Partagez | 
 

 Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser   Sam 9 Juil - 2:08


   
Lucy & Juvia
   
   
Une brune a toujours une blonde correspondante et inversement !.
   
Assise à son bureau, Lucy hochait de la tête en rythme, son casque rose vissé sur ses oreilles. Elle écrivait un passage intense de son prochain roman où le personnage principal était sur le point de céder face aux monstres devant lui. La musique classique, et la musique en général faisait bouiller son imagination encore plus qu’en temps normal et c’était parfait pour l’écriture. Elle se visualisait parfaitement la scène, comme si elle l’avait déjà vécu. Le héros de son histoire, un certain Nathan combattait sans relâche un groupe de personnes qui n’avait qu’un seul but dans la vie, renverser la lumière et l’amour pour que les ténèbres et la haine règnent en maître sur l’univers. Nathan et ses amis avaient ainsi pour mission de combattre la noirceur dans le monde. A cet instant précis, le combat était mal parti. Ces camarades étaient pour la plupart à court d’énergie, la mise au point du Nirvana, le procédé pour faire sortir les ténèbres allaient se lancer et Nathan montrait des signes de faiblesses. Mais c’est alors qu’un énorme vaisseau volant, en forme de Pégasse surgit dans le ciel noir. C’était le bombardier magique, Christina, les autres amis de Nathan qui venaient les aider. L’espoir surgit alors sur le champ de bataille comme la fleur perce neige dans les milieux hostiles.

« Lucy … Lucy » … Poussant un cri de frayeur, alors qu’elle était sur le point de décrire la scène de renaissance de la force, elle tomba presque de sa chaise en enlevant son casque. « Qu’est ce qui se passe ?? » On pouvait sentir l’angoisse dans la voix de l’écrivaine qui avait encore tout son esprit dans l’écriture de son histoire. « Je veux que tu ailles faire un reportage en ville, une nouvelle boutique viens d’ouvrir et le concept me parait vraiment très flou. » Se redressant de sa chaise, replaçant sa jupe correctement, Lucy regarda son patron avec une pointe de méfiance. « C’est-à-dire ? C’est pourtant assez simple d’identifier un concept de commerce … » Les mains sur les hanches, elle ne savait pas pourquoi mais elle sentait le coup fourré. Il était bien du genre a lui dire d’aller faire un reportage sur une boutique de sextoys sans l’avoir averti au préalable. Elle qui voulait faire du journalisme, du vrai, celui où on se salit les mains en contact avec l’information était assez servi ironiquement au Daily Miroir. Storybrook était une ville tranquille, sans évènements particuliers, ni faits divers particuliers et heureusement qu’elle avait son métier d’écrivaine à coté pour s’échapper sinon elle serait devenue folle. Mais d’un côté, avoir un peu de paix dans son travail ne l’a dérangé pas tant, vu comment sa vie privée était digne d’un roman d’espionnage.

« Très bien je m’en charges. Donne-moi toutes les informations et j’irais faire un reportage. J’ai jusqu’à quand pour l’article ? » « Trois jours, je le veux pour la réunion de rédaction de vendredi, il paraîtra dans l’édition du week end ». Levant les yeux au ciel, Lucy soupira tout en claquant un peu trop violemment le rabas de son ordinateur. Trois jours … et pourquoi pas 24h tant qu’on y était … parfois elle se demandait si elle était journaliste où esclave. « N’oublie pas quand même de m’envoyer les informations par mail ça sera sympathique. » Attrapant son sac et son manteau, Lucy ne répondit même pas à la phrase pleine de sous-entendu de son patron. Peut-être qu’un jour son cerveau assimilera l’information qu’elle ne sortirait pas, même jamais avec lui, mais pour le moment elle devait faire avec et repousser constamment ses avances. Jettant un coup d’œil à sa montre, il n’était pas loin de midi. Elle avait le temps de rentrer dans son appartement pour manger un petit bout et se reposer. Heureusement qu’elle ne logeait pas très loin des bureaux de journal. Elle avait trouvé ce logement par une petite annonce et sa logeuse l’avait accepté les yeux fermés. Pas de caution, pas de chèques en avance, même aujourd’hui elle pensait qu’elle avait eu beaucoup de chance avec cette dame. Peut-être que le chèque qu’elle lui avait fait aussi avant que son compte d’avant ne soit bloqué par son père l’avait rassuré. Aujourd’hui sa situation financière allait beaucoup mieux que quelques années auparavant. Son premier livre c’était très bien vendu, et maintenant son salaire était fixe vu qu’elle avait été engagé comme journaliste. Fini la petite pige de temps en temps.

Rentrant dans le hall de son immeuble, elle commença à fouiller dans son sac, où plutôt son bazar pour trouver ses clefs quand elle faillit percuter une personne. Son cœur rata un battement quand son regard croisa celui de son homologue. « Pardon … je suis vraiment désolée je .. » Mais elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il était déjà parti avec un petit sourire. Ce gars, c’était plus qu’une sensation de déjà-vu. Elle était sûr de le connaitre. Triant ses souvenirs tout en montant les marches, elle tilta quand elle rentra la clé dans la serrure. Oui c’était ça, c’était son voisin un peu bizarre qui l’observait depuis sa fenêtre. Parfois elle voit son ombre derrière son rideau alors qu’elle regarde les étoiles pensives. Dans une autre situation, elle aurait déjà eu peur, mais là, non. C’était très étrange et cette histoire l’a faisait réfléchir pendant des heures car elle voulait en savoir plus. Non elle n’avait pas peur car c’était le contraire, elle appréciait ça. Certes elle était seule depuis un moment, mais elle n’était pas non plus désespérée au point de tomber amoureuse du premier homme venu. Une petite mélodie l’a sorti de sa rêverie. C’était son boss qui venait de lui envoyer enfin les informations sur ce fameux commerce mystère.

Le temps passa, et après une bonne sieste Lucy était d’attaque pour interviewé la patronne de ce bar à eau. Elle avait lu et analyser ce qu’il lui avait dit en mangeant sa salade césar avant de s’endormir comme une buche sur le canapé. C’est sûr que son rythme était un peu décalé vu qu’elle écrivait souvent la nuit et qu’elle devait ainsi rattraper ses heures de sommeil. Cherchant la rue qu’on lui avait indiqué, elle n’eut pas de mal à la trouver. Après tout, c’était l’une des rues les plus commerçantes de la ville, c’est juste qu’elle ne connaissait pas son nom au départ. « Oh moins je serais moins bête en me couchant ce soir ». Se stoppant devant la devanture, c’est vrai qu’elle trouvait elle aussi le concept étrange. Un bar à eau. Pourquoi faire un bar avec juste de l’eau. Bon après tout, il y avait bien des bars à céréales alors pourquoi pas. Elle n’était pas quelqu’un d’étriqué mentalement et le bar à eau l’intéressait vraiment. Poussant la porte, elle remarqua déjà qu’il y avait quand même du monde. Certes l’établissement n’était pas plein, mais il n’était pas non plus vide. Examinant les lieux, elle aimait bien la décoration, assez sobre, en bleu et blanc, des couleurs relaxantes. Allant s’asseoir au niveau du bar, elle prit une carte pour regarder le choix qu’il y avait. Différentes eaux, avec différentes propriétés, intéressant. Quelques minutes après, une jeune femme brune l’interpella pour prendre sa commande. « Oh et bien je vous avouerais que je ne sais pas trop quoi choisir. » C’était assez vrai et le fait de dire ‘mais ce n’est que de l’eau’ lui brûlait la langue, mais Lucy était bien élevée alors elle ravala sa phrase. « Excusez-moi Mademoiselle, mais j’aimerais si c’est possible rencontrer la directrice de cet établissement. »  Fouillant dans son sac elle sorti alors un étui rose qui contenait sa carte de presse pour le montrer à la jeune femme en guise de bonne foi. « Lucy Loke, journaliste au Daily Miroir, je fais un reportage sur les nouveaux commerces à fréquenter et j’aimerais si c’est possible interviewer Mlle Lockser. »

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser   Jeu 14 Juil - 0:42


   
Lucy & Juvia
   
   
Une brune a toujours une blonde correspondante et inversement !.
   
La journée de Prue ne pouvait qu'être plus belle ! Elle s'était levé du pied droit et avait trouvé sa jolie robe blanche à la marylin Monroe du premier coup ! ses cheveux brun relevé en queue de cheval retombaient en cascade dans son dos et sur ses épaules et son maquillage léger lui donnait un air encore plus frai qu'un bouton de rose. Une foi ses talons bleu et son sautoir assorti enfilés, Prue s'est rendue jusqu'au starbuck le plus proche pour prendre un thé glacé avant d'ouvrir son bar à eau. Les clients n'arrivaient généralement pas avant 10 heure -quand ils arrivaient- et il était 9h30, le temps de tout mettre en place et Prue allait pouvoir ouvrir ! Et en plus le bel homme sur lequel elle avait craquée depuis peu venait de passer devant la boutique alors qu'elle était sur une petite table de la terrasse. Rien ne pouvait gâcher sa journée! tout était PARFAIT! Et les premiers clients arrivaient déjà ! Prue allait payer son loyer à temps ce mois-ci !

Bienvenue à Lluvia Fontain! Prue Lockser pour vous servir

C'était des clients habitués, ils prenaient tout le temps la même eau et depuis que Prue avait ajouté de l'aloe vera en supplément, la jeune femme venait aussi en fin de journée pour une seconde boisson.

La journée se poursuivit sans encombre et les clients étaient deux fois plus nombreux qu'en temps normal, beaucoup de nouvelles têtes, des curieux, étaient venu cet après-midi d'ailleurs. La jeune femme assise au bar en faisait parti d'ailleurs et Prue se dirigea vers elle, une main posée gracieusement sur le comptoir et l'autre le long du corps. Elle avait vue ce genre de methode sur une chaine youtube et même si ça faisait un peu surjoué, Prue était persuadée que cela lui donnait un air plus chaleureux et plus professionnel (même si elle paraissait plus incompétente mais volontaire qu'autre chose...)

Bienvenue à Lluvia Fontain! Je peux vous aidez mademoiselle?

Le petit accent français de Prue lui avait permit d'attendrir pas mal de client et était son "atout charme"! Quelque chose de très important d'après la fameuse chaine Youtube!

La directrice?

Prue était un peu désorientée, c'était la première fois qu'elle était appelée ainsi et très vite elle découvrit qu'elle était la cible du Mirror et allait être interviewée ce qui l'a fit rougir légèrement et lui fit perdre son latin.

Oh heu, et bien enchantée mademoiselle Lock, Prue est très heureuse de vous rencontrer... Mademoiselle Lockser.

Prue lui tendit la main et dévoila à une totale inconnue une de ses mauvaises manie à la Alain Delon : Parler d'elle a la troisième personne. une manie développée à l'enfance quand elle était seule, pour avoir l'impression que quelqu'un s'adressait à elle. Avec le temps, c'était devenu sa façon courante de s'exprimer ce qui déstabilisait plus d'une personne. Elle essayait donc d'éviter d'évoquer sa personne au maximum.

Prue va vous offrir un verre de la meilleure eau du Lluvia Fontain accompagnée d'un arôme d'aloe vera. Vous verrez l'eau est légèrement pétillante et accompagnée d'un arôme fruité et légèrement amère. l'aloe vera permet de casser l'amertume. Oh allons nous asseoir à la terrasse, je met un petit papier sur le bar pour prévenir de l'endroit où je me trouve. Vos cheveux sont magnifiques! Ils sont naturels?

Elle avait débité tous ces mots à une vitesse folle et avec une légère nervosité tout en versant l'eau dans un long verre droit assez design légèrement évasé sur le dessus, apportant un effet très chic et haut de gamme à l'établissement. Une fois le tout prêt, elle fit signe à Lucy de la suivre à une table à l'extérieur et s'assit de sorte ce qu'aucune des deux jeunes femmes n'ait le soleil dans les yeux... Etrangement, Prue avait l'impression de connaître son interlocutrice... mais d'où?

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser   Ven 29 Juil - 0:47


   
Lucy & Juvia
   
   
Une brune a toujours une blonde correspondante et inversement !.
   

Il ne fallut pas plus que les jolies rougeurs sur la peau pâle de la jeune femme qui lui avait demandé ce qu’elle voulait pour comprendre qu’elle était la fameuse directrice. Attrapant la main qu’on lui tendait, Lucy renvoya alors un sourire éclatant, digne d’une publicité pour dentifrice tout en se posant la question de pourquoi elle venait de répéter son nom de famille. « Enchantée Mademoiselle Lockser, Prue c’est ça ? Cela ne vous dérange pas si je vous appelles comme ça ? . » Ne s’en formalisant pas pour le moment, elle sortit alors un petit calepin et posa son portable sur le bar en mode enregistreur. « Avec plaisir, je n’ai jamais goûté d’eau à l’aloé verra. » Regardant attentivement tous les gestes de la jeune femme, Lucy pensa que finalement elle n’allait pas s’embêter comme elle l’avait pensé pendant sa pause déjeuner. La patronne avait l’air très gentille, avec une personnalité hors du commun, et c’était des personnes comme ça qu’elle recherchait pour ses articles et surtout pour ces romans. Ce fut à son tour de rougir devant le compliment qu’elle venait de lui faire. Touchant par réflexe les boucles de sa perruque, Lucy souria un peu gênée. Que lui aurait elle dit si elle avait vu ses cheveux blonds ? Parce que ceux-là étaient magnifiques et elle en prenait soin comme la prunelle de ses yeux. Mais là, elle ne pouvait pas se promener comme ça, à visage entièrement découvert. « Merci, mais non, ce sont des extensions et une couleur. » Pourquoi avait elle dit ça ? Souvent, elle disait que c’était ses cheveux. Enfin en général personne ne lui posait ce genre de questions, mais là, elle s’était presque senti obligé de lui dire qu’un demi mensonge. Chose très étrange, elle avait même envie de lui dire la vérité, mais elle ne pouvait pas. Si quelqu’un venait à l’apprendre, elle serait mal pour la suite.

Heureusement, Prue l’a sorti de ses pensées en l’appelant pour l’a guidé jusqu’à la terrasse. L’établissement était vraiment très chic, et Lucy se demandait pourquoi elle n’en avait pas eu connaissance avant. Reprenant son téléphone, elle sortit alors à toute vitesse à l’extérieur, pour retrouver la demoiselle assise à une table. Prenant place, Lucy regarda les alentours, s’imprégnant des lieux. « La décoration est vraiment très jolie,c'est vraiment très plaisant. » Les plantes colorées, les petites tables en fer forgé et les balconnières donnaient un air parisien que plaisait à la blonde. « Vous êtes parisienne non ? » Elle avait entendu dès le premier mot, lui rappelant quand elle allait en vacances dans des grands hôtels de luxe, mais dont elle avait interdiction de sortir. Heureusement que les servantes que son père lui payaient étaient des amours avec ce petit bout de chou, sinon elle aurait fini dans un asile.

« Cela ne vous dérange pas que je vous enregistre ? C’est plus pratique après pour retranscrire l’interview et comme ça, je peux ainsi vivre pleinement le moment présent. »  Elle pouvait au moins regarder la personne dans les yeux sans qu’elle ne soit préoccupée toutes les deux minutes à écrire rapidement ce qu’elle lui disait. Puis par la suite, elle n’aurait pas à s’engueuler pour son écriture totalement illisible. « Bien entendu cet enregistrement restera purement confidentiel et je l’effacerais dès que mon article sera bouclé, vous avez ma parole. » Lucy porta alors la main gauche sur son corps avant de levée la droite en signe de bonne foi. Elle faisait toujours ça, détruire les enregistrements, surtout quand des off compromettant s’y trouvaient. Elle n’avait pas besoin de bande son, tout était enregistré dans sa tête, et puis s’il fallait des preuves, elle avait son interview papier. Mais là, elle doutait fort de trouver des affaires de corruption ou de fraude fiscale. « Du coup, on va pouvoir commencer. On va y aller doucement, j’aime bien prendre mon temps. » Sous-entendu qu’elle aimait bien mettre à l’aise les personnes avec qui elle travaillait. Sa voix était douce, posée, son regard encourageait à la discussion. « Alors, racontez-moi un peu votre vie, votre parcours, et cette idée originale du concept. » Sirotant son eau, qui avait effectivement toutes les propriétés décrites, Lucy écouta attentivement Prue parlait, alors qu’elle avait la sensation de l’a connaître, comme si, elle avait en face d’elle, un de ses personnages de roman.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne dit on pas que le ciel est le miroir de l'océan ? } Juvia P. Lockser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Les 4 sacrés du ciel
» Dessine moi un arc-en-ciel... [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: