Partagez | 
 

 Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Ven 22 Avr - 22:29


Thomas de Chester

Alice au pays des Merveilles

♔ T'étais qui, dans ton conte? Le merveilleux Chester, Chat du Cheshire
♔ Sinon, tu as combien d'années au compteur? On ne demande pas son âge à un chat, après vous pourrez calculer dans combien de temps nous comptons vous dominez  lama
♔ Tu viens d'où ? Le pays des Merveilles, un peu partout mais j'ai une belle tanière non loin des marécages
♔ Et tu faisais quoi là bas ? Illuminateur (ça claque on dirait Illuminatis) des âmes perdus et chasseur de souris
♔ Et ici, tu fais quoi maintenant ? Psychiatre, comme quoi, les cordonniers sont les plus mal chaussés
♔ Et quoi...Tu as rencontré le grand amour ou pas? Hahaha .... je crois qu'elle est blonde ... enfin blond  :alyss:  nha  nha
♔ Première ou deuxième vague? 1e vague
♔ Tu fais parti de quel groupe? Je suis en hésitation entre Impartiaux et Malicieux hum
♔ Sinon, tu sais que tu as de beau yeux? Ils ressemblent à ceux de... Mes yeux sont uniques, ils ne ressemblent à personne. Sinon il paraît que j'ai maintenant le corp de Tom Hiddleston  eris


Votre Mental


♔ On sait que tu es beau déjà, mais tes autres qualités, c'est quoi ?  Toujours en train de remettre tout en question, Thomas n'est pas de tout repos. Il touche à tout, s'intéresse à tout et à ainsi des opinions définitives sur tout, autant dire qu'il n'est pas une personne très influençable. Il possède aussi une personnalité double, il est à la fois introverti, menant une vie intérieure intense et extraverti, se manifestant extérieurement avec beaucoup d'efficacité ; il est objectif et subjectif, plein de confiance en lui et pourtant d'une relative timidité.  Mystérieux comme ses pouvoirs, il n'hésite cependant pas à aider les personnes dans le besoin, assumant parfaitement son rôle de guide et d'aide.

♔ Dis donc toi! Tu n'es pas parfait non plus! Dis nous tes défauts: Fou: . La folie du Chester est toutefois plus apparente que réelle car il est en réalité l'un des rares personnages pourvus de raison au sein du Pays des Merveilles peut être parce qu'il est le reflet imaginaire de la chatte d’Alix, Dinah. Même si bien entendu tout cela est beaucoup plus compliqué. Chess aime jouer comme tous les chats. Véritable sadique il prend un malin plaisir à faire perdre la tête aux personnes qui l'ont encore et à jouer avec comme une pelote de laine pour les victimes qui ne l'ont plus. Malhonnête, son intérêt passe avant celui des autres, même si quand on creuse plus profond l'on s’aperçoit que tout ceci n'est qu'une façade. Tout comme ça soit disant moralité exemplaire qui a tendance à irriter son entourage surtout quand il les écrase de son mépris car en réalité tout le monde sait qu'il cache son véritable jeu et qu'il peut être un véritable débauché.

♔ Quels sont les choses qui te donnent de la force ? La famille, les amis, ton doudou usé, dis nous tout! Une pelote de laine et un bon verre de lait. Non je rigole ... enfin si, ce sont deux choses agréables pour l'humain qu'est devenu Chess. Néanmoins, ce qui lui donne la force de continuer sont ses amis. On se rend compte de la chose que l'on aime quand on la pert ? Et bien il s'est passé ça avec notre matou. Oh à Wonderland il s'est rendu compte à temps de qui était sa véritable famille, mais même s'il les a aidé dans la guerre, il est toujours resté solitaire et ici, quand la malédiction c'est brisé, qu'il s'est retrouvé pour une fois à la place de l'âme perdu, il a comprit que sans ses amis il ne pourrait pas être correctement lui.

♔ Mais t'as des faiblesses, comme tout le monde ? Et oui, nous avons tous nos faiblesses ! Quelles sont les vôtres ? De l'amour a la consommation de courgette, tu choisis! La consommation d'herbes à chat et d'alcool. Son arrogance et son impulsivité. Il est le meilleur et n'hésitera pas bêtement à répondre si le faut par la violence à des provocations. Son égo surdimensionné de roi des chats lui a joué de nombreux tours, surtout à la sortie des bars mais dans sa vie privée, incapable de reconnaître ses erreurs et de faire son mea culpa.  


Il était une fois... Vous!



Everybody to be a Cat

Wonderland: Be Crazy


Expliquer la vie de Chester relève du même acabit qu’étudier la mythologie grecque. C’est d’une complexité sans pareil et l’on ne comprend pas toujours comment cette situation a pu arriver. Le Chat du Cheshire est né il y a bien longtemps, très longtemps, au commencement du pays des Merveilles d’une union particulière qui ne serait pas aisée de décrire ici. Or il ne fut pas le seul, il naquit en même temps qu’une autre créature bien connu, le bandersatch. Ce dernier avant d’être la bête que l’on connait, ressemblait comme deux gouttes d’eau à Chester. L’un était bleu nuit, l’autre était aussi blanc que la lumière. Le soleil et la lune en quelque sorte. Son enfance de chaton particulier se passa relativement bien et il s’amusait comme un petit fou avec Bandy. Il se prélassait au soleil pendant des heures entières, voir même des jours peut être, il n’en savait rien. Il chassait les souris, ne se préoccupait pas des royaumes qui naissaient et des guerres que cela entraînait. Et puis, sans que rien ne laisse présager, tout bascula dans sa vie. D’abord avec la mort de ses parents, et l’attribution de ses nouvelles responsabilités. Il savait déjà qu’il aurait un lourd fardeau à porter, que les pouvoirs qui faisaient son essence n’étaient pas simplement là pour lui servir de passe-temps mais avec un but concret. Néanmoins, il ne s’attendait pas à devoir prendre son poste aussi rapidement et cela l’effraya considérablement. Or s’il arriva à gérer le flot de pouvoir ce ne fut pas le cas pour le Bandersntach. Chess, plongea dans une sorte de dépression car il venait de foirer en beauté la tâche qu’on lui avait incombé. Comment pourrait-il guider les âmes perdues s’il n’arrivait pas à sauver celle de son frère ? Alors pendant un long moment, une éternité même, il se donna comme mission principale de faire retourner Bandy’ sur son droit chemin mais en vain. Il assista totalement impuissant à la déchéance de celui qu’il aimait le plus et il commença ainsi lui aussi à se perdre.

C’est sa rencontre avec la chenille savante qui l’aida à comprendre que tout ceci n’était rien d’autre que des épreuves que le destin lui donnait, pour prouver s’il était digne de ses capacités. Chester était véritablement fasciné par Absolem, qui semblait tout connaître même s’il avait un petit peu peur aussi. Comment un ver de soie aussi bleu que lui, pouvait-il le connaître par cœur ? Mais cette question s’évapora bien vite, quand il l’aida à réaliser l’introspection nécessaire qui ferait chasser la tristesse au loin. Oui Bandy’ n’était plus le même, il avait fait une overdose, mais son âme restait pareil et c’était en ça qu’il devait le surveiller. De plus, Absolem lui expliqua qu’ils étaient comme les deux faces d’une même pièce. Quoi qu’il fasse, son destin serait lié à celui du Bandersnatch, alors il ne devait plus s’en préoccuper, mais réaliser ce pourquoi il était né. Il le savait déjà, qu’il n’était pas un simple chat mais la chenille fumeuse lui révéla qu’il était bien plus que ça. Passeur d’âme, il avait le pouvoir d’aider les personnes en détresse. Pas seulement matériellement en servant de boussole, non. Il se devait de montrer, d’accompagner les personnes à leur but final et une en particulier. Alice. Et dans un nuage de fumée, Chester se retrouva seul devant l’énorme champignon avec juste ce prénom.

Il commença alors son travail, illuminant les cieux du pays des merveilles depuis de nombreux siècles maintenant, attendant toujours qu’Alice vienne. Au fil du temps, il avait réussi à avoir des informations sur cette personne, comprenant mieux pourquoi c’était à lui que le destin avait incombé la tâche de l’a guider. C’était elle qui avait un impact sur le futur du pays. L’oraculum l’avait prédit, rien ne pouvait maintenant changer. Il avait aussi vu une chose horrible. L’emprisonnement de Bandy’. Absolem lui avait dit que l’oraculum ne se trompait jamais, que ses inscrits montraient le futur, quoi qu’il en coûte. Mais le roi des chats, comme il se faisait appeler depuis un moment n’était pas de cet avis. Il avait rempli son rôle de lumière à merveille, le destin n’avait pas le droit de lui faire une chose pareille. Contre l’avis de tous, il alla prévenir le bandersnatch de ce qu’il avait vu, mais ce dernier rigola, que personne à part lui-même pouvait le priver de sa liberté. Chester soupira mais s’en alla, en priant l’oraculum de s’être trompé. Quelques jours plus tard, la reine rouge, qui avait prit le pouvoir, exilant la reine blanche, ordonna que l’on capture toutes les créatures qui pourraient lui servir, et Bandy qui n’avait pas écouté les avertissements de son frère, tomba dans le piège. Le chat bleu, du haut de son pied d’estale, dans le ciel, avait vu toute la scène sans rien ne pouvoir faire, et la tristesse l’envahit à nouveau, alors que des nuages cachaient sa lumière.

C’est à partir de ce moment, que Chester s’isola, quittant le trône du royaume des chats avec toujours la même rengaine que depuis des siècles. S’il n’avait pas été capable de protéger Bandy’, comment pourrait-il être capable de protéger les autres ? Néanmoins, il n’eut pas le temps de se poser plus amplement la question car il sentit que la personne qu’il devait aider été arrivé. Il se trouvait dans les marécages quand il entendit des bruits de pas et se trouva nez à nez avec un humain de cette sorte. Il en avait déjà vu, de son monde à lui, mais cette chose en face, avait une odeur particulière. C’est alors qu’il entendit le prénom « Alice » et la conversation qu’il avait eu avec Absolem, le savoir absolu deux ou trois millénaires plus tôt lui revint en mémoire. Choqué d’avoir reproduit inconsciemment le même schéma, tout aussi dévasté par la perte de Bandy’, il se fit un devoir de conduire Alice, à la table du Chapelier, en lui expliquant ce qu’elle devait faire. Il l’a trouvé aussi mignonne qu’un chaton, dans sa robe de chambre blanche, avec ses grands yeux et ses traits fins, même si elle sentait plus le chaton mal que femelle. Une tasse de thé, une part de gâteau de non anniversaire, et Chester repartit dans le ciel, pensant que son devoir été terminé. C’était donc juste ça ? Non, il devait y avoir beaucoup plus. Il ne s’était pas trompé, la petite fille s’était encore une fois perdue dans les bois obscurs. Il l’accompagna jusqu’au château de la reine rouge, en suivant ce que son instinct de passeur lui disait et pour aussi essayer d’apercevoir le bandersnatch.

C’est Alice qui lui fit retrouver son sourire si caractéristique, alors qu’il l’observait peindre les roses blanches en rouges, sous l’œil colérique de la reine du même nom. Mais il le perdit bien vite en entendant les hurlements caractéristiques de son frère. Il frissonna de douleur avant de fuir au loin, laissant tomber la petite blonde qui prit la fuite. Ce n’est que quelques heures, ou plutôt quelques jours plus tard qu’il se rendit compte qu’elle avait bel et bien disparu. Il n’y avait plus aucunes traces d’elle dans tout le pays des merveilles et Chess se maudit alors de son incompétence. Reprenant son travail sans grande conviction, le roi des chats n’arrivait pas à comprendre comment elle avait pu filer. Alors il alla jeter un coup d’œil à l’oraculum, pour voir si c’était lui qui avait commis une faute, ou si c’était le destin. N’écoutant pour une fois, pas les conseils de la sage chenille, il jeta un coup d’œil au futur, chose qu’il n’était pas censé faire et examina le frabieux jour. C’était Alice, avec l’épée Vorpaline, et avec quelques centimètres de plus aussi. Soulagé, il allait regarder le destin du Bandersnatch quand l’oraculum se ferma d’un coup sec, et qu’Absolem lui cracha toute la fumée dessus. Il était assez grand maintenant pour comprendre ce qu’il avait à faire sans qu’on vienne lui mâcher le travail. Vexé il reparti, non sans avoir soufflé un petit peu sachant qu’Alice reviendrait et que Bandy’ trouverait un moyen de se faire la malle un de ses jours. Une nouvelle ère pouvait commencer.

Chester qui avait atteint son âge médian, eu ce une sorte de crise d’adulescence. Totalement incontrôlable, le chat se lâcha alors que la guerre faisait rage dans le pays des merveilles et que des nouvelles personnes arrivaient comme Cora, celle qui se faisait appeler la reine de Coeur. Il passait d’un coté à l’autre, s’amusant des réactions et des provocations de guerre qu’il engendrait. Oh il continuait toujours de guider les âmes perdues et d’éclairer les sombres contrées, mais il se régalait comme un petit fou de son don d’invisibilité. Comme il dirait maintenant : Mode YOLO THUGH LIFE GOD OF THE CAT ACTIVATE. Mais malheureusement c’est aussi à ce moment-là, qu’il commit une erreur, qui condamna ses amis de non anniversaire. Pris d’un élan de folie, il avait décidé d’aller libérer Bandy avec sa horde de chat. Mais comment dire, que l’opération sauvons Bandy’ fut un total échec, car il avait oublié que c’était le jour de la nuit, celui où la nuit règne pendant que le jour se repose. Le jour où la Reine Rouge avait décidé que la rivière de Tupercast serait remplie de sang. Et Chester fit la chose la plus lâche, qu’il regretta pendant des années après. Il fuit comme un rat, sans se retourner, abandonnant tout le monde à leur propre sort. Cette nuit-là, enfin plutôt cette journée, aucunes étoiles ne brillaient dans le ciel, aucune lune en forme de sourire accompagné de deux gros yeux bleus illuminaient les cieux, aucun ronronnement de contentement ne raisonnait dans la clairière. Juste les cris, les hurlements de frayeur, le bruit des têtes qui coulaient, du sang qui gicle et celle de son ami Jefferson roulant au pied de la reine. Pensez-vous que cela eu un effet quelque conque sur notre gros matou ? Un petit peu, pendant quelques minutes, avant que la folie ne le reprenne totalement. Sa nouvelle obsession ? Le chapeau du chapelier. L’amour de sa vie, il en était sûr. Il continua son cirque pendant des années, alors que le remord d’avoir fait brûler le village du chapelier s’insinuait petit à petit dans son cerveau.

Le temps fila à grand vitesse quand Alice débarqua à nouveau. Chester qui se prélassait sur son arbre dans les marécages le sentit. Après tout, elle était sa plus grande mission. Prenant son temps, il se mit alors à sa rencontre, et il l’a trouvé encore une fois, perdu. C’était étrange, il n’avait pas en face de lui une petite fille, ou même une jeune femme mais bien un jeune homme. S’approchant dans un nuage de fumée, c’était bien l’odeur caractéristique qu’il avait senti des années plutôt. Alors comme ça, le chaton était bien un mâle, qui avait eu un différend avec une créature doté de griffe. Il ronronna doucement quand il entendit le mot rêve, voyant qu’au final, Alice n’avait grandi que par la taille. Prenant soin comme il avait toujours fait, il s’avança pour lui soigner le bras, en lui demandant qui avait pu lui faire une chose pareille. Ses yeux s’élargirent quand il comprit que c’était le Bandersnatch. Mais Alice restait Alice même en homme, et têtu comme une mule, refusait qu’il le purifie. Il n’avait donc rien comprit, et il rigolerait quand son bras tomberait comme un pruneau sec. Or pour le moment, il avait d’autres chats à caresser. Le retour du jeune homme signifiait que le jour Frabieux était pour bientôt et ça, il avait l’air de ne pas en avoir réellement conscience. En guide spirituel, Chester s’appliqua à tout lui expliquer alors qu’il refaisait le même chemin vers la chaumière du chapelier.

Prendre un thé avec ses anciens amis lui avait manquait, et même si le Chapelier lui rappelait sa traitrise, il s’en fichait, continuant de boire son thé. Il savait qu’au fond, il lui avait pardonné, car après tout Chester n’était qu’un chat. Un chat magique certes, mais un chat. Pardonner et oublier, ou oublier et pardonner ? Telle était la question qui flottait dans l’air. Surtout quand il s’énerva après lui. C’était légitime, et c’est alors que le Cheshire reconnu l’âme en détresse du chapelier. Faisant son œuvre pour l’apaiser, il lui parle de guigendelire, et des temps anciens, où il faisait bon vivre, et même de ses aventures dans la forêt enchanté. Mais la paix fut de courte durée, les cartes métalliques arrivèrent et Chess parti dans un nuage de fumée, devenant invisible. Il restait là, il ne ferait pas comme la dernière fois, il assisterait, à cause d’Alice. Même quand le Chapelier parti en direction du château de la reine blanche, le chat du Cheshire suivait comme une ombre, écoutant les sombres paroles. Alice se retourna à un moment sans rien voir, quand il feula sans même le vouloir. Sa voix s’éleva dans les airs, alors que son sourire flottait à la place de la lune. « Les choses marchent par pair Alice, comme deux face d’une même pièce. Le frubeux Bandersnatch et le fumeux Cheshire. Le Jaberwocky aux yeux de feux et la Voparline à la lame du miroir d’eau. Sauf que la Voparline ne peut être complète sans son champion, c’est-à-dire toi. »

Les cavaliers rouges choisirent ce moment pour débarquer et alors que le Chaplier envoyait Alice au loin, Chester lui promit de revenir et d’éclairer son chemin, comme il se devait. Voir son ami prisonnier lui rappelait de mauvais souvenir, et même s’il était lâche, il ne pouvait refaire comme la dernière fois. Puis Alice devint Mister Hum mais Chess lui faisait confiance, contrairement à McTwist qui pleurnichait de se faire couper la tête. Pour le moment, il devait retrouver le chapelier avant qu’il ne lui arrive malheur. Salazingrund était immense et il détestait l’aura maléfique que ce château dégageait. Même s’il n’avait pas réellement de camp attribué par le passé, aujourd’hui serait différent. Tout se passa trop vite, et il hésita entre surveiller Alice qui avait retrouver Bandy et surveiller le Chapelier qui montrait les chapeaux à la maudite grosse tête. Finalement, il choisit la première option, de peur que ce dernier ne serve de casse-croûte à son frère. « N'aie pas peur de lui, il s’est juste perdu quand il a voulu comprendre son but dans cette vie. » La voix du chat ressemblait à un songe, un songe dans un songe. Alice c’était trompé de dimension, il aurait dû finir dans Inception.

Soulagé de voir que Bandy s’occupait aussi d’Alice, Chester du reprendre son poste d’occupation dans le ciel, tout en gardant un œil sur le château. C’est le lendemain où l’action rentra en scène. Alice avait récupéré la Vorpaline, et s’était mis à dos la Reine Rouge et son fidèle soldat. Avant d’aller aider l’homme au chapeau, Chester rentra dans la tanière de Bandy, se dévoilant ainsi. « Tu en as mis du temps … » « J’étais moi aussi un peu occupé » « Tu n’imagines même pas la … » Il le coupa, sachant très bien ce qu’il allait dire. Ils n’avaient pas le temps pour un règlement de compte entre frères. La vie d’Alice était en jeu. « Si je sais … mais tu as failli à ton pouvoir. Ta quête est devant toi, elle a toujours été présente. Tu es passé par là parce que c’est l’oraculum. J’ai le devoir de guider Alice, tu as le devoir de le protéger et non pas de lui arracher le bras et la moitié de son torse. Alors ne fait pas comme quand nous étions des enfants et réalise ce pourquoi tu es en vie. » Le chat du Cheshire était froid, alors que ses grands yeux bleus illuminaient d’une couleur étrange le Bandersnatch. Les deux félins se jaugèrent du regard, en feulant. Et Chester se prit une véritable gifle dans la gueule, qui l’envoya de l’autre côté de la tanière. « Je n’ai pas d’ordre de recevoir de toi. » « Et moi, je ne te le répèterais pas une deuxième fois. Arrête de faire ta pleureuse et prend ton destin en main. Montres que les pouvoirs que l’on t’a attribués ne servent pas juste pour faire gonfler tes muscles. » Sentant qu’il allait s’en prendre une autre, Chester disparut dans un nuage de fumée, en rappelant encore une fois que le devoir de Bandy’ était de protéger Alice, en espérant que les provocations qu’il lui avait faites-lui servirait d’électrochocs. Alors qu’il rentrait dans le château pour chercher les cellules des prisonniers, il entendit le rugissement féroce de Bandy’ et son sourire lunesque apparu en plein milieu du couleur, effrayant les quelques personnes qui s’y trouvait. Il le connaissait par cœur, même s’ils avaient pris deux chemins différents. L’entendre lui donnait du courage et il se dépêcha de chercher ses amis. Voyant son âme sœur le chapeau, posait négligemment sur le sol, Chester ne pouvait y résister, mais il avait de la peine en voyant que le chapelier ne réagissait pas. Soupirant, il fit ce qu’il fit toujours dans ces cas-là, parler. Et au fur et à mesure, il sentait que l’âme du chapelier reprenait confiance en elle avec le plan qu’ils concoctèrent tous les deux. La nuit suivante fut éclairée comme jamais par les yeux du chat, donnant espoir à la résistance.

Le chat du Cheshire ne possédait pas que l’invisibilité comme pouvoir. Il en avait une multitude qui lui servait à remplir ses missions. Et aujourd’hui, il allait en utiliser un, qu’il ne pratiquait vraiment que très rarement, la métamorphose. Il se sentait à l’étroit dans le costume du chapelier, et ne plus avoir sa fourrure le perturbait. Mais au moins, il avait droit à porter son chapeau pour quelques heures. Il se fit prier de marcher plus vite par son gardien, que le bourreau n’allait pas attendre. Un peu inquiet, il remplit cependant son rôle à merveille, cachant son visage pour qu’on ne remarque pas ses yeux qui brillaient aussi d’excitation. Quand il sentit la faux s’abattre sur son cou, il n’eut que quelques secondes pour disparaître dans les airs. Il avait réussi, il n’était pas mort. Sa tête surmontée de son immense chapeau flottait en face de la reine, plus que suprise. « Hello my old friend ». Et c’est à ce moment-là que le véritable chapelier entrepris de faire la révolution. Et Chess hanhardissait toutes les âmes de la foule à prendre part à la révolte. Il sentait toutes leurs détresses et leurs souffrances. Ça ne pouvait durer assez. « Le Frabieux Jour arrive à grand pas, la Maudite Grosse Tête doit la perdre ». Bon c’était sans compté sur le Jubjub, frère maléfique du dodo.

Le chemin à pied jusqu’à Marmoréal était long, la petite troupe était fatiguée, mais autant Chester que le Chapelier savait qu’il ne restait plus beaucoup de kilomètres. La bataille avait été rude, mais ils étaient sains et saufs. Dire qu’il avait même sauvé des chiens, la femme et les chiots de Bayard. Il rigola tout seul, faisait vaciller la lumière qui éclairait la noirceur de leur chemin. Heureusement, il remarqua enfin les cerisiers de l’entrée du domaine de la reine blanche. S’élevant dans le ciel, il éclaira la magnifique reine blanche, heureuse de les voir avec leur tête. Et puis Alice était là, se faisant du souci pour le chapeau ou le chapelier. Le chapeau bien entendu, que le chat avait gardé sur la tête tout au long du voyage. « L’amour de ma vie ». Sa voix planait au-dessus, avant d’être obligé par le regard du chapelier de se montrer. « Comment va ce bras Trésor ? » « Complètement guéri » « Je t’avais dit que Bandy n’était pas mauvais. Il est juste un peu bourru. Il tape avant de réfléchir … » Il passa alors sa grosse patte au niveau du côté droit de ses moustaches, qui se souvenait encore de la gifle qu’il avait reçu. « Aurevoir, chapeau de ma vie, ne t’abîmes pas trop en mon absence …. Je n’ai pas fini mon travail, tâchez de garder la tête sur vos épaules jusqu’à demain … » Et le chat parti dans un nuage de fumée, non sans avoir fait un clin d’œil au jeune homme.

La nuit fuit courte et le soleil brillait haut dans le ciel, en ce Frabieux jour. Tous étaient réunis devant la Reine Blanche pour partir au combat. Il restait juste qu’Alice, qui devait accepte son travail. Chester le sentait, son âme était perdue, comme d’habitude. Il avait dit au Chapelier, qu’il fallait lui montrer qu’elle n’était pas dans un rêve, que la vie du pays des merveilles dépendait de sa vie. Il soupira quand il le vit s’enfuir, en espérant qu’Absolem qui se trouvait aussi au château, lui fasse la même chose qu’il lui avait fait, prendre le bon chemin. Pendant ce temps, Chester aidait le chapelier et Miranna à se préparer, regardant fébrilement vers l’entrée de la cour. Non, Alice allait venir, il en était sûr. L’oraculum ne pouvait se tromper. C’était l’homme qui était dessinait et personne d’autre. Alors quand il entendit les pas de Bandy, Chess fit son plus beau sourire à la Reine. « Ils arrivent ». Et effectivement, quelques minutes plus tard, Alice dans l’armure chevauchait fièrement le Bandersnatch. « C’est bien, tu m’as écouté, je vais finir comme Absolem si ça continue » « Redescends sur terre Chessy ». Il savait au fond de lui, qu’il commençait à trouver doucement sa voie, et même si Chester était effrayé que le Jaberwocky puisse faire du mal à Bandy, il n’en était pas moins fier. Les bruits des armes lors des convois crissaient aux oreilles du matou. « Je n’aimes vraiment pas les guerres ». Et son sentiment de malaise s’accentua encore plus lorsqu’ils arrivèrent sur le champ de bataille. Ne laissant apparaître que ses deux gros yeux, il feula de frayeur quand il se rendit compte qu’un nuage violet était en train de s’abattre sur le champ de bataille, alors qu’Alice allait s’élancer avec la Vorpaline…..

~


“Excepté quelques cas pathologiques graves, les gens deviennent fous quand ils essaient d'échapper à la routine.”

Banal Day
Levé aux aurores pour aller faire son jogging, il rentre chez lui pour prendre sa douche et filé en vitesse à l’hôpital. Il n'aime pas les retards mais malheureusement c'est un coutumier du fait. Les infirmières lui font un geste de la main tout en rougissant alors qu'il enfile sa blouse blanche, pouvant faire concurrence au Dr Mamour dans Grey's Anatomy. Il fait son tour dans l'aile psychiatrique,vérifiant les entrées, allant voir les patients, essayant de leur faire de petites attentions. Il paraît que c'est un bon médecin, il se fiche des ragots, il sait qu'il est un bon médecin. Il ne s'attarde pas, il n'a pas le temps car l'heure tourne et il est déjà 13h. Un repas sur le pouce, un fish and chip mangé à toute vitesse dans son cabinet, il peut commencer les consultations en ville. Des problèmes souvent sans gravité, qui se ressemble tous. L'espace d'un instant, il trouve ça bizarre mais ne dit rien, son cerveau est embrumée par la malédiction. Profitant d'un petit creux, le psychiatre s'endort dans son grand fauteuil de cuir, lové comme un chat. Une sieste courte mais régénératrice, lui qui aime dormir par dessus tout. Il ne s'énerve pas quand sa secrétaire lui annonce qu'un autre patient l'attend devant sa porte. S'étirant il va lui ouvrir et une autre consultation commence. Fini il prend le dossier et traverse le couloir qui le sépare de son collègue Archibald Hooper. Ils discutent de ce cas, débattent sur le traitement et sur sa maladie et puis le téléphone de Thòmas sonne, mettant fin ainsi à la conversation.

Rien d’intéressant, ce n'est que la banque qui lui propose d'autre placement. Pas besoin, son dessous de lit lui convient très bien. La nuit commence à tomber et l'homme rentre dans son loft, à l'est de la ville. Ce soir il pense qu'il ne veut pas sortir. Son esprit le trompe en lui disant que le week end était chargé, qu'il a fait la fête toute la nuit alors que c'est faux. Épuisé, il s'endort sur le canapé en regardant un épisode de Dr House. 3h30, un rayon de lune caresse sa joue, le réveillant par la même occasion. Et voila, maintenant il n'a plus sommeil, son estomac gronde, fâché de ne rien avoir eu à mangé avant ce somme improvisé. A pas feutré, il se dirige dans la cuisine et se fait un petit repas nocturne avec un verre de vin rouge. Pour digérer, il sort faire une balade, le long des quais. Il aime la nuit, marcher dans ce silence presque étouffant pour certains, mais pas pour lui. Il hume l'odeur de la mer, regarde les marins s'afféraient sur les bateaux pour partir à la pèche. Il baille, se rappelant que demain il a une grosse journée, une conférence qu'il donne sur les maladies dégénératives en pyschiatrie. Finalement c'est en courant qu'il rentre s'affaler sur son lit King size. Il n'a qu'a fermer les yeux pour tomber dans les bras de Morphée, avec un petit sourire en coin. Il pourrait ronronner tellement qu'il est heureux dans son rêve. Et finalement tout recommencera le lendemain.

Néanmoins, quand Emma Swan est arrivée, Thomas a senti que quelque chose venait de changer. Comment il ne le sait pas, c'est plus de l'ordre de l'instinct. Sa vie ? La routine est brisée et c'est comme si un vent nouveau soufflait, comme quand il est venu à Storybrook. Enfin que ces souvenirs lui font croire. Il change ses horaires, parfois c'est le matin qu'il est au cabinet, et l'après midi à l'hôpital. Il donne des autorisations de sortie plus fréquemment. Rester enfermé dans une chambre avec des murs capitonnés, dont la principale couleur est le blanc, ce n'est pas bon pour l'esprit. Médecin aussi fou que ces patients, voir pire. Mais comme on dit, c'est le cordonnier le plus mal chaussé non. Il a sa méthode, qui n'est pas approuvé par certains mais dont les patients sont friands. Il sort le soir, fait des rencontres. On dit que quand le chat n'est pas là les souris dansent, et bien avec notre trentenaire c'est plutôt l'inverse. Le chat danse avec les souris.



~
"I'm not Crazy, my reality is just different from yours"

Storybrook: The World is Crazy

Être un humain, Chester l’avait déjà fait. Pas réellement bien entendu, mais par le biais de son pouvoir de métamorphose. Il trouvait ça rigolait, mais n’avait jamais envisagé que cela pouvait durer plus que sa capacité magique pouvait lui permettre. Alors quand le sort s’était brisé, qu’il voyait les gens autour de lui hurler, ce qui ne changeait pas réellement la donne dans un asile de fou, il ne savait pas quelle position adoptée. Enfin ça, c’était avant de se rendre compte qu’il ne pouvait plus se changer en chat. Être un humain c’est cool, mais il préférait être un chat, un gros chat à rayures, qui avait pour mission de guider les âmes en perditions. Il avait marché pendant un moment dans le couloir de l’asile, en regardant sa blouse blanche. Ironie du sort, il était psychiatre. Ça le faisait beaucoup rire, même maintenant. Il avait essayé de tester ses pouvoirs. Il ne pouvait plus être un chat, mais il avait au moins ses griffes qui lui étaient revenus. Aux hurlements en face de lui, il constata que son pouvoir d’invisibilité marchait toujours et ça, c’était vraiment cool. Que lui restait il ? Le vol, la téléportation, la métamorphose et l’observation des âmes. Pour le premier, il prit de l’élan et sauta dans les escaliers. Outre le fait qu’il remarqua qu’il avait retrouvé sa souplesse, qu’il n’avait en réalité par perdue, il s’éclata royalement contre le mur d’en face. Bon, le vol, il pouvait oublier. Se massant la bosse qu’il venait de se faire, il ferma les yeux pour essayer celui de la téléportation. Commençant doucement, il s’imagina dehors et l’air frais qui fouetta son visage lui indiqua qu’il avait réussi. Pour la métamorphose, il imita alors la seule personne qu’il avait en tête pour le moment, le chapelier. Se regardant dans la vitrine du bureau de tabac, il constata qu’il avait l’a aussi réussi. Mais très vite, il se rendit compte qu’il était épuisé.  S’asseyant à même le sol, il observa le comportement de ces concitoyens. Ils étaient paniqués, cherchaient leurs proches et criaient toutes sortes de choses que Thomas ne comprenait pas. Il sentait que toutes ses âmes étaient perdues, mais contrairement à autre fois, il n’avait pas la solution qui venait d’elle-même. Regardant ses mains, il pensa au dernier instant où il avait été un chat. Alice allait commencer le combat contre le Jaberwocky, et il se trouvait à côté du Bandersnatch et du Chapelier. Comment allez t’ils ? Qui étaient-ils devenus ? Cette question frappa soudainement l’ancien chat, qui se leva d’un bond, décidant de rentrer chez lui. L’agitation de la rue le perturbait et il n’aimait pas ça. Il n’arrivait pas à se concentrer correctement pour comprendre la situation et essayer de retrouver ses amis, ce qui pour le moment était le plus important



TO BE CONTINUED




Derrière ce Personnage il y a...

♔ Ton pseudo ou ton prénom? Chess
♔Ton age:23 ans
♔ Double-compte, si oui lequel Bientôt  :fire:  Oo  La faute à l'Empereur  lim
♔Comment es-tu arrivé(e) là Ma licorne apprivoisée à reçu un hibou de la part d'une Citrouille
♔ Tu penses être là souventAssez régulièrement
♔ Tu le trouves comment notre forum?J'adore le desgin  keur il est très joli et je trouves le contexte des deux vagues original :D (promis je fais une fiche pas longue  keur )

Codage par Rozenbrez sur Never Utopia.



Dernière édition par Thomas De Chester le Dim 24 Avr - 1:24, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Ven 22 Avr - 22:51

Bienvenue naaah


J'espère que tu finiras en manteau de fourrure satané chat batte
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Sam 23 Avr - 0:18

Doux chatons, adorable chatons, petite boule de poil ♪ ♫
Hum... Pardon! BIENVENUE PARMIS NOUS CHESS keur keur keur
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Sam 23 Avr - 0:23

CHESS han

BIENVENU ! JE T'AIME keur
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Sam 23 Avr - 0:33

Alix: affraid Je vais appeler la PETA si tu continues à utiliser de la fourrure baffe baffe

Vixy: Soft Kitty Warm Kitty Little Ball of Pur ♫ Sheldon FOREVER keur keur  Merchiiiii crak

Alys': Shééééééééééééééé Moi aussi je t'aime han han eris eris eris eris axel axel axel tu m'a manqué :cher: :cher: :cher: :cher: Oo Oo Oo
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Dim 24 Avr - 0:23

C'est le moment où je te souhaite la bienvenue et bonne chance keur !
Plein de poutous !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Dim 24 Avr - 1:26

Merchi Dawn keur love

J'ai fiiiniiiiii :fire: :fire: :fire: Bon j'avais promis de pas faire une longue fiche XDDD j'suis désolée /PAN/ kiss blush blush
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   Dim 24 Avr - 1:32






Félicitation petit crevette, tu es validé ! Ta fiche est follement unique et merveilleusement longue !
Nous nous chargeons de mettre le listing à jour pour toi, tu n'as rien à faire à ce niveau là ! Elle est pas belle, la vie ?
Tu veux donc directement aller poster ta fiche de lien ici ainsi que ton journal de RP ici.
Tu peux bien sur dès à présent commencer à rp ! Si tu n'as pas de partenaire, tu peux aller en demander un ici. Tu pourras également y faire la demande d'un lieux au besoin !
Voilà ! Et n'oublie pas le plus important : amuse toi bien !


code UmiBwack • icons shannon
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne suis pas fou, ma réalité est juste différente de la tienne et c'est pour ça que je te soignes } Chester
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Je ne suis pas fou, j'ai juste une morale qui est différente, c'est tout »
» Alors ca ne sera pas facile, ce sera même très dur, il va falloir faire des efforts chaque jour mais je suis prêt à les faire parce que je suis amoureuse de toi. Et je te veux chaque jour, près de moi. Toi et moi, pour toujours.
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Archives Fiches-
Sauter vers: