Partagez | 
 

 Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien   Mar 24 Mai - 0:27

ft. Le Loir & Fée Clochette
Tinkerbell se rend à un entretien d'embauche dans une animalerie. Elle n'avait jamais été à l'aise avec les animaux, ils avaient souvent peur d'elle, à part le lémurien tout choupinou sur son île, mais on peut toujours essayer non ?  

Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ?

Elle n'avait rien fait depuis son arrivée. Cette ville était une malédiction, et elle la detestait profondemment. Et elle était coincée là. Depuis qu'Emma l'avait déposé chez son ami, elle n'en était pas sortit. Oh, il était gentils et attentionné avec elle, vraiment, mais c'était la situation qui l'effrayait. Elle avait eut énormement de mal à se familiariser avec la maison et tout son aménagement, l'électricité et l'électronique, les appareils ménagers, la boite à image qu'il appelait la télévision, et toutes ces choses qu'elle ne connaissait pas. Alors bien sur, elle redoutait fortement – et même totalement – de mettre le nez dehors malgré tout les encouragements qu'on pouvait lui prodiguer, cela lui faisait encore trop peur. Elle se bornait à découvrir la maison et tout ce qu'elle pouvait lui offrir, comme un papillon prisonnier volontairement de sa cage dorée. Sauf que dans ce cas précis, on lui avait arraché ses ailes, l'abandonnant sur le sol terrestre. A cette pensée, elle eut une nouvelle fois envie de pleurer : c'était ainsi depuis son arrivée ici. Ses émotions étaient complètement dérèglée, mordant les une sur les autres pour s'embrouiller en une gigantesque fresque multicolores, adieu la netteté de ses sentiments, une unique couleur fascinante comme elle avait toujours ressentit en elle-même. Elle devait pourtant se reprendre en  main, elle en avait bien conscience. Layton était très gentils, il la nourrissait et la logeait sans rien demander en retour, et elle ne pouvait vivre ainsi pour toujours à ses crochets. Elle devait prendre son envol, si l'on pouvait dire, quitter le nid, des expressions qu'il lui avait appris et qu'elle trouvait ridicule – et offensante.

Elle apprit ainsi qu'elle devait se plonger dans le monde du travail, et de ses finance : elle avait besoin d'argent pour la première fois de sa vie, et allait devoir apprendre  en obtenir – d'une manière totalement morale bien sûr. C'est qu'avant, la fée avait juste à piquer un peu de nourriture à Peter, ou bien à trouver elle-même quelque chose dans la jungle. Elle n'avait aucun loyer à payer à Peter – quelle pensée ridicule – et elle découvrait cela à présent. Layton l'avait ainsi aidé à rédiger une lettre de motivation, un C.V., ajoutant le numéros du jeune homme et expliquant sa situation. Ancienne Fée de l'autre monde recherchant travail afin de pouvoir s'occuper d'elle-même, aucune connaissance de base de la ville de Storybrook et du fonctionnement du monde moderne, apprentissage en cours. Très motivée et volontaire. Pour résumé. Et alors qu'elle ne s'y attendait pas, elle n'avait après tout aucune expérience là-dedans, quelqu'un rappela sur le téléphone de son nouvel ami. C'était le gérant de l'animalerie qui recherchait justement une vendeuse, et qui lui proposait donc un rendez-vous pour étudier son cas.

Ni une, ni deux, elle fut habillée et prête pour sortir. Pas qu'elle-même soit réellement enthousiaste à l'idée de travailler, mais cela faisait plaisir à son logeur, et elle devait subvenir à ses besoins. L'animalerie la laissait tout de même septique, elle 'était pas forcement la plus douée avec eux, et pour preuve ! Elle n'était pas une fée des animaux à Pixie Hollow. Elle n'était rien d'ailleurs là-bas, cuisant souvenir qu'elle préférait oublier. Elle avait enfiler une robe blanche, sobre, agrémentée d'un foulard rouge que lui avait offert Emma et Layton, une veste en cuir de son logeur dans laquelle elle flottait, mais qui portait l'odeur de la maison désormais familière et qui la rassurait. Une paire de ballerine plus tard – elle aurait bien voulut fixer des pompons dessus, mais impossible de les faire tenir ! – et elle était partit. La boutique ne se situait pas dans le centre-ville, oh combien effrayant avec toute cette circulation, comme elle avait pu le penser au début, mais en bordure de la forêt, ce que la jeune fille apprécia tout particulièrement. Elle sourit devant le nom qui était affichée. C'était un grand bâtiment lumineux, et elle rentra rapidement, fuyant l'extérieur. L'intérieur était lumineux, et à son entré une clochette tinta – comme elle aurait pu le faire auparavant. Il eut un instant de silence, durant lequel elle fixa les animaux présent, qui lui rendirent son regard. Elle était venue, comme convenue, à une heure creuse, pour pouvoir être tranquille.

-Heu je v.. Bonjour ! Je viens pour l'entretien d'embauche ! Annonça-t-elle en triturant une mèche de cheveux entre ses doigts. Au nom de Tinkerbell.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien   Mar 24 Mai - 12:57






Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ?
feat Tinki





Voilà deux jours que Laurien avait recraqué... Et qu'il n'osait même pas croiser son regard dans une vitre... Il avait honte de lui même et qu'on l'ai vu ainsi... Son rituel du matin avait donc provisoirement changé...
Laurien s'était levé à la première sonnerie, même avant pour dire vrai. Il avait tourné sous sa couette quelques minutes pour attendre la sonnerie et il s'était levé. Son placard était resté ouvert pour ne pas voir le miroir qu'il y avait sur la porte de ce dernier.
Il s'habilla avant même de déjeuner avec un pantalon en cuir brun, un t-shirt couleur fauve et mit sa montre. En sortant de la chambre, il enfila une paire de bottes mi-molet Kdopa de la gamme Retro et se dirigea vers la cusine. Alors qu'il allait se servir un bol de yaourt liquide et de céréales, un bruit se fit entendre à la fenêtre : Berlioz! Son chaton était revenu après plus de 2 jours d'absence! Un soulagement pour le jeune homme qui serra son chaton si fort dans les bras qu'il eu peur de l'étouffer. Après un petit sermon, il lui servit un bol de croquette et sa petite tasse à thé de lait puis se fit couler son café avant de souffler... La vie reprenait doucement son cours et bientôt cette rechutte serait loin derrière... Très loin.
Une fois le déjeuné engloutit, les dents brossées (le miroir étant drappé dans la salle d'eau) et un dernier coup d'oeil sur les vêtements, Laurien enfila sa veste de ville en cuir brun délavée, plus claire que son pantalon, et enfila un chapeau PorkPie Marron sur lequel brillait le blason doré de la marque accroché sur le ruban avec la tête d'une plume de paon.

Il s'assura que la porte était bien fermée pour éviter une nouvelle fugue de Berlioz et il parti en direction du centre ville. Il commençait à 10h aujourd'hui, il n'était que 8h30. Laurien voulait prendre deux cafés avant d'aller à la boutique et il devait également rappeler quelques personnes pour des entretiens d'embauche. Une candidature avait retenue son attention, celle d'une fée qui avait une situation particulière... Elle avait besoin d'un travail et avait l'air motivée bien que novice. Ce serait son premier entretien cet après-midi! Les cafés en main, il se rendit à la boutique où il déposa un café sur le comptoir pour son collègue avant de monter dans son bureau.

La pièce devait faire à peu prêt 16m², l'ancien propriétaire avait laissé ses meubles et Laurien avait réaménagé comme il l'avait pu. Il y avait donc dans l'angle droit en face de la porte un grand bureau en chène vieillit par le temps qui permettait de voir par la fenêtre le paysage qu'offrait la forêt. Deux chaises en bois assez ancienne couvertes d'un coussin vert faisait face à la chaise de bureau de la même couleur que Laurien avait prit comme fauteuil. Derrière Le fauteuil se trouvait une étagère d'angle avec de la paperasse et tout le lond du mur en face de la porte se trouvait une bibliothèque pleine d'ouvrages sur les animaux. Enfin, sur le sol se trouvais un grand tapis vert en harmonie avec le parquet. Le tout donnait l'impression d'être dans une époque passée, l'odeur du bois, de la cire et les couleurs marron et vert offrait un voyage dans le temps que le propriétaire des lieux appréciait par dessus-tout. Il avait même un coin de la pièce aménagé pour accueillir 1 ou 2 petits animaux au besoin.

Une fois assis sur son siège, quelques coups de fils passé au Zoo et à des clients/fournisseur, Laurien se pencha pour attraper les CVs qu'il avait choisi et composa le numero de Tinkerbell. L'entretien fu fixé en début d'après-midi pendant les heures creuses. Une fois que cela fut fait, Laurien descendit pour s'occuper de la boutique et jouer avec les lapins. Les beaux jours revenait et ils allaient bientôt remettre en place les activités d'été avec les enfants ce qui excitait tout particulièrement Laurien qui voulait faire les choses encore mieux que les autres années! Cette année c'était LUI qui s'en occupait! Et il voulait que tout soit grandiose! Dès le lendemain, ils allaient se mettre à nettoyer la ferme et refaire les enclos comme il le fallait. Dans quelques jours, les lapins allaient pouvoir être sortis au même titres que d'autres animaux.
Quand midi sonna, Laurien demande à son employer d'attendre avant de prendre sa pause. Il alla manger rapidement et quelques minutes après, il entendit toquer à sa porte...

Au rez-de-chaussé, la clochette tinta et une jeune femme entra. L'homme derrière le comptoir lui indiqua le bureau du gérant avec un sourire avant de retourner à ses occupations..

Elle était là, Laurien avala une gorgée de café froid et frissona pour se détendre avant d'annoncer d'une voix assurée : Entrez

Une jolie jeune femme blonde entra, elle avait des yeux foncés et une cascade de cheveux blonds magnifique. Elle était habillée de façon simple mais très mignonne ce qui détendit laurien qui avait peur de recevoir quelqu'un avec un chignon tiré et un tailleur. En lui souriant légèrement il se redressa et lui tendit la main :
Mademoiselle Tinkerbell? Laurien Stan, vous êtes un peu en avance une fois les salutations executées, il se rassit et l'invita à faire de même

Alors avant tout merci à vous d'être venue, Il parcoura le Cv du regard pour la 17iem fois depuis son arrivée ce matin avant de relever le regard vers la jeune femme et de croiser ses mains sur le bureau Qu'est-ce qui vous pousse donc à venir travailler au sein de mon animalerie? Vos motivations, vos attentes...
On sentait que c'était son premier entretien en tant qu'employeur... Il n'était pas très à l'aise et ne savait pas trop quelles questions poser pour entamer ce dernier...

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien   Dim 29 Mai - 0:50

ft. Le Loir & Fée Clochette
Tinkerbell se rend à un entretien d'embauche dans une animalerie. Elle n'avait jamais été à l'aise avec les animaux, ils avaient souvent peur d'elle, à part le lémurien tout choupinou sur son île, mais on peut toujours essayer non ?  

Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ?

Elle avait été aussitôt redirigé vers le bureau du patron, et avait frappé trois coups sur la porte. Quelques secondes, et une voix d'homme l'avait autorisé à rentrer, ce qu'elle avait fait assez rapidement. La pièce était très lumineuse, une chose qu'elle apprécia tout particulièrement puisqu'elle regrettait chaque jour qui passait sa propre lueur dorée, et spacieuse. En face d'elle, un homme se leva de derrière un bureau massif et lui tendit sa main. Il eut un flottement, oh à peine une seconde, alors qu'elle se retrouvait à fixer cette main, ne sachant qu'en faire. Les souvenirs de sa conversation avec Layton le matin même lui revinrent alors, et elle se jeta presque sur cette paume pour la serrer, effrayée à l'idée d'avoir déjà fait une bêtise. Elle acquiesça doucement, incertaine quand à ce qu'elle devait répondre là-dessus. On le lui avait répéter, elle ne devait pas être en retard, et arriver même avec un peu d'avance serait quelque chose d'apprécier. Le voyant s'assoir sur son fauteuil, elle en fit de même sur l'une des deux chaises rembourrées qui se trouvaient là... Ses pieds ne touchaient pas le sol. Elle croisa ses deux chevilles et se mit à les balancer en rythme, les mains jointes sur ses cuisses, totalement à l'écoute de Monsieur Stan – ça aussi on le lui avait appris, elle ne pouvait pas appeler tout le monde par son prénom, une chose ridicule de son avis. Comme beaucoup de choses dans cette ville mais bon. Elle savait bien que tout était diffèrent de sa précédente vie. Prce qu'avant, elle était minuscule. Avant, elle était à peine plus haute qu'un rongeur, plus petite qu'un oiseau. Les aigles étaient son ennemie naturel, et les arbres sa maison. Elle était une minuscule petite chose, une chose gracile et virevoltante incapable de communication avec les humains, si petite qu'on ne pouvait distinguer ses traits avec exactitude, à peine sa silhouette entourée d'un halo de lumière. Et elle était là, aussi grande eux, comme eux. Sans oreilles pointues, sans petits pompoms qui tenaient comme par magie – par magie en fait – sur ses pieds, et oui ce point précis la tracassait vraiment, pas de clochettes. Pas d'ailes. Voler lui manquait. Elle se sentait comme un oiseau pris en cage, une fée piégée dans une ville humaine, sous une forme humaine. Pas qu'elle n'apprécie pas cette race, ou qu'elle les dénigre, elle n'avait rien contre eux à la base. Il y avait des bons, et des mauvais – nota bene à cette sorcière insupportable qui avait créer Storybrook. C'est juste qu'elle n'en était pas, elle était une fée. L'homme justement en face d'elle venait de lui poser une question, et un air pensif s'installa sur le visage de la jeune fille.

-Eh bien je.. Avant tout je dois trouver un travail. Pour heu.. Gagner ma vie, voilà. Je viens juste d'arriver dans la ville, enfin. Emma ne sait pas pourquoi, mais je suis arrivée après tout le monde, je viens de l'autre monde. Je n'ai jamais travaillé avant, mais je suis motivée. Check sur la liste des choses à dire. Après, j'ai peut-être plus d'expérience dans les animaux enfin, elle tripote nerveusement le bas de sa robe, baisse le regard, souvenirs douloureux, elle fixe le bracelet en fils tressés à son poignet, je n'étais pas une fée des animaux avant, mais l'une de mes amie en était une, et je l'aidais parfois. Mettre sous silence qu'ils avaient souvent peur d'elle, check. De toute façon, elle s'en sortirait mieux maintenant qu'elle était plus grande qu'eux. Et puis si n'importe quel humain pouvait travailler ici, elle pouvait bien le faire non ? Même en étant une fée effrayante, elle était toujours une fée de Neverland, proche de la nature. Alors j'espère pouvoir rester ici, afin de ne pas dépendre de Layton, qui me nourrit et me loge Je souhaite devenir hum.. Indépendante ? Autonome. Et j'aimerais aussi un peu plus me familiariser avec ce monde nouveau. Travailler dans un milieu à la fois nouveau mais familier m'aiderait.

Elle allait poursuivre, énonçant bien sagement tout ce qu'on lui avait conseillé de dire lors de ce premier entretien, lorsqu'une musique parvint à ses oreilles. C'était tout d'abord diffus, mais clair pourtant. Un air entrainant et joyeux, qui donnait envie à l'ancienne fée de se lever pour danser librement. Elle réussit à se contrôler. Enfin, elle ne se mit pas à danser, c'était un bon point ? A la place elle se leva brusquement et se précipita vers la fenêtre pour observer l'extérieur. Enfin, elle échappa de peu au pire qui pouvait arriver en cet instant : grimper sur le bureau, le chemin le plus direct pour accéder à la fenêtre. L'élan, comme si elle avait voulu s'envoler, n'avait été stoppé que parce qu'elle avait aperçu une petite plante sur le bureau, orné de piquant, et elle préférait ne pas heurter la plante. Elle dérapa donc sur le sol, contournant le meuble, pour surgir devant la fenêtre cherchant l'origine de la mélodie. Un homme jouait d'un instrument juste dans cette rue, un accordéon comme elle en avait déjà vu à Londres auparavant. Ses yeux pétillèrent de joie. C'était l'un de ses problèmes que Tinkerbell avait du mal à gérer : ses émotions. Elles ne cessaient de sauter et de disjoncter, s'entremêlant entre elles, se brouillant, et elle passait d'un extrême à l'autre, intégrant multiples nuances inconnues pour elle. Reprenant conscience brusquement, elle sursauta et s'écarta de la vitre, les joues brulantes, déjà prête à balbutier des excuses. Elle se recula, tendant la main et... La posa sur la plante, qui était bien entendu un cactus. Sursautant à nouveau, elle récupéra bien vite à sa place sa main serré contre elle. Un regard rapide, aucun dégât, et elle regarda timidement vers Mr Stan, croisant à nouveau ses chevilles.

-Je suis désolée ... Depuis que je suis arrivée, j'ai des problèmes heu..  d'émotion. Mais je vois le Dr Chester pour arranger ça ! C'est le passage dans un corps humain qui a un peu tout chamboulé... Mais euh je ferais de mon mieux si vous voulez de moi ! Et j'ai un peu d'expérience avec les animaux, je m'étais occupée des oiseaux, et des rongeurs pour les charrettes et .. Oui, j'ai aussi aidé des lémuriens, et euh vous savez, ils vivent dans le froid, ils sont noirs et blanc, c'est vraiment mignon ! Ils ne volent pas malgré leurs ailes ! Il y en avait 4 sur mon ile, ils étaient perdus avec un cheval rayé ! Elle essayait de se rattraper, de rediriger la conversation sur la question première, et son ton se précipitait. Je connais les noms, mais il m'échappe là, c'est le décalage du langage, mais je lirais les livres là-dessus ! Elle avait vraiment étudié les animaux chez Layton, avec l'ordinateur. Elle avait appris des choses, sur les poules, les chèvres et autres vaches que comptaient ce monde, absent de son ile natale. Elle voulait être prête à toute question, et elle oubliait un simple nom. Quel plaie ! Travail, argent, mais ou était la simple vie à l'arbre du pendu, sur l'ile de Neverland.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien   Ven 3 Juin - 17:29






Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ?
feat Tinki





L'entretien venait de commencer et Laurien regardait attentivement son interlocutrice, comme si il buvait ses paroles. La jeune femme annonçait cache qu'il lui fallait un travail, de l'argent... Et aussi qu'elle n'avait jamais travaillé... Pour un patron normal, l'entretien commencerai surement assez mal, ça se résume à " Je ne sais rien faire mais j'ai besoin de thunes donc je vous ai choisi sur le volet"... Mais dans le cerveau du loir, cela sonnait bien différement... En effet, Pour Laurien ces premiers mots étaient déjà signe d'honnêteté et de courage... Ou de naiveté, auquel cas c'était mignon. Bref, elle plaisait déjà au gérant! Elle commençait donc sur le bon pied... De plus, il constata des signes de nervosité comme un tripotement de robe, ou un regard vers le sol. Elle avait donc peur de ne pas convenir au poste? Elle n'était donc pas de ces personnes toujours sûre d'elles, sachant toujours tout sur tout. Ne pas avoir trop confiance en soit, une bonne chose, savoir se remettre en question.
Amie avec une fée des animaux? Donc elle avait des notions... Puis les fées devaient être habituée aux animaux en général présuma-t-il en la fixant, sourcils hauts mains jointes devant la bouche. Le jeune homme la laissa finir avant de décroiser les mains et ouvrir la bouche pour parler...

Et bien écouter mademoise-

Il fut alors coupé lorsqu'elle détourna son attention sur l'accordéoniste qui se trouvait au bas du bâtiment... Laurien n'avait jamais compris pourquoi cet homme venait jouer là... Il le laissait faire car il récoltait un peu de monnaie et souvent les gens faisaient un tour dans l'animalerie après avoir écouté sa musique. Un échange de bon procédé jugeait-il... Puis c'était toujours agréable de boire un thé avec la vie en rose en fond. Il eut a peine le temps de distinguer un air de musique anglaise que sa future employée -comme il avait déjà décidé de l'appeler dans sa tête- se lança sur la fenêtre. Tout bon patron aurait trouvé cela absurde, abhérant! Mais pour Laurien, c'était une preuve de curiosité, de dynamisme... Et puis elle était tellement mignonne avec ses yeux grands ouverts, comme une enfant devant une vitrine de jouets. Bien qu'un peu choqué, l'ancien loir souria et la regardait revenir s'aseoir quand elle se piqua la main sur un cactus... Qu'est-ce que foutait ce cactus ici? AH OUI! L'ancien gerant, biensûr... Laurien avait gardé ces petites plantes à aiguilles qu'il avait placé comme bon lui semblait... Mais c'était visiblement un peu dangereux. Il avait noté au fin fond de sa mémoire donc d'acheter des plantes grasses. L'air inquiêt, il la regarda examiner sa main avant de reprendre la parole... Mais il n'écoutait plus rien, il voulait voir si elle saignait... S'était-elle blessée? cette plante risquait-elle de l'empoisonner? L'endormir? La rendre rikiki? Géante? Oh non pas géante! c'était un calvaire dans ce genre de situation! puis à l'étage! Non non non ça allait détruire tout le plancher! Bon elle ne grandissait pas, c'était toujours ça de pris... Mais elle rapetissait? Oui! Non! Si! Que de rêve pardi! Elle était toujours à taille humaine! Mais alors qu'elles effets risquaient d'avoir la piqûre de la plante sur elle? Il fallait l'examiner de prêt et se préparer à bondir sur le portable pour appeler l'hôpital... mais ne pas le faire en avance non... Cela pourait être benin après tout... Et puis un zebre pourrait bien soigner ça... Un zebre? pourquoi un zebre? Mais d'où il sort? Cheval rayé? Poney? licorne? MAIS OUI TINKERBELL!

Un zebre! Oui c'est un zebre, les rayures, c'est en affrique ça a une corne.. Heu non pas de corne..

Laurien reprenait doucement ses esprits avant d'agiter la tête. L'air d'avoir tout écouté il regarda la jeune femme et reprit calmement :

Ne vous en faites pas, nous avons pas la place pour des zebres ici... Puis les gens ne les adopteraient surement pas... Mais ecoutez, votre profil m'intéresse, vous êtes dynamique, curieuse, volontaire, franche... et j'aime beaucoup ça, vous devez être quelqu'un de Loyal, la loyauté est une valeur qui n'est pas donnée à tout le monde... Croyez-moi!

Laurien se redressa et se leva, contournant le bureau et attrapant le cactus... Il le contempla quelques secondes avant de froncer les sourcils et de le poser en hauteur. Bien trop dangereuse cette créature... Il reprit sa marche jusqu'au fond de la pièce et remplis une bouilloire avec une boutelle d'eau et deux petites tasses.

Pour les livres, je pourrais vous en prêter ne vous en faites pas, nous avons bien des espèces animales et je vous avoue que si les noms n'étaient pas sur les cages, je pourrai facilement les oublier. Mais il faut connaitre les caractéristiques de chaque famille si ce n'est chaque espèce. Ca viendra avec le temps ne vous en faites pas...

Une fois que l'eau fut assez chaude mais qu'elle ne bouillonait pas encore, il coupa la bouilloire et versa l'eau dans les deux petites tasses à thé qu'il avait acheté chez gold : des tasses qui venaient tout droit de la table du chapelier au pays des merveilles... Il y déposa une petite boule en métal dorée dans chacune avant d'en poser une devant chacun d'entre eux.

C'est l'heure du thé, enfin plus ou moins... Ce serait plus sympathique pour continuer à converser non? Il souffla sur sa tasse avant de la poser J'espère que votre piqûre ne vous incommode pas.

Il finit sa phrase avec un air inquiêt/interrogateur attendant sa réponse avant de reprendre en profitant de l'odeur du thé vert, du citron et de la framboise qui montait de sa tasse.

Nous sommes une petite équipe... Il me faut quelqu'un de volontaire, sociable et polyvalant... Je pense que vous correspondez au poste, vraiment... Et vous en avez besoin. Mais j'ai besoin de quelque chose de plus dans l'équipe : La complicité, l'amitié... Car ce n'est qu'avec ses amis que l'on accomplit de grandes choses... Mon passé me l'a apprit...

Pourquoi ne les avait-il pas accompagné pour la bataille? Pourquoi avait-il pensé à lui avant les autres? Il avait perdu ses amis... Tous... Où étaient-ils? Seul, on accomplit rien, il ne faut pas penser avec son orgeuil, mais avec son coeur...

Cette ambiance vous conviendra-t-elle? Il y aura un cadre et des manière à avoir... Mais surtout de la bonne humeur et du naturel... Les animaus en ont besoin, il faut être soit.

© Jawilsia sur Never Utopia
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je n'ai pas de Tale, mais je suis Fairy, on peut tenter quelque chose non ? Ft Laurien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moi?Te voler quelque chose?Mais naaan,j'oserais pas.. (avec Tara)
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Papa, c'est toi ? ▬ Ouais mais j'suis occupé là !
» Mais t'es mon pote toi ! Ou autr' chose..[Sei]
» Monter, descendre, gauche, droit .. Mais où suis-je ? -> Alecto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: