elles. Pourtant ce n'était pas vraiment difficile : les bruits qui couraient sur lui dans les couloirs de l'école n'avaient pas mille et un sujet, et si elle ne passait pas énormement de temps en salle des professeurs, trop de lumière pour son confort personnel, les rumeurs venaient tout de même jusqu'à elle. Elle n'en savait pas beaucoup, ou du moins n'en avait pas entendu des masses, mais le peu qu'elle savait était à son avis suffisant. Drogues. Si un mot pouvait choquer le corps enseignant de l'école primaire de Storybrook, c'était celui-là – ainsi que trainée, mais le terme ne s'appliquait pas vraiment au jeune homme – et il n'avait rien loupé sur le coup. Elle avait pourtant du mal, oh tant de mal !, à concilier l'image du gentils garçons qu'elle avait connut avec ceux qu'on voyait à la télévision dans les reportages du soir, le visage creusé et les yeux hagards. Il était trop gentils, trop doux et innocent. Pourtant, si elle avait apprit quelque chose, c'était qu'il y avait toujours un fond de vérité, voir un peu plus, dans les bruits du couloirs. Enfin, elle ne l'avait plus vu depuis longtemps et ces informations étaient sortit de la tête de Carmilla. Aujourd'hui, elle se rappelait le tout avec une rare netteté quand il s'agissait de souvenir factice – ou non ? – de leur double vie. Elle considérait le jeune homme d'un œil nouveau tout à coup, l'observant subtilement, du moins l'espérait-elle, tentant de trouver des signes, signes qu'elle ne connaissait de toute façon absolument pas.

Elle reprit le fil de la conversation, ne manqua pas de sourire à l'évocation de l'enfant qu'elle était, certes bien loin de la jeune femme qu'elle était aujourd'hui. Comme à Londres e fait, elle avait grandit à pas mesuré, s'éloignant tranquillement de l'enfance et de l'adolescence pour s'installer dans la peau d'une jeune adulte. Elle avait prit le monde comme il venait, avec une vision du monde particulière et de chaque jour qui passait comme seule la maladie pouvait donner. Elle bloqua tout de même sur le terme d'aura. L'aura, comme dans les livres, et les films ? Voyait-il un genre d'halo coloré autour d'elle définissant ses humeurs, ou juste ce qu'elle était ? L'intérêt de Mina s'éveillait, et elle brulait de curiosité sur ce phénomène. Elle mit pourtant de coté l'information, absorbée par les rongeurs sous ses yeux. Elle gloussa légèrement à la blague de son ami, s'apprêtant à répliquer. Mais il enchaina sur le comportement inhabituel de ses animaux, et elle se referma comme une huitre, sa main libre revenait tripoté une mèche de cheveux. Elle sursauta lorsque, plus loin, de l'agitation retint encore leur attention. A l'entente du nom de l'espèce, elle fut encore plus mal à l'aise. Cela ne ressemblait-il pas un peu trop au nom d'une région qui intéressait tout particulièrement Mina ? Elle sentit soudainement Laurien lui attraper le bras, l'entrainant plus loin, et elle se laissa emporte, abasourdit. Le silence se fit tout à coup dans le magasin, et les joues pâles de la jeune femme s'embrassèrent alors qu'elle baissait le regard sur ses bottes, tirant sur sa mèche. Que pouvait-elle dire dans une telle situation ? Il s'agite parce que celui qui peut les contrôler et être l'un d'eux l'avait marqué, la condamnant à l'éternité et la damnation ? Elle préférait encore la mort, elle choisirait plutôt de se planter un pieu dans le cœur à l'instant même où elle se sentirait perdre pied, quand l'heure serait venu pour elle de mourir. Elle ne se laisserait pas renaitre, cela elle le savait. Elle leva un timide regard vers Laurien, puis glissa vers les animaux un peu plus loin qui semblait avoir retrouvé totalement leur calme.

-Je... je suppose que ça doit être à cause d'une odeur que je porte sur moi, je suppose ? On.. On a des hamsters à l'école, peut-être que c'est cela qui les affole ?

Une excuse absolument piteuse et pitiyable, mais elle pouvait toujours espérer le convaincre. Elle n'avait même pas touché du bout des doigts le sujet qui l'interessait, et elle n'était même plus sur de vouloir le faire. Evoquer les chauve-souris qui semblait trop évident. Bien sûr, c'est pare qu'elle-même connaissait l'affaire, et surement que les deux évènements passeraient inaperçu et sans lien aucun entre eux. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'avoir ces pensées paranoïaques. Pourquoi avait-elle quitter son oreiller déjà ce matin ? Elle aurait du s'y blottir même, saisir une vielle peluche abimée de son enfance et ne plus bougez pendant des heures. Et au lieu de cela, elle se retrouvait à l'animalerie. Pourquoi cherchez les chauves-souris ? Pourquoi ça ne pouvait pas être cherchez les moutons hein ? Bon, la chose était tout de suite moins réaliste, et elle n'avait pas connaissance d'un seigneur du Mal et de la Nuit se changeant et commandant les moutons. Tout de suite, ça fat moins classe et peur. Carmilla jeta un coup d'œil sur la caisse, puis dehors, quelqu'un venait de passer devant le bâtiment, observant l'intérieur, puis repartant.

-Tu vois les aura, tu disais ?

Trop dévident comme changement de sujet non ?
-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Mer 25 Mai - 0:31






Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?
feat Carmilla





Laurien commençait à se poser de réelle question sur son ancienne amie... Elle était la cause de l'agitation des rongeurs ça il en était certain... Les animaux en général de la boutique n'avait pas l'air des plus à l'aise d'ailleurs, mais rien de bien alarmant... En revanche, les rongeurs eux devenaient vraiment inquiétants en la présence de la jeune femme et ça, c'était vraiment perturbant... très perturbant... D'ailleurs, cette dernière essaya de trouver une raison logique à cette agitation, comme pour cacher quelque chose... Mais elle ne savait décidément pas trouver d'excuse car celle qu'elle proposa était la moins vraisemblable... Elle aurait pu trouver bien des choses, inventer quelque chose... Mais le coup des Hamsters de l'école....

Non Carmilla... Je doute que l'odeur d'un hamster perturbe à ce point tous les rongeurs... Ce qui me tracasse c'est la reaction des Pennsylvanicus... Elle était vraiment étrange...

Laurien commençais à se demander si les origines de la demoiselle n'avaient pas un lien avec la Pennsylvanie... Et les rongeurs... Il était sur la bonne voix surement oui, mais alors que pouvait-elle être?... En tout cas, le malaise qui envahissait la blondinette la fit changer de sujet, comme si de rien était, pour éviter de devoir parler.... S il voyait les auras? Oui en effet en quelques sorte... Plus une perception... Mais comment lui expliquer...

Hum... Heu, oui, enfin c'est compliqué... Disons que mes anciennes capacités animales refont surface... J'arrive plus ou moins à me rendre compte de l'aura de quelqu'un... Si elle est plutôt bonne ou mauvaise enfin... C'est compliqué... C'est un tout... D'ailleurs je me rend surtout compte de qui etait et n'etait pas animal... Laurien tourna alors ses yeux au plus profond du regard de la jeune femme Et puis il y a des personnes que j'ai du mal à identifier...

Son regard insistant dura quelques secondes, comme si il la sondait... On aurait pu croire qu'il cherchait la vérité au plus profond de l'ame de la jeune femme. Il avait juste perdu son regard en réfléchissant, mais la reflexion avait prit le dessus dans ses yeux et il en ressortait cette impression dérangeante... Celle que l'on a quand quelqu'un vous sonde... Comme si on vous dénudait en public et que l'on cherchait votre plus profonde nudité sous votre peau...Puis il toussa avant d'agiter la tête, se rendant compte de son impolitesse, Laurien détourna le regard et regarda sa montre une fraction de seconde afin de ne pas refixer Carmilla avant de chercher où poser son regard.

Désolé, c'étais assez impoli... Hum... Si tu veux bavasser, que dirais-tu de se rendre dans mon bureau? On y sera plus à l'aise... D'ailleurs tu ne m'as pas dis, pourquoi es-tu là?

Si elle le lui avait dit? il ne s'en souvenait même plus à dire vrai, il avait été trop concentré sur cette histoire de rongeurs... Laurien regarda la fenêtre et les silhouettes qui passaient par là pour esquiver les yeux de la belle blonde... Il n'allait pas le faire éternellement, mais encore quelques secondes afin que le malaise se dissipe...

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   Lun 25 Juil - 17:59



Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ?  

Feat le Loir et Mina

“Chère Journal, je ne sais pas comment me débrouiller à présent. Je ne peux pas vraiment demander ça sans être suspecte, mais je ne veux pas que quelqu'un apprenne quel monstre je risque de devenir. Comment faire ?” -Mina Harker

Hors RP:
 

Elle avait bien sûr parfaitement conscience que son excuse était plus que pitoyable, mais le stress de l'instant donné l'avait empêcher de trouver mieux à répondre dans la précipitation. Et puis de toute façon, y avait-il une vrai réponse qui lui aurait évité toutes questions dérangeantes ? Peut-être oui. Elle écouta avec attention ses explications, d'abord parce que c'était assez intéressant, mais aussi parce que cela apportait un élément de réponse pour la jeune femme. Même si la façon dont il la regardait était assez dérangeante. Regardait-il à cet instant son aura ? Que voyait-il ? Un halo blanc et immaculée lentement dévoré par le rouge du sang, le rouge de la violence qui cherchait à marquer sa vie ? Voyait-il la mort grignoter peu à peu sur sa vie, le noir progressant lentement sur le blanc pour se mêler à la seule couleur qui teinterait un jour - une nuit - son existence, le rouge ? Elle haïssait presque totalement cette couleur qui auparavant trouvait quelques grâces à ses yeux. C'était l'amour et la passion, l'ardeur des amants et la vie, les battements d'un cœur bien vivant. Et pourtant, c'était aussi la rage aveugle, les couleurs de la guerre et de ses violences. Quelle ironie ! Elle était incapable de bouger sous ce regard scrutateur, comme une biche piégée par les phares d'une voiture. Une biche qui deviendrait aussi meurtrière que son chasseur. Lorsque ces deux yeux la quittèrent, ce fut comme un poids que l'on retirait de ses épaules, et elle put enfin respirer - à peu près - correctement. Elle accepta ses excuses d'un mouvement de tête, il était tout pardonné.

-Oui, le bureau est une bonne idée, je ne voudrait pas déranger tes employés ou tes clients. Elle le suivit donc en marchant à peu près à ses cotés, le laissant passer devant quelques fois pour lui montrer le chemin. Tu étais un animal alors avant ? J'ai rencontré une ancienne louve l'autre jour ! Il y a une éternité lui semblait-il même, quand elle était encore enivrée par la lumière du soleil et sa liberté. C'est assez amusant de se retrouver à la tête de l'animalerie non ? Les animaux ont-ils eut des difficultés avec toi au début ?

Après tout... Avec un peu de chance, peut-être penserait-il qu'elle était un animal, et donc que c'était la cause de l'agitation des rongeurs. Connaissait-elle un dessin-animé avec des chauve-souris ? Elle avait beau se creuser la tête, sur le moment elle ne trouvait pas. Peut-être cela viendrait-il après. Une question tout de même lui brulait les lèvres. Que voyait-il ? Quand il la fixait cela avait été si ... Elle avait l'impression qu'il parlait d'elle quand il évoquait ses difficultés à comprendre. La question la rongeait, elle devait la poser !

-Que vois-tu Laurien ? Que vois-tu en me regardant ? Ils arrivèrent à son bureau, et Carmilla s'installa en face de lui. Je venais... Eh bien, je ne m'y connais pas vraiment en animaux en général, et je travaille en ce moment sur des animaux nocturne. Les loups, les hiboux, les chauve-souris. Elle avait faillit buter sur le mot, contrôlant juste assez sa voix pour ne pas faire ce faux-pas. La bombe était lâchée, il ne restait plus qu'à attendre. Mais le lien pouvait être difficile à faire après tout, non ?

-Bob Marley


©️ Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sais-tu comment s'occupe-t-on d'une chauve-souris humaine ? || PV Laurien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Park Sae-Jin - J'ai appris à vivre sans toi, mais je ne sais pas comment vivre sans nos mémoires
» Adam ~ Je ne sais pas comment te dire que je t'aime alors je préfère te le montrer
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: