Partagez | 
 

 The Eternal Night - Cocktail pour une bonne santé [PV Aguistin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: The Eternal Night - Cocktail pour une bonne santé [PV Aguistin]   Mar 26 Juil - 1:09



The Eternal Night - Cocktail pour une bonne santé !

Feat le Corbeau et Mina

“Chère Journal, ou puis-je encore trouver la force de t'écrire ? La vie file entre mes doigts, comme elle a filé entre les doigts de Lucy. J'enchaine les crises de somnanbulisme, la lumière m'agresse. Je vais mourir.  ” -Mina Harker

Plusieurs jours avaient passé, plusieurs semaines même avaient défilé sous ses yeux de plus en plus creusés. La longue chute vers l'enfers avait été douce au premiers abord, mais dure et régressives. Les rayons du soleil qu'elle avait pu goutté du bout des doigts s'étaient révélés bien trop vite à son gout, néfaste pour sa peau. Le déclin de l'Astre dans sa vie avait été le premier signe de sa transformation. Le deuxième, c'est le gout de cendre qui remplaça peu à peu les saveurs dans sa bouche. Elle pouvait toujours manger bien sûr, elle était encore humaine, mais pour combien de temps ? Le processus était enclenché, et elle se trouvait à présent sur la derniere ligne droite de la mort. Quelques matins, en se réveillant, elle avait trouvé des petites plaies, des trous aussi fin qu'une aiguille dans le creuse de son cou, de la cuisse ou même de sa paume, égrenant plus rapidement le temps qui lui restait. La mort rôdait dans son appartement sans qu'elle ne puisse l'en chasser. Elle avait profité au maximum de ses capacités, à sortir quand elle le pouvait avec ses amis, à faire des rencontre et à faire classe, jusqu'à ne plus pouvoir supporter la lumière du jour. La nuit, elle ne sortit alors plus : la crainte de devenir dangereuse était trop grande. Le temps passa alors durant lequel elle se procura un pieu de bois, posé sur sa table de chevet. Le temps venu, elle trouverait le courage de le planter en son sein.

Et pourtant. Ironiquement, lorsque le courage lui vint, allonger entre ses draps, sentant la mort la frôler de ses doigts, alors que la bravoure était en son cœur... La force n'y était plus. Elle était aussi faible qu'un nouveau né, ou qu'une personne trop âgée. Au moment où elle trouvait la volonté de se tuer avant de devenir un monstre sans nom, voila qu'elle pouvait à peine tendre le bras en dehors de son lit. Elle ne mangeait plus, elle ne buvait plus. Rien ne pouvait altérer la soif brulante de sa gorge, rien. Elle avait même tenté de lécher son propre sang, ou de boire quelques gorgées d'un animal : le gout était aussi infect qu'auparavant. Piégée dans un corps humain, habitée par des envies de la nuit. Le soleil venait de se coucher à l'horizon, laissant enfin un répit à ses yeux que la lumière avait harassée à travers la fenêtre ouverte. Son bras était étendu sur le matelas, désespérément trop loin du pieu qui prenait la poussière sur son chevet. Son souffle était difficile, la vie s'en échappant à chaque expiration, comme si au passage ils arrachaient quelque chose en elle. Elle était seule. Elle allait mourir. Elle aurait préféré pouvoir ne jamais se réveiller. Ses paupières étaient lourdes, et la douleur dans son corps et dans sa gorge insoutenable. Et elle entendit soudainement un bruit. Une porte. La nuit tombait. Etait-ce Lui qui venait enfin à visage découvert, maintenant qu'elle ne pouvait plus rien faire ? Venait-il observer sa lente transformation, son agonie, sa mort ? Pourtant, ce n'est pas lui qui passe le pas de sa chambre. Elle ne l'a pas revue depuis ce sort noir, mais elle sait que ce n'est pas lui.

-Qui .. êtes-vous ?

Mais qu'importe. Elle tend désespérément la main vers le pieu. Qu'il lui donne, ou même mieux, qu'il lui transperce le cœur, par pitié !


-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The Eternal Night - Cocktail pour une bonne santé [PV Aguistin]   Mar 26 Juil - 14:10

The Eternal Night

Cocktail pour une bonne santé


Aguistin & Carmilla






« Non tu n’a pas la grippe Aguistin. » Il voyait bien que Ricardo faisait tout son possible pour ne pas craquer et l’envoyer bouler mais ce n’était pas de sa faute, il avait peur. S’essayant pour la énième fois le front avec son mouchoir, l’ancien corbeau regardait ses pieds penauds. Depuis quelques jours, il se sentait mal, très mal et il n’avait pas voulu suivre les conseils de ses amis d’aller voir le médecin. Et puis ce soir, tout son corps lui faisait un mal de chien, il avait eu du mal à se lever de son lit et il sentait sa tête exploser. Alors quoi de mieux que d’aller voir son meilleur ami aux urgences ? Il lui avait d’abord envoyé un texto pour voir s’il n’était pas trop occupé et puis, avant même d’avoir eu une réponse, il était sorti de chez lui en pleine nuit pour aller directement à l’hôpital. Sur le chemin il avait passé en revue tout ce qu’il pouvait bien avoir attrapé et des scénarios assez noirs c’étaient dessinés. Après tout, il était un corbeau, jamais il n’était tombé malade et aujourd’hui il avait peur d’avoir attrapé une maladie des humains. Qu’est ce que cela allait faire sur son organisme ? Grande question que seul Nathanaël avait la réponse pour lui. Mais tout ne se passa pas comme prévu. L’urgentiste était occupé et le fait que son ami fasse presque un scandale pour le voir n’avait pas été le bienvenu.

« Tu ne comprends pas que je vais mourir ? » Aguistin ou l’art de la démesure … même si pour le coup il se sentait lui-même proche de la mort. « Mais non Agui … bon je vais te donner un antidouleur, tu vas te reposer et ça passera d’accord ? » Croisant les bras sur sa poitrine, le croque mort n’était pas rassuré mais que pouvait-il bien faire de plus ? Attrapant l’ordonnance plus violemment qu’il ne l’aurait voulu, il sorti alors de l’hôpital en se souvenant du comportement de son dudit ami. Jetant un coup d’œil, il soupira, vu l’heure aucunes pharmacies ne seraient ouvertes et il n’avait pas ça chez lui. Du vent, voilà ce qu’il était venu trouver ici. S’asseyant sur un banc, regardant passer les ambulances, il devait reprendre son sang-froid. Posant sa tête entre ses mains, il se mit à réfléchir à ce qu’il pouvait avoir. Un croassement de corbeau le sorti de ses pensées, lui arrachant même un petit sourire. Un de ses congénères se trouvait perché sur le lampadaire et il le regardait avec ses yeux rouges. « Mais non je ne m’apitoie pas sur mon sort. » Pour toutes réponses le corbeau croassa encore plus fort tout en battant des ailes avant de se poser sur son épaule.

Même s’il avait cette forme d’humains, il sentait toujours l’animal, pouvant être reconnu par ses pairs. Caressant la tête de l’oiseau, il soupira de tristesse. Qu’est ce qu’il aimerait redevenir comme avant, avec ses amis à Halloween Town. Même s’il avait retrouvé Jack et Stram, ici ce n’était pas pareil et il voulait juste partir. Cependant, il n’eut pas le temps d’y penser plus qu’une douleur violente lui prit les tripes, comme s’il allait les rendre. Non décidément ce n’était pas une grippe mais quelque chose de pire. « Bordel … je ne vais pas mourir ici tout de même … » Puis le corbeau reprit son chant et c’est là qu’Aguistin comprit ce qu’il avait. Il avait toujours été l’annonciateur de la mort, celui qui arrive devant vous sous la forme d’un corbeau immense quand le glas va sonner. Ici, il avait été enfermé pendant plus d’une trentaine d’années dans une sorte de bulle temporelle qui l’avait transformé en humain et privés de ces capacités. Quand la bulle avait éclaté, que la magie avait envahi les lieux, il n’avait rien senti, comme si son don s’était évaporé en même temps que la perte de sa forme originelle. Mais aujourd’hui c’était ça qu’il ressentait, qui le faisait souffrir, une personne allait mourir dans les prochaines heures. Regardant le corbeau dans les yeux, ce dernier hocha la tête avant de partir dans un battement d’aile. Si à l’époque il avait vaguement une sorte de nausée, les sensations étaient multipliées par dix.

Se levant d’un bon, il devait trouver la personne qui allait passer l’arme à gauche, pour la prévenir, qu’elle puisse faire des adieux à ses proches. Puis surtout, il se sentait un peu plus comme avant, et c’était ça qu’il appréciait. Commençant à courir dans les rues, il se fiait à sa nausée qui augmentait ou diminuait. Enfin, au détour d’une rue du centre-ville, devant un immeuble, il sentit qu’il allait véritablement vomir dans ce petit bosquet mignon. Prenant une grande goulée d’air, fermant les yeux quelques minutes, il se concentra sur la sensation de mort qui planait au-dessus de ces habitations. Attendant que quelqu’un rentre pour s’engouffrer, il saisit a première occasion pour le faire, renvoyant un petit sourire désolée à la personne qui le regardait étrangement. S’en fichant en réalité, il monta les escaliers deux par deux pour se stopper devant la porte du condamné. Il posa une main dessus pour ressentir toutes les vibrations. Oui c’était bien là, qu’une personne se mourrait. Appuyant sur la poignée, cette dernière s’ouvrit sans de résistance. La pièce était plongée dans le noir, et il semblait qu’aucune âme vivant était présente. « Ouhou ? Il y a quelqu’un ? » Pourtant Aguistin sentait encore l’odeur de la vie, faiblement mais elle était présente. Plissant les yeux, remerciant ses sens et sa vision d’ancien oiseau, il se dirigea alors vers ce qui semblait être une chambre à coucher. Puis une voix féminine se fit entendre. « N’ayez pas peur … » Oui, vu comme ça, le jeune homme avait tout du cambrioleur mal intentionné mais ce n’était pas le cas, et s’il lui disait : bonsoir je viens vous avertir que vous allez mourir, il allait encore plus lui faire peur. « Je suis là pour vous ...je m’appelle Aguistin. »

Cherchant une lumière, il remarqua celle sur la table de chevet. Il alluma alors, pensant qu’elle serait moins violente que le lustre. Il vu alors une jeune femme, à l’article de la mort, qui tendait le bras vers la table de nuit. « On va appeler les urgences, j’ai un ami qui y travaille, il va pouvoir vous aider. » Etre devenu humain, l’avait justement rendu plus humain. De base, Raven n’était pas un être mauvais, mais dans ces situations qu’il avait connu maintes et maintes fois, il était venu juste annoncer son terrible message et il était reparti par la suite. Là, il ne pouvait décemment pas faire ça. Commençant à sortir son téléphone pour composer le numéro de Nathanaël, il se stoppa net quand il vu que la jeune femme ne voulait pas. Fronçant les sourcils, il ne put s’empêcher cette fois de faire ressortir son caractère. « Vous allez mourir, c’est un fait inéluctable que je suis désolé de vous apprendre, c’est mon métier.  Si vous voulez avoir le temps de dire au revoir à vos proches permettez-moi de vous faire transporter à l’hôpital pour qu’on les prévienne sinon il sera trop tard et vous décèderez dans votre lit. »








Le Corbeau, immuable, est toujours installé, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
 
The Eternal Night - Cocktail pour une bonne santé [PV Aguistin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade - GINIE
» Le rhum n'est pas bon pour la santé...de ceux qui ne le boivent pas =)
» L'ACNE
» quoi faire pour une bonne armée du gondor en Gda 1500points
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: