Partagez | 
 

 À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Lun 25 Avr - 0:31




Ses yeux se portèrent une nouvelle fois sur les aiguilles de la montre se trouvant à son poignet, dans un bal rythmique parfaitement synchronisé, le regard fixe et ne bougeant nullement pour avoir ce simple loisir de voir le fonctionnement réglé au millimètre près avancer sur le cadran. Au moins il n'était pas en train de rêver. Alix n'avait qu'une crainte c'était de confondre le réel et l'irréel, d'être de nouveau coincé dans un monde duquel il ne peut s'enfuir, une angoisse profonde qui n'a fait que se confirmer un peu plus à l'instant même où la malédiction fut rompue et ses souvenirs récupérés. Mais il devait apprendre à aller de l'avant, laisser son passé et ses regrets derrière lui sans jamais se retourner une seule fois, et c'était exactement ce qu'il allait faire aujourd'hui en trouvant enfin un domaine dans lequel il pourrait s'épanouir. La question c'était quoi ? Il avait la sensation de ne pas vraiment s'y connaître dans un domaine particulier, il restait certes curieux au possible mais aucune de ses connaissances accumulées ne lui permettait à son sens de trouver une activité concrète, mais surtout comment pouvoir expliquer concrètement ce qu'il avait fait durant ce temps figé. Il avait été enfermé comme l'aurait pu être un animal, se sentant horriblement mort à l'intérieur et sans aucun espoir pour le moindre avenir, devant s'acclimater à une société qu'il trouve aberrante depuis sa plus tendre enfance. Le monde réel qu'il avait perdu, datant du siècle dernier, possédait des codes à son sens plus strict et c'était un soulagement de voir une telle évolution. Cependant la critique ici était de même équivalence, dure et qui pourrait faire craquer n'importe quel individu qui ne s'y était pas préparé, c'était sans doute pour cette raison qu'il faisait profil bas au possible et faisait tout pour nullement faire parler de lui. D'ailleurs il restait constamment sur la défensive, jetant toujours un coup d’œil sur les alentours pour être sûr de ne pas être suivi, persuadé que cette liberté qu'il chérissait tant lui serait prise d'un moment ou l'autre. Par qui ? Là était le point d'interrogation, très certainement le personnel hospitalier le jour où ils auraient terminé de s’apitoyer sur leur propre sort pour voir qu'il n'était plus à sa place, ce qui restait peut-être préférable que de retomber sur un individu de cette contrée de fous dont il ne voulait pour l'instant plus jamais entendre parler.

Soupirant longuement Alix releva les yeux pour voir où ses pas l'avaient amené, il n'avait jamais eu l'occasion de vraiment visiter Storybrooke auparavant, pour lui il était aisé de se perdre à travers les ruelles et très honnêtement s'il pouvait éviter de devoir demander son chemin ceci l'arrangeait. C'est là qu'il vit la devanture d'un charmant petit commerce, détaillant chaque détail de ce qu'il pouvait en cet instant regarder, perplexe devant ce qui était un petit salon de thé. Le thé. Un écho lointain se fit en lui, il avait l'impression d'entendre les rires de sa grande sœur qui essayait de lui apprendre les bonnes manières et la façon la plus appropriée de boire correctement une tasse, comme une part de lui qu'il avait regretté avoir oublié et qui le rendait hésitant sur le fait de traverser la frontière. Il était plus simple d'oublier de nouveau, de jeter au loin ses problèmes et de ne pas les affronter, mais c'était aussi faire une croix sur son essence première. Du moins il croit. Si tout ceci était réalité, s'il ne se trouvait pas dans un fichu rêve, et pour s'en assurer il porta aussitôt ses yeux sur le cadran à son poignet. Tout était normal. Se frottant rapidement le visage, ayant encore un mal fou à se sentir à son aise dans ce monde qu'il ne reconnaissait même plus, il finit par pousser la porte du salon où se dégagea aussitôt cette odeur si caractéristique. Depuis combien de temps n'avait-il pas pénétré dans un tel lieu et prit le thé ? Une éternité selon lui, peut-être même plus si on suivait l'illogique dérèglement du Pays des Merveilles, alors qu'un fin et léger sourire se dessine quelque peu sur le coin de ses lèvres. L'endroit était plaisant, vraiment très charmant et on aurait dit  qu'il sortait tout droit d'une scène de livre, et il ne serait l'expliquer clairement mais une sensation de sécurité se fit ressentir au fond de lui. Comme s'il avait trouvé sa place. Alix avait toujours suivi son instinct, du moins c'était la sensation qu'il en avait sans savoir si celle-ci pouvait être erronée ou non par des souvenirs qu'il pensait ne pas être les siens, il ne lui avait jamais fait faux bond et il pouvait le sentir au fond de lui ce lieu était spécial. Ou le deviendrait. C'était encore embrouillé, pire d'une omelette, comme beaucoup de choses dans sa tête.

La sainte heure du thé n'étant aucunement encore arrivée la boutique était quelque peu déserte, une ou deux personnes à des tables éloignées, lui laissant le loisir d'admirer à sa juste valeur ce lieu qui se faisait à l'image d'un sanctuaire dans son esprit. Jusqu'à ce qu'une petite brune entre tout sourire dans son champ de vision, le faisait reculer d'un ou deux pas par pur réflexe de défense, retournant dans son air neutre alors qu'il l'observait. Du peu qu'il pouvait comprendre Alix était en face d'une personne qui travaillait ici, n'étant pas réellement sur de son grade, jusqu'à ce que la question qui était si fatidique lui tombe sur le coin de nez. Que voulait-il ? Une bonne question. Tant de réponses à donner sûrement, aucune pourtant qui lui venait en tête, cherchant quoi lui répondre il remarqua la petite affichette sur la caisse qui indiquait que le salon de thé cherchait une personne pour travailler ici. Rien n'était le fruit du hasard. Doucement il pointa de l'index l'affichage, comme pour appuyer ce qu'il s'apprêtait à dire, inspirant un grand coup pour reprendre contenance. Il n'avait aucune raison de s'inquiéter et au contraire se réjouir d'avoir trouvé un but à son existence, c'était là le premier chapitre de sa nouvelle histoire qui s'écrivait, même s'il n'avait pour l'instant aucune idée de commencer s'y prendre. Mais qui ne tente rien à rien. Décidant de laisser les choses venir, comme il l'avait toujours fait, restant tout de même sur la réserve face à cette inconnue.

« Bonjour... En fait, je serais intéressé par votre offre de travail. Je m'y connais plutôt assez en thé, que ce soit autant la préparation que les assortiments avec quelques douceurs, et je me suis dit que peut-être je devrais tenter ma chance par conséquent. »

Il n'était pas forcément le plus chaleureux, en fait Alix ne mettait aucune émotion particulière à cet instant dans ce qu'il disait, mais pourtant sa curiosité était réellement piquée en cet instant.






copyright Bloody Storm


Dernière édition par Alix Tenniel le Mer 27 Avr - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Lun 25 Avr - 14:57

L'heure du thé

feat. Alix & Alyssa

La boutique était, comme chaque matin, relativement calme. Mis à part quelques personnes n’ayant probablement rien à faire de leur vie, l’endroit était plutôt désert, ce qui permettait à Alyssa de s’en retourner à ses fourneaux pour préparer quelques petits gâteaux. Des petits gâteaux qui pourraient, parfois, avoir quelques effets indésirables, d’ailleurs. Mais, d’une part, elle aimait s’amuser aux dépens des autres, et, d’autre part, en commençant à semer la zizanie un peu gentiment partout, elle pouvait mettre la puce à l’oreille à ses yeux. En réalité, elle espérait bien que la rumeur allait se rependre précisément pour cette raison. Elle voulait que ça se sache, qu’on puisse facilement la retrouver. Malgré les risques que cela comportait, bien entendu.

Elle n’aurait su dire combien de temps s’était écoulé entre ce moment où elle était retournée à ses fourneaux et celui où elle avait entendu la petite cloche qu’elle avait mis au-dessus de la porte de sa boutique. Elle ignorait bien pourquoi la elle de son ancienne vie aimait ce genre de choses, mais elle n’y avait pas touché. Principalement parce qu’elle n’en voyait pas l’intérêt. C’était une perte de temps, rien de plus. Les choses étaient très bien ainsi, puisque cela lui permettait tout de même d’entendre les nouveaux clients arrivés. La preuve, la cloche venait de lui signaler la présence d’un nouveau venu.

Elle retira les gants anti chaleur qu’elle avait enfilé pour sortir quelques croissants du four et laissa les viennoiseries refroidir tranquillement en revenant derrière son comptoir, où elle trouva un petit blond, peut-être charmant mais qui avait l’air surtout paumé. Armée d’un charmant sourire commercial, elle lui demanda ce qu’elle pouvait faire pour lui. Intérieurement, elle espérait qu’il allait lui demander une de ses merveilles dont elle n’avait pas encore testé les effets. Mais, déception, il n’était pas là pour ça.

C’est attentive cependant qu’elle écouta ses arguments pour postuler à l’offre qu’elle avait affiché. Croisant les bras, elle afficha un petit sourire malicieux dont elle avait le secret.

« Très bien. Voyons comment tu te débrouilles. Installe-toi. » dit-elle en lui désignant une table deux personne. « Je reviens dans une minute. »

Elle s’en retourna à son antre de pâtissière pour disposer sur un plateau une théière –dont elle fit le thé elle-même pour cette fois- deux tasses, et un assortiment de douceurs, dont certaines auraient très certainement été horribles avec le thé de qualité qu’elle avait choisi. Plateau en main elle revint déposer le tout sur la petite table, et s’installa en face de lui.

« Je te laisse servir le thé, le gouter et me conseiller sur ce que je devrais manger avec ! »

Une épreuve pratique vaut, pour elle, tous les entretiens du monde. Quant à son nom il serait toujours temps de lui demander s’il réussissait l’entretien. A quoi bon lui demander, sinon ?

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Mar 26 Avr - 18:47




Face à lui la jeune femme avait l'air charmante, possédant un sourire cependant qu'Alix n'arrivait nullement à décrypter entièrement et ce qui le mettait sans doute naturellement sur la défensive, cependant il avait appris avec le temps et les expériences à justement se méfier des personnes qui se comportent de cette façon. Qu'est-ce qu'un sourire ? Tellement et peu de choses à la fois, aussi bien la transcription d'une émotion que la dissimulation, une véritable sincérité ou encore une convention sociale imposé. Rien n'était plus faux et traître qu'un sourire. Mais le jeune garçon était conscient qu'il devait arrêter d'être constamment sur la réserve comme il le faisait, de mettre une trop grande forme de distance avec autrui, d'autant plus qu'il était celui qui avait démarché envers ce qui semblait être la gérante du salon de thé. Certes, c'était plus l'effet du hasard et de sa curiosité presque maladive, ainsi qu'une impulsion instinctive qu'il avait aveuglement suivi. Il avait avancé sans réfléchir un seul instant, comme lorsqu'il avait poursuivi un certain lapin avant de tomber dans son terrier, ouvrant un peu plus les yeux sur la situation dans laquelle il pouvait ainsi se trouver. Il s'était senti nostalgique du passé en sentant la délicieuse odeur qui se dégageait de cet endroit, un petit brin de passé dans une mer de mémoire troublée et incertaine, il se souvenait des pâtisseries que sa sœur essayait de reproduire selon un livre de cuisine même si souvent le résultat se trouvait être catastrophique. Mais est-ce que tout ceci était réellement vrai ? Avait-il vraiment eu une sœur ? C'était là un problème épineux, il optait pour le oui mais sa tête était un véritable capharnaüm qu'il n'était pas sûr de pouvoir lui faire confiance, il n'était même pas sûr qu'il y avait eu une malédiction. Alix resta ainsi dans son apathie caractéristique et n'amorça qu'un faible sourire comme le voulait les codes sociaux, même si ceux qu'il avait pu apprendre étaient désormais désuètes car appartenant à une époque désormais révolue pour que quelqu'un veuille s'en préoccuper, même s'il ne les avait pas tous acceptés pour cause d'absurdité il avait tout de même reçu une éducation contre laquelle il était parfois difficile de palier.

Surpris par la proposition de celle qui était à première vue la gérante, après tout il n'avait aperçu  aucune autre personne jusqu'ici et elle avait pris sa demande au sérieux, il eut un instant d'hésitation quant au fait de la suivre jusqu'à se laisser entraîner par les événements. Alix avait toujours été comme ça de toute manière, il prenait les événements comme il venait sans y trouver le moindre signe d'illogique et ceci même dans la plus grande des absurdités qui puissent exister, l'étonnement laissé bien vite place à une candeur qui lui était propre. Il n'y avait qu'à regarder l'exemple du Lapin Blanc. La surprise avait laissé place rapidement aux questions, que personne ne pourrait se poser de manière rationnelle, dont la principale à savoir le pourquoi l'animal portant un gilet était-il en retard et non pas de savoir comment il pouvait bien parler. Il l'observa s'éloigner jusqu'à disparaître de son champ de vision, s'asseyant à la place qu'elle avait pu lui désigner plus tôt, profitant de ce moment de courte interruption pour observer plus en détail le salon. Il ne serait dire quoi mais il y avait un petit quelque chose qui flottait dans les airs, sans réussir à mettre le doigt sur la définition même de cette sensation étrange, mais ce n'était aucunement désagréable pour autant. L'endroit était calme et pour cette raison lui plaisait, il avait toujours une personne assez solitaire qui n'avait pas vraiment besoin des autres et qui s'occupait très bien tout seul en vagabondant dans son esprit, donnant peut-être un petit goût d'irréel. Trop même. Comme une crainte profonde le saisissant il ne put une fois encore de jeter un coup d’œil à sa montre, devenu d'une certaine manière l'objet qui lui confirmait le fait qu'il n'était pas en train de délirer ou de rêver, le faisant à deux reprises à la suite. Ainsi un écart important entre ses deux visions rapides lui aurait confirmé qu'il n'était pas dans le réel, les rêves ne semblaient nullement posséder des règles mais c'était faux en y regardant de plus près, sentant alors le soulagement en voyant que tout était normal. Il tira sur sa manche en voyant la jeune femme revenir avec un plateau, ne voulant manquer d'impolitesse en regardant l'heure et sachant que ceci aurait été fort grossier, ayant alors le loisir de voir toute une gamme de pâtisseries s'étaler sous ses yeux. Il comprenait parfaitement la démarche, se prêtant donc au jeu, servant délicatement le thé pour pouvoir l'observer plus en détail et faire son choix par la suite.

« Très certainement. On peut sentir dès les premières gouttes versées que vous avez choisi un thé assez léger qu'on le nomme blanc, on le reconnaît aussi à cette sorte de petite poudre en suspension qui se fait, dont les arômes sont assez délicats sans pour autant être fades bien au contraire... »

Alix avait commencé à verser le breuvage dans la tasse destinée à la jeune femme, ainsi lorsqu'une demoiselle se trouvait à table elle était toujours la première servie que ce soit pour n'importe quel service, l'espace d'un instant il avait eu l'impression d'être revenu chez lui alors que sa sœur venait à l'interroger sur le thé. Un jeu en apparence innocent mais le préparant tout de même à reprendre en réalité l'affaire familiale, mais il avait toujours ignoré volontairement ou non cet aspect pour la simple et bonne raison que le goûter était son heure favorite de la journée, dans un sens c'était un peu comme jouer à la dînette même si ceci pouvait paraître étrange pour un garçon. Mais après tout il n'y avait qu'à regarder son prénom assez particulier qu'on lui avait octroyé, quoiqu'il puisse faire il avait toujours une sorte d'original ou vu comme étant bizarre, inutile de dire qu'il n'était plus à ceci près et qu'il se fichait pas mal de ce qu'on pouvait penser de lui. Aujourd'hui il n'y avait que cette histoire d'hôpital qui le dérangeait vraiment, ne sachant aucunement si partir fut une décision assez sage qu'il avait pu prendre, parce qu'il avait beau se persuader qu'il n'y avait pas sa place le doute était quand même permis. Néanmoins, pour l'heure il préférait se questionner sur une préoccupation qui se trouvait être plus légère, profitant de verser en douceur le thé pour justement regarder toutes les douceurs que son hôte lui avait apportées. Certaines pâtisseries étaient à éviter au premier coup d’œil comme les tartes aux fruits, le goût serait trop fort et la tasse n'aura aucun intérêt que d'être bu, de même que pour ce qui pouvait être composé d'épices trop marquées et qui éclipserait le goût du thé. Il ne restait que deux options à savoir prendre un gâteau qui s’avérait tout de même assez gras, comme le pouvait l'être la Forêt Noire, et utiliser la boisson pour sa fonction première à savoir se désaltérer tout bonnement. Ou alors l'autre, pour laquelle il penchait car Alix appréciait tant le thé qu'il trouvait ceci dommage d'en occulter le goût, soit un gâteau qui n'aurait que peu de saveur mais tout en était aussi moelleux. Reposant la théière en y prenant le plus grand soin, admirant par la même occasion la manufacture, une fois les mains libres il prit une assiette d'un simple quatre-quarts pour la poser devant les yeux de son interlocutrice.

« C'est sans doute un peu simple comme pâtisserie, il n'y a rien d'extraordinaire quand on la regarde en fait, mais elle serait néanmoins ce qui s'accorde le plus avec un tel thé. Quelque chose de beaucoup plus fort viendrait gâcher le goût du thé, certains n'en prenne après tout que pour se réchauffer et préfère avoir en bouche une douceur avec plus de goût, mais l'arôme qu'il y a dans ces tasses est si délicat qu'il faut justement le mettre en valeur. »

Parfois il avait la sensation d'être un petit je-sais-tout, aimant particulièrement être autodidacte que d'écouter les leçons ennuyeuses à l'école, mais c'était surtout que sa curiosité le poussait souvent à aller jusqu'au bout d'un sujet quand celui-ci le pardonnait. À l'inverse, vu son côté parfois assez têtu, tant qu'il n'avait pas décidé d'apprendre il ne faisait pas. Ce n'était d'ailleurs aucunement de la prétention ou de l'ego mal placé de sa part que d'afficher ainsi quelques connaissances, loin de là cette idée qui ne lui effleurait même pas l'esprit, juste un moyen d'appuyer le fait qu'il pouvait être sérieux malgré le fait qu'il rêvasse souvent ou encore une forme d'enthousiasme de sa part pour un sujet qui pouvait le passionner. D'ailleurs un fin sourire se dessinait sur ses lèvres, ayant la sensation que d'être dans son élément dans un sens, d'avoir confirmé le fait que peut-être il était bel et bien à sa place ou qu'il n'avait pas besoin de s'inquiéter de la sorte. Passant ses doigts dans l'anse de sa propre tasse, goûtant à cet exquis breuvage qui le ravissait tant, même s'il était sûr de son choix ça ne voulait nullement dire que celui-ci pouvait vraiment plaire à la gérante. Il venait de prendre un gros risque en choisissant une pâtisserie si banal, peut-être même ce qu'on pourrait traduire par de l'audace, alors que son pied commençait à jouer nerveusement au sol. Inspirant longuement, dans l'espoir de calmer cette crainte, il n'avait aucune idée s'il avait fait ce qui devait être fait.

« En tout cas, je tenais tout de même à vous remercier de me consacrer une partie de votre temps. Vous devez être une personne très occupée, surtout si vous êtes seule à gérer tous le salon, j'espère ne pas vous importuner et peut-être que vous voudriez que je passe une autre fois ? »

Il ne voulait déranger personne, comme il voulait qu'on le fasse envers lui, peu sûr la démarche à suivre pour la suite.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Lun 2 Mai - 16:05

L'heure du thé

feat. Alix & Alyssa

Elle le contemplait, se demandant par moment ce qu’elle devait penser de ce jeune homme mystérieux et sorti de nulle part. Lorsqu’elle le regardait, il lui semblait être simplement neutre, interdit. La Moire qu’elle était n’avait d’ordinaire pas trop de mal à cerner les gens. Mais lui semblait juste…Paumé, ailleurs. Dans le vague. Elle en venait même à se demander s’il voulait vraiment ce job, puis, supposa que même si ce n’était pas véritablement une vocation, dans ce monde comme dans un autre, on a tous besoin un jour ou l’autre de payer son loyer ou de s’acheter à manger. Et, très sincèrement, tant qu’il faisait bien son boulot elle s’en fichait pas mal de qui il était et d’où il venait. Elle-même venait des Enfers, après tout.

Les yeux restent fixes, sur cette cible qu’ils ne lâcheront pas jusqu’à ce qu’il s’en aille. Il verse le thé avec délicatesse, elle le note. Son petit coin à elle se veut distingué, elle n’aurait pas accepté que l’on serve le thé d’une manière rapide et grossière. Mais sa manière e faire lui plait bien. Les commentaires semblent bien assez clairs également, il sait visiblement de quoi il parle et, avec quelques informations supplémentaires il sera sans nul doute de répondre aux questions des clients. C’est bien, c’est un bon point qu’elle aurait très certainement noté si elle avait pris un carnet. Elle aurait dû. Ça en fait stresser certains, parfois. Et c’est drôle de voir les gens stresser.

Elle nota également qu’il l’avait servie en premier, il devait donc avoir certaines notions de bonne manière. Elle ne sourit pas, pour ne laisser aucun indice, mais elle se délecta de l’odeur délicate du thé, comme il l’avait deviné, blanc. Il était l’un de ses favoris pour sa délicatesse, même si son grand favori restait le thé vert, pour les bienfaits qu’il pouvait apporter tant que pour le goût.

Il reposa finalement la tasse et son choix se posa sur un quatre-quarts qu’il posa devant ses yeux. Ravie du choix, elle attendit cependant qu’il expose son point de vue. Car après tout, plusieurs réponses auraient pu être bonnes, tout dépends finalement des raisons qui font qu’il a choisi celui-là et non un autre. Et le raisonnement fut approuvé, même si elle n’apprécia guère que l’on considère son gâteau comme étant une « simple pâtisserie ». Car après tout elle était bonne dans ce qu’elle faisait. Très bonne, même. Il ne sembla pas le remarquer –elle le cachait bien !- car elle vit s’afficher un sourire sur ses lèvres, ce qui lui donna l’impression qu’il avait sa place ici.

Tout ce qu’elle trouva dommage fut sa dernière tirade. Vraiment l’entretien s’était très bien déroulé jusqu’à ce qu’il se demande s’il n’était pas de trop ici. Puisqu’elle lui avait accordé un entretien, elle le prit presque comme un affront personnel. Mais ça aussi, elle le laissa de côté pour avaler une gorgée de thé. Une bouchée de quatre-quarts –son délicieux gâteau- s’en suivit bien vite et confirma ce qu’elle savait déjà : c’était un bon mélange.

« Eh bien c’est parce que je suis seule et très occupée que je cherche à recruter et que je prends de mon temps pour vous faire passer cet entretien… »

Elle attrape sa tasse et en boit une nouvelle gorgée, elle la savoure. Et, parallèlement elle se demande encore comment elle va conclure cet entretien.

« Vous vous débrouillez pas trop mal, mais vous ne semblez pas être assez sûr de vous. Sinon vous n’auriez pas proposé de passer une autre fois alors que vous être en plein entretien, alors la question c’est surtout…Vous voulez ce travail, oui ou non ? »

Elle plonge cette fois son regard dans le sien. A cet instant elle juge ses réactions. Et après elle pourrait donner sa décision finale. Même si elle a déjà sa petite idée…


made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Jeu 12 Mai - 19:04




Jamais Alix n'avait été quelqu'un de turbulent, il était même la définition même du calme ou même d'une forte apathie naturelle, au point que parfois il faisait acte de présence physique uniquement et encore pour cela fallait-il encore le remarquer. Une apparence sans tumulte qui vient cacher depuis la fin de la malédiction, ou un délire commun persistant comme le jeune homme le disait si bien, une nervosité qui l'ébranle de l'intérieur même s'il n'en a aucunement l'air. Les dernières années de son existence il les avait passées avec cette impression d'être déjà vide ou même mort, de ne rien à attendre ou devoir espérer, mais désormais qu'il s'ouvrait à la vie il faisait face à un lointain inconnu qui le déstabilisait par instants. Il ne savait comment appréhender la gérante du salon de thé face à lui et son œil critique, elle était là pour observer le moindre de ses faits et gestes il était parfaitement au courant, n'ayant aucune idée de ce qu'elle pouvait penser de lui ou même de manière générale. C'est sans doute pour cette raison qu'il s'était excusé, parce qu'il n'avait aucune de lui faire perdre de cette manière son temps, tout en ayant ainsi du mal à voir où pouvait être sa place. Il était perdu dans ce grand océan, il n'avait pas pris la peine de réfléchir ou même de prendre sa respiration lorsqu'il avait quitté les murs de l'hôpital psychiatrique, ne sachant nullement si au fond il était vraiment prêt ou non à y accéder. Peut-être que c'était une grossière erreur de sa part, croire qu'il en serait capable alors qu'en réalité c'était impossible, il voulait tant renouer avec la liberté qu'Alix n'avait pas pensé une seconde que son envie n'était pas ce qu'il lui fallait. Le doute était présent et permis, il avait le choix de faire ce que bon lui semble désormais mais le problème était de savoir quoi, tandis qu'il vient doucement frotter sa montre à travers sa manche comme pour chercher une forme de réconfort grâce à celle-ci. Le temps était une valeur sûre, qui ne trompait jamais, ce qui le poussait encore plus à le préserver ou avoir une vision précieuse de celle-ci. En interrogeant la jeune femme c'était aussi pour s'assurer qu'il ne lui volait pas des minutes, devenu une véritable obsession dont il ne pouvait se dépêtrer pour l'instant, sûr de ressentir une forme de culpabilité dans le cas contraire.

Lorsque la réponse fusa il ne put s'empêcher de baisser quelque peu les yeux, comme s'il était en faute grave, Alix ne voulait importuner cette charmante gérante de salon qui avait la bienveillance de lui accorder une chance. Le seul réconfort qu'il avait pu avoir c'était de voir qu'elle avait eu ainsi la décence de goûter aux douceurs servies, même si après tout c'était bien elle qui de base avait prépare le tout, lui donnant une faible assurance sur le fait qu'elle avait pu apprécier ses choix à leur juste valeur. Peut-être. Une incertitude qui le collait à la peau, il n'était plus sûr de rien au point de se désespérer parfois seul, tentant vainement de ne pas l'écouter en cet instant. Un point qui ne vient à aucun moment échapper à la pâtissière en herbe, ne manquant pas de le souligner dans ses paroles, ce qui a pour effet de le déstabiliser quelques instants. Qu'est-ce qu'il voulait vraiment ? Il ne savait pas, il n'en avait aucune idée concrètement, la seule chose dont il était assuré c'était le fait qu'il avait indéniablement une passion particulière pour le thé et qu'il se sentait apaisé s'il venait à s'engager sur le sujet. Son regard fixe la tasse devant lui, comme si le breuvage était un élixir de vérité qui aurait le don de lui offrit la réponse à ses interrogations multiples et trop persistantes, tandis que des souvenirs dont il ne sait encore s'ils sont vrais ou non refont à la surface. Alix se revoyait ainsi en compagnie de sa sœur, sans savoir si celle-ci n'était que fabulation ou non, prendre le thé tout en ayant le loisir d'avoir tout un tas d'assortiments comme c'était le cas présentement. À cette pensée il était moins anxieux c'était une certitude, qu'ils soient réels ou juste le fruit de son imagination trop débordante ceci n'en restait pas moins des merveilleux instants, ne pouvant réprimer un petit sourire alors qu'il a l'impression d'y voir peut-être plus clair. Ses yeux se plongent dans ceux de sa possible future employeuse, hochant légèrement la tête tandis qu'il est sûr de faire le choix adéquat, il était grand temps d'aller de l'avant et d'éviter de trop ressasser le passé après tout. Il devait arrêter de s'en faire pour tout, c'était un domaine dans lequel il avait l'air d'avoir une certaine forme d'expérience et il devait le mettre en avant, laisser derrière lui les regrets et éviter de se retourner au plus. Il était trop tard pour reculer de toute façon, c'était là une occasion à saisir et qu'il ne devait laisser partir, alors autant faire de son mieux.

« Oui. Je le veux vraiment, c'est un domaine dans lequel je sais que je suis doué et dans lequel je peux beaucoup m'investir. Le thé est quelque chose que j'apprécie grandement, même si ça n'en a pas forcément l'air au premier regard, je ferai par conséquent très sérieusement le travail que l'on puisse me demander. »

Qu'elle puisse lui donner des heures supplémentaires, lui donne des travaux fatigants ou même assez pénibles à exécuter, ou encore qu'elle vienne le traiter comme un moins que rien Alix savait qu'il ne pouvait passer à côté de cet emploi. Il ferait tout ce qu'elle lui demande sans broncher, toujours fidèle au poste si elle lui demandait, car comme il venait de lui dire le thé c'était un peu le centre de sa vie. Du moins c'est l'impression qu'il avait. Il essayait d'ignorer cette part de lui qui lui chuchotait à l'oreille qu'un certain trio déjanté, composé entre autres d'un certain chapelier, serait très certainement très heureux d'apprendre sa si grande passion. Il ne put se retenir d'avoir un court instant un sourire amusé en y pensant, c'était une telle bande d'énergumènes après tout même si elle était si potentiellement fictive, avant de se ressaisir et de se dire qu'il devait oublier tout ce qui était propre à ce soi-disant Pays des Merveilles. Ce monde fabuleux n'existait pas, il le refusait en bloc, et il devait l'oublier au possible en mettant la moindre petite pensée à ce sujet de côté. Ce n'était clairement pas le moment de penser à de telles rêveries, d'ordinaire il était déjà assez distrait et tête en l'air comme ça sans devoir en rajouter une couche, encore moins en plein entretien. Il ne voulait pas que la gérante pense qu'il puisse manquer de maturité, qu'il n'était encore qu'un gamin qui avait tant de choses à apprendre même si c'était peut-être vrai, mais surtout qu'il ne pouvait aucunement être responsable. En y pensant Alix vient se tenir un peu plus droitement, si du moins il était déjà possible d'avoir un meilleur maintient que celui qu'il présentait, il n'était pas pour les règles de la bienséance car après tout personne ne pouvait vraiment dire ce qui était correct ou non or les bonnes manières étaient une branche à part à son goût. C'était en les respectant qu'il respectait justement les autres et dans le but d'éviter le moindre conflit, étant pacifiste dans l'âme, ce qui lui avait ainsi souvent permis d'être tranquille sans que l'on vienne le déranger. Il prit précieusement l'anse de sa tasse, goûtant enfin ce précieux et onctueux breuvage, toujours en gardant un regard sur la jeune femme qui lui passait cet entretien. Il devait trouver une phrase marquante, un petit truc qui ferait qu'elle se souviendrait plus facilement de lui si jamais elle avait d'autres candidats, repensant à un détail qui lui avait piqué sa curiosité en entrant.

« Je vais sans doute vous paraître trop curieux mais... j'ai cru comprendre que certaines de vos pâtisseries pouvaient être spéciales, est-ce qu'il s'agit d'un ingrédient exotique que vous mettez dedans ? »

C'était peu dire. Tout ce qui sortait de l'ordinaire avait attrait à ses yeux, même si au final c'était le cas de pas mal de personnes, au point que certaines choses pouvaient captiver son attention parfois si difficile à atteindre.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Sam 28 Mai - 12:10

L'heure du thé

feat. Alix & Alyssa

Inébranlable, elle le contemplait, elle le fixait. Elle cherchait en lui une faille, quelque chose qui pouvait montrer qu’il n’était pas à même de faire un tel travail. Mais il ne semblait pas stressé plus que de raison, il semblait même être à la limite du « je m’en foutisme ». Mais il semblait vouloir ce travail. Que ce soit par simple besoin d’un salaire, d’une rende d’argent, ou par véritable passion comme il semblait le défendre si ardemment, comme si travailler dans sa boutique représenterais la quintessence des périodes de sa vie. Elle n’avait pas de doute là-dessus, à la manière dont il lui avait parlé du thé, il était vraiment passionné par cette boisson –ce qui en soit était un peu bizarre cela dit. Mais ce n’était pas plus mal, c’était ce dont elle avait besoin, surtout depuis que tous ces drogués de thé étaient devenus ses meilleurs clients –dont Thomas. Elle finirait même pas leur ouvrir une salle privatisée, s’ils continuaient à représenter une part si importante de son chiffre d’affaire.

Elle voyait dans son regard qu’il était passionné, peut-être même au même point que ses meilleurs clients, ce qui était bien. Si elle avait quelqu’un pour parler avec eux et débattre du meilleur thé à sa place, elle pourrait passer plus de temps à faire ses petits gâteaux –magiques ou non- ou même à prendre un peu plus soin d’elle. Elle ne pouvait pas se souvenir de la dernière fois où elle avait ne serait-ce que mis une crème hydratante Nivea sur son visage. Oui, ça lui ferait du bien. Tout ce temps gagner lui permettrait également de chercher ses sœurs, ce serait donc tout bénef. En plus, son résultat avait bien augmenté ces dernières semaines. Un salaire ne lui ferait donc pas trop de mal.

Elle mit un petit morceau de gâteau dans sa bouche, et bu tranquillement une gorgée de thé alors qu’il l’interrogeait sur ses pâtisseries magiques. Un petit sourire malicieux s’afficha sur ses lèvres, et elle prit tout son temps pour lui répondre, laissant aux secondes le temps de s’écouler lentement, le laissant lui se demander si elle allait lui répondre ou non. Puis, finalement, elle susurra.

« Vous n’aurez pas besoin de pâtissez, et vous vous doutez bien que je ne révèlerais pas mes secrets aussi facilement… Peut-être quand vous aurez beaucoup d’ancienneté. »

Elle haussa un sourcil, observa sa réaction alors qu’elle venait presque de reconnaitre qu’elle l’engageait. Elle mit finalement des mots clairs sur sa décision.

« Puisque vous le voulez, vous avez le poste…Si tant est que vous êtes capable de vous présenter et de faire un peu plus attention à votre linge…Pour le job, j’ai besoin que vous soyez bien habillé. »

Elle ne pensait pas nécessairement à un costume, mais quelque chose d’un peu plus professionnel. Et, avec le recul, il était vrai qu’il n’avait pas pris la peine de se présenter, même si elle ne lui avait pas demandé de le faire non plus.


made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Mer 8 Juin - 17:53




La curiosité était un bien vilain défaut, encore plus chez Alix, la dernière fois qu'il s'était montré trop espiègle à ce sujet-ci justement il avait fini par tomber dans le terrain presque sans fond d'un lapin qui ne faisait que répéter qu'il était en retard. En retard pour quoi ? Si seulement il ne s'était jamais posé cette question alors l'histoire aurait été très différente, il y en aurait même eu aucune dans un sens en y regardant de plus près, c'était en quelque sorte là sa punition pour avoir voulu trop en savoir justement. Il y a des choses qui devaient rester secrètes, il en avait désormais la conviction, comme ce que pouvait bien cacher ce sourire que la gérante du salon de thé pouvait posséder. Il savait que c'était mal de vouloir tout savoir, ceci ne lui apportait que des problèmes, mais c'était plus fort que lui et en cet instant le fait qu'elle puisse couvrir autant la réalité dans un voile de pur mystère attrayant, mais c'était une sorte de drogue dont il avait du mal à se passer. Tout comme le thé d'ailleurs, essayant de se concentrer principalement dessus pour éviter de se montrer trop fouineur envers la jeune femme et de l’assommer de questions qui parfois n'avaient ni queue ni tête dans un sens, ce délicieux breuvage dont il ne pouvait se passer. Une étrange passion qui avait au moins le mérite de lui être si utile en cet instant, lui permettant ainsi de faire en quelque sorte un pas de ce milieu qui ne lui était pas totalement obscur mais après tout il savait assez bien s'adapter d'une certaine manière, tandis que le brouillard autour de ces fameuses pâtisseries ne faisait que s'épaissir à chaque mot que pouvait prononcer la propriétaire. Il voulait savoir. Alix qu'il ne pourrait pas résister à l'avenir à goûter à ces fameuses douceurs, parce que la tentation se ferait que trop pressante et que l'unique moyen de trouver en quoi elles pouvaient être spéciales était pour l'instant le goût, ce ne serait qu'une question de temps mais tôt ou tard il finirait par croquer dans cette sorte de fruit défendu dont la composition était connue de la pâtissière face à lui. Il lui sourit quelque peu, baissant légèrement la tête ainsi que les yeux comme en signe d'une certaine forme de soumission ou de docilité, il n'avait pas voulu se montrer impétueux et surtout pas devant celle qui serait peut-être bientôt sa nouvelle employeuse.

« Je suis désolé. Je ne voulais pas me montrer aussi curieux, je compte bien le découvrir par moi-même uniquement en venant déguster une de vos pâtisseries si spéciales, je saurais me tenir à ma place ne vous en faites pas. »


Même s'il était vrai qu'il avait toujours eu du mal à suivre les règles, savoir où pouvait être sa place, il savait néanmoins qu'il devait se tenir assez à carreau s'il voulait pouvoir acquérir ou conserver le moindre emploi. Alix n'écouterait pas la petite voix dans sa tête qui lui disait d'aller se rendre ainsi en cuisine pour voir de quoi il pouvait bien s'agir, de chercher jusqu'à trouver ce qui pouvait faire que les pâtisseries de ce salon de thé pouvaient avoir autant de succès, il laisserait au mieux cette curiosité dévorante de côté. Pour son propre bien. Il devait apprendre à regarder où il mettait les pieds avant d'avancer, se montrant parfois si téméraire dans ses démarches et ne voyant que la situation après coup, c'était peut-être là justement l'occasion ou jamais de commencer cet apprentissage qui ne serait pas de tout repos pour une personne comme lui. Il releva les yeux pour regarder la propriétaire qui venait de parler de nouveau avant de porter un regard à ce qu'il portait, il est vrai qu'il n'avait pas vraiment pensé à avoir une tenue adéquate mais dans un sens il n'avait pas non plus prévu de passer cet entretien qui se faisait au fruit du hasard, comprenant bien que dans ce genre d'établissements les clients mais avant tout de chose les employés devaient avoir une tenue de rigueur. Et puis son cerveau lui renvoya la première partie de sa phrase. Il avait le job juste après ce simple petit entrevu, il n'y arrivait pas à y croire sur le coup et il en était étonné mais aussi agréable surprit dans un sens, affichant sans le vouloir un sourire sincère assez doux envers son interlocutrice qu'il ne pourrait jamais remercier suffisamment pour cette opportunité. Ceci n'était pour beaucoup qu'un simple travail sûrement mais pour Alix c'était ici la promesse d'un nouveau départ dans la vie, une existence loin des illusions de conte de fées où les animaux parlaient et où le temps n'avait pas la moindre logique, ne pouvant s'empêcher de se demander si tout ceci était bien vrai ou non. Un coup d’œil rapide à la pendule semblait lui indiquer que oui, il n'était pas encore une fois perdu dans les méandres de son esprit, alors qu'il venait tout d'un coup se ressaisir. Ce n'était pas le moment de tout gâcher superbement comme il savait si bien le faire, il voulait se montrer sûr de lui et avant tout de chose qu'elle pourrait lui faire confiance en toutes circonstances, hochant vivement la tête en ce qui concernait le style vestimentaire en tout cas.

« Ne vous en faites pas j'aurai la tenue la plus appropriée au possible pour ce travail, vous pouvez venir compter sur moi pour ceci en tout cas, je serai présentable et ferai selon votre convenance. »

Aussi étonnant que ceci puisse paraître il avait hâte, cette situation le sortait de cette apathie latente dans laquelle il était plongé depuis trop longtemps, il voulait connaître chose et surtout c'était là son désir primaire de voir ce que la vraie vie pourrait être. Celle qu'il pouvait imaginer durant le temps de la malédiction, coincé dans cet endroit qu'il ne voulait plus approcher sous aucun prétexte, même s'il refusait toujours que les souvenirs qui lui avait été rendu puissent être véritable. Juste un songe trop étrange pour être vrai, un accès de fièvre ou un petit coup de folie il ne serait dire, mais qui en cet instant il préférait largement laisser de côté. Alix n'avait jamais eu la sensation d'être vraiment à sa place dans un sens, jugé dans une vie trop imaginative et dans l'autre trop renfermé sur lui-même, mais il avait l'espoir que les choses pouvaient être différentes et que petit à petit il pourrait enfin se sentir comme chez lui à Storybrooke. Dans le pire des cas il pourrait toujours partir, ne croyant pas un seul instant ou du moins refusant de croire que cette histoire de magie et de barrière puisse s'avérer vraie, et dans un sens cet emploi c'était un peu la dernière chance d'être accepté au lieu de courir toujours et encore aussi loin que ses jambes pourraient le porter. Sans le savoir la gérant du salon de thé venait de lui offrir un rempart, encore fragile certes il en convenait mais existant et présent malgré tout, contre la désorientation et au sens le plus large peut-être la folie. Lui qui ne cherchait pas une vie extraordinaire, du moins il n'en voulait plus pour l'instant, mais une existence tout ce qu'il y avait de plus normal. Était-ce trop demander ? Parfois il fallait croire que lui. Mais il laissait ce genre de considérations pour un autre jour, il vivait un instant de bonheur et il ne voulait aucunement que rien ni personne ne puisse le prendre alors qu'il était si fragile, comptant prouver au possible sa détermination envers la propriétaire. Il voulait faire bonne foi de son engagement, que pour lui tout ceci n'était pas des simples mots prononcés mais beaucoup plus, que même s'il n'était pas forcément l'être le plus sociable ou avenant qui existe il n'en demeurait pas moins qu'il avait une forte volonté de bien faire et que c'était pour cette raison qu'il ne laisserait rien tomber.

« Je suis prêt à commencer dès demain en tout cas, ou peut-être même un peu plus tard dans la journée, juste le temps que je puisse trouver quelque chose à porter et qui convienne au salon bien entendu. Il faudrait juste aussi me donner la liste des thés que vous possédez, vu qu'il en existe tout d'une gamme de toutes sortes, ça ne sera pas très difficile de les mémoriser et... Je m'emporte un peu pour le coup. »

Dire qu'il était un mordu de thé n'était qu'un doux euphémisme, à croire parfois s'il n'en circulait pas dans ses veines au lieu du sang, voulant reprendre le contrôle de soi. Pas besoin que son employeuse se rende compte qu'il avait un grain, pour ne pas dire toute une plage pour le coup, qui la ferait changer d'avis sur son choix de le prendre. Alix redevient sérieux au possible, se contentant d'un fin sourire presque inexistant, jamais il ne pourrait être autant redevable à la jeune femme qui lui offrait cette opportunité en or. Comme quoi parfois le hasard faisait bien les choses, il avait une drôle façon à lui de tout orchestrer, pour une fois il avait la sensation d'être au bon endroit et au bon moment surtout.

« Est-ce que j'ai besoin de savoir autre chose ? Ou même vous de votre côté ? »


Il se voulait le plus courtois possible, voulant un peu se rassurer en voyant dans quoi il pouvait bien s'engager et réciproquement, ne prêtant nullement attention à cette petite nervosité qu'il pouvait ressentir en cet instant.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Lun 13 Juin - 11:45

L'heure du thé

feat. Alix & Alyssa

L’homme dont elle ne connaissait toujours pas le nom semblait s’être bien vite fait à l’idée qu’elle ne lui dévoilerait pas ses secrets aussi facilement. N’était-ce pas évident pourtant ? Non, visiblement il avait eu besoin de poser la question pour se rendre compte du coté déplacé de la chose. Elle aurait pu s’en sentir offensée si l’idée que son petit employé goute ses délices pour s’en faire une idée lui-même n’était pas sortie de sa bouche. Au lieu de ça, elle s’en était sentie amusée. A quoi ressemblerait son serveur  s’il s’engageait dans cette voie ? Oh elle avait tellement envie de lui sortir un gâteau sur le champ et de lui mettre sous le nez ! Mais elle se retint pour le moment, l’heure n’étant pas encore aux petites plaisanteries.

A son sourire, il semblait simplement heureux d’avoir le job, sans s’offusquer plus que de raison sur la remarque qu’elle lui avait faite à propos de ses vêtements. Et c’était tant mieux. Non seulement Alyssa n’aimait pas travailler avec des gens susceptibles, mais en plus dans ce domaine il n’était pas bon d’être de cette nature-là. Il arrivait, parfois, que les clients ne soient pas très agréables, ni même très courtois, et il fallait savoir passer outre. Elle espérait qu’il se rendait bien compte de cela, ainsi que du fait que s’il venait à répondre à un client –qu’importe ce dernier puisse être en tort- elle ne serait pas sûre de pouvoir continuer à travailler avec lui. Mais les consignes viendraient, au fur et à mesure.

Elle ne put que noter sa motivation, et ça lui fit plaisir. Elle n’en attendait pas temps, en réalité elle avait juste besoin d’un serveur, quelqu’un de présent et d’à peu près réactif quoi. Mais quelqu’un de motivé à ce point-là, ça ne se refusait pas. Bon elle n’allait tout de même pas le faire travailler dès l’après midi –encore qu’elle aurait pu- mais démarrer en début de semaine suivante lui semblait bien. Elle s’en retourna derrière son comptoir, attrapa un document référençant tous les thés qu’elle commandait –liste qu’elle avait fournie à ses fournisseurs-  et la tendit à son tout nouvel employé.

« Vous commencerez lundi, voici la liste, j’ai besoin que vous la connaissiez et que vous ayez des vêtements plus professionnels d’ici là. Et je vais aussi avoir besoin de votre nom. Pour faire un badge, c’est mieux. » dit-elle sur le ton de la plaisanterie, sans véritablement plaisanter

Elle hésita une seconde, se demandant quelle portée pourrait avoir cette question. Mais, grande joueuse, et surtout grande fouteuse de merde, elle ne pouvait pas passer à côté de cette occasion.

« Vous voulez goûter une pâtisserie spéciale avant de partir ? »



made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Jeu 23 Juin - 18:01




Alix souhaitait que trouver ce travail lui permettrait de débuter un nouveau chapitre de son existence, en tout cas il voulait y croire et s'accrochait à ce fin espoir car rien n'était impossible comme il s'entêtait à se répéter, que c'était là l'occasion où jamais d'oublier une bonne fois pour toutes ses rêveries passagères parfois trop persistante. Il ne croyait pas, ou du moins ne voulait aucunement, que les souvenirs qu'il avait récupérés plus tôt soient vrais. Un simple rêve. Voilà ce qu'il devait se forcer à penser, se l'imprimer en lettres indélébiles dans le crâne, et la gérante du salon de thé en lui donnant la possibilité de faire ses preuves l'aidait sans le savoir à se forcer à aller dans ce sens. Elle lui offrait, d'une certaine façon en tout cas, son réel premier pas vers le monde des adultes en lui octroyant des responsabilités. Était-il prêt pour ça ? C'était une autre question, plus délicate qu'elle n'y paraissait malgré toute la bonne volonté qu'il voulait y mettre, mais il espérait que ce soit le cas. Il devait juste laisser un peu de mou à tout ceci, apprendre à respirer un bon coup et arrêter d'angoisser pour un rien, se détendre et croire un peu plus en lui-même s'il ne savait pas vraiment qui il était dans le fond. Juste encore un brin de gamin perdu dans le torrent de la vie, qui se faisait plus calme dans un sens depuis quelques jours ou du moins c'était la sensation qu'il en avait, mais Alix n'en demeurait pas moins déterminé et faisait foi de bonne volonté. Restant malgré tout en alerte il observa la gérante partir pour revenir avec une liste, le prenant dans ses mains il eut le loisir d'observer rapidement que c'était la liste des thés disponibles ici et quelque part il la trouvait merveilleusement bien fournie, avant de se rendre compte qu'en effet ils avaient beau avoir discuté ensemble pour cet entretien jamais il n'avait donné son nom et réciproquement. Il hocha la tête pour lui signifier au passage qu'il ferait ce qu'elle lui dirait, après tout c'était elle la patronne, avant de sourire un peu.

« Oui bien sûr. Ce sera fait au plus vite, tout sera en ordre pour lundi vous pouvez en être sûre, il n'y a pas de problème à ce niveau-là. Et c'est Alix. Tenniel Alix pour être plus précis. »


Il l'avait dit sans réfléchir vraiment, trop obnubilé par le fait de faire bonne impression auprès de sa future employeuse pour le coup, mais peut-être qu'il n'aurait pas dû donner ainsi son vrai nom. Il ne savait pas trop. Le jeune homme n'avait pas vraiment envie qu'on puisse retrouver sa trace, c'était un peu une sorte de hantise constante qui planait sur lui telle l'épée de Damoclès, voulant éviter des personnes. Aussi bien par ces espèces d'individus étranges qui avaient plus ou moins l'air de le connaître, sans de son côté connaître leurs visages en tout cas – ou du moins pas humains, que les pseudos médecins qui lui avaient peut-être plus détraqué le cerveau au lieu de lui remettre à l'endroit comme il aurait dû. Il voulait éviter d'y penser. Refoulant au possible toutes ces questions qui grouillaient comme des vers dans sa tête, lui bouffant allègrement la cervelle et le fil conducteur de ses pensées, il préféra de très loin se concentrer sur la proposition que la gérante lui faisait. Il ne pensait pas avoir la chance de goûter aussi vite ce qui était la spécialité, en tout cas à ses yeux elle apparaissait ainsi de par son côté secret et un tant soit peu exceptionnel, ne se préoccupant nullement de savoir si oui ou non la gourmandise pourrait le perdre. Tout ce qui était sucré avait un certain attrait non négligeable, il serait plus facile de l'appâter de cette manière même, Alix aimant au possible les goûters même celui qu'il venait d'improviser avec la jeune femme. Son sourire s'étira sûrement malgré lui, sa curiosité était piquée au possible et il avait ce besoin presque vital de venir ainsi l’assouvir dans les plus brefs délais, alors qu'il se relevait pour être au même niveau que son interlocutrice. Elle avait l'air déjà de savoir comment s'y prendre avec lui, sûrement un bon point pour elle, se retenant de venir piailler ou de s'exciter pour un rien comme à chaque fois qu'on agitait devant ses yeux quelque chose qui lui faisait envie. D'un naturel assez calme, peut-être même apathique selon certains même s'il n'en restait pas moins altruiste envers les autres, il ne sortait que rarement de ce caractère en ligne de conduite principale. Se laissant porter par les choses, ce qui n'avait été que plus visible lors de l'enfermement dont il avait écopé sans en connaître encore la raison par la même occasion, présentant une certaine docilité. Il préférait que la gérante garde cette idée de lui, de quelqu'un d'assez sérieux à qui elle avait donné un rôle certes simple mais tout de même, restant sur une forme de réserve ainsi.

« Puisque vous le proposez si gentiment, je ne vois aucune raison de refuser en tout cas. Je vous remercie beaucoup pour votre proposition, et aussi le travail bien entendu, ce sera pour moi une joie. Et puis, mieux je connais les produits mieux c'est n'est-ce pas ? »

Bon d'accord. C'était une manière comme une autre de masquer en quelque sorte son besoin de plus en plus insoupçonnable de mordre les dents dans cette pâtisserie tant convoitée, depuis qu'elle lui avait dit qu'il y avait une quelconque forme de surprise à l'intérieur il avait envie de goûter, ayant hâte de voir de quoi il pouvait bien en retourner concrètement. Une curiosité accentuée à l'instant même où elle se trouvait devant ses yeux puis dans sa main, ayant une apparence pourtant qui lui paraissait simple et loin d'être extravagante mais qui ne faisait que croître le mystère, tandis qu'il remerciait sa nouvelle employeuse pour ce geste d'attention envers lui. D'extérieur il n'aurait su dire ce qu'il y avait de si particulier, n'osant pas venir ouvrir le gâteau par manque de politesse tout de même, alors le meilleur moyen restait ainsi de goûter. Prenant une fine bouchée, souriant un peu à la gérante du salon de thé, il avait beau essayer de décortiquer il n'arrivait pas à trouver un possible ingrédient qui la rendait si spéciale. Oh pas qu'elle était mauvaise, loin de là même, juste que son palais ne pouvait décrire vraiment ce délice.

« Le moindre que l'on puisse dire c'est que c'est vraiment quelque chose à part, je n'ai jamais rien goûté à quelque chose de tel en tout cas... »

Reportant son attention sur la pâtisserie il goûta encore un morceau, jetant un coup d’œil sur ce qui pouvait bien se cacher à l'intérieur mais ce fut vain, alors que petit à petit il avait cette impression étrange et inexplicable de se sentir beaucoup plus à l'aise dans tout ce qui l’entourait. Alix ne serait vraiment dire pourquoi ou comment. Ses yeux papillonnaient quelque peu lorsqu'il regarda la jeune femme, comme s'il était totalement ailleurs ou perdu dans la Lune, tandis qu'il pourrait presque jurer que le décor derrière elle était comme en mouvement. Comment pouvait-il l'être ? Ceci lui rappelait un certain endroit qu'il ne voulait plus voir ou entendre parler, un pays ou même un songe peuplé de créatures étranges, là où la logique n'existait tout bonnement pas. Et pourtant il n'avait aucune sorte de révulsion à cette idée, lui qui pourtant faisait tout pour être mêlé aussi bien de près que de loin à cette contrée de l'antre de la folie, comme s'il avait trouvé sa place. Se frottant la tempe de sa main libre, écarquillant un peu plus les yeux en se rendant compte de cet état presque euphorisant, il fixait la propriétaire sans comprendre.

« Je suis désolé de vous reposer la question mais... Qu'est-ce qui se trouve dans ces pâtisseries ? »


Ce n'était pas normal, il y avait quelque chose qui clochait et une part de lui en était consciente, il fallait qu'on lui explique le souci.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Mar 28 Juin - 10:31

L'heure du thé

feat. Alix & Alyssa

A bien y réfléchir, la liste de ses thés était plus que bien fournie. Elle espérait que ce petit n’ai de blond que la couleur de cheveux, car elle ne le raterait pas s’il venait à en oublier ne serait-ce qu’un seul. Elle avait des clients fidèles et très pointilleux sur ce genre de choses, surtout depuis que la malédiction s’était levée et que le peuple de Wonderland s’était rappelé de son amour pour le thé ! Elle le mettrait sans doute à l’épreuve pour commencer. Hors de question de perdre une clientèle si précieuse ! A eux seuls ils devaient représenter plus de 50% de son chiffre d’affaire, beaucoup plus.

Il hocha la tête, et pris la parole. Elle ne pouvait douter de sa motivation en tout cas. Il semblait déterminé à bien faire les choses, et c’était une bonne nouvelle. C’est la meilleure des motivations qui peut faire toute la différence, et ce dans n’importe quelle tâche que ce soit. Et, si cela n’était que de la comédie, elle s’en rendrait bien vite compte, le lundi suivant. Armée de son stylo et du bloc note qu’elle gardait toujours sur elle pour les commandes, elle nota rapidement le nom de son nouvel employé : Alix Tenniel. Elle désespérait d’avance de devoir rédiger un contrant, mais se rassura en disant qu’au final elle serait gagnante, lorsqu’il sera là pour gérer ce qu’il se passe en salle.

Non peu fière d’elle, elle contempla le sourire de son futur serveur s’étirer alors qu’elle lui avait proposé de gouter une de ses pâtisseries. Oh, une fois que ces douceurs sucrées auront eu un effet sur lui, nul doute qu’il n’en sera qu’un peu moins ravi, mais ce n’était pas son problème après tout. Il voulait y gouter et bien soit, elle allait répondre à sa demande et par la même occasion tester une recette pour laquelle elle ne connaissait pas encore les effets. Toujours aussi frustrée, elle espérait qu’à la longue ses pouvoirs reviendraient. Mais, en attendant, elle voulait reprendre un tant soit peu le contrôle. Faire des potions et en noter les effets était une façon d’y arriver. Traitait-elle son nouvel employé comme un cobaye ? Eh bien, on ne pouvait pas vraiment dire ça puisque c’était lui qui voulait les goûter mais…Peut être un petit peu, oui !

Et puis, dans tous les cas, il marquait un point lorsqu’il disait que cela lui permettrait de mieux connaitre ses produits…Bien que –elle se gardait bien de le dire pour le moment- elle ne commercialisais pas ces produits spéciaux avec le thé. Ceux-ci n’étaient vendus que sur demande, principalement pour éviter de faire fuir la clientèle avec des effets indésirables un peu trop désagréables. Elle ne cédait pas à un caprice, loin de là, lorsqu’elle lui mit une belle pâtisserie bien colorée dans les mains. S’il savait combien il n’avait pas besoin de la remercier pour ce cadeau à moitié empoisonné…Oui, à moitié, car les effets auraient pu être positifs après tout. Pourquoi pas ?

Elle le sentait essayer de comprendre ce qu’il y avait de si particulier dans ce gâteau, et savait déjà qu’il ne mettrait pas la main dessus. Alors, elle le laissa chercher, s’amusant de ses petits commentaires, et attendit que les effets commencent à pointer le bout de leur nez. Le voyant finalement perdu, elle hésita à répondre avec franchise à la question. Puis elle se laissa tenter, finalement, histoire de ne pas le voir paniquer face à des réactions de son corps qu’il ne comprendrait pas.

« Eh bien…Vous serez sous secret professionnel je tiens à vous le rappeler. » précisa-t-elle avant de s’installer face à lui. « Il se peut…qu’il y ai un tout petit peu de magie dedans ! » déclara-t-elle en minimisant le petit d’un signe de la main.

Puis, son attention se reporta sur son futur serveur. Bien qu’attentive, elle ne nota aucune différence physique, du moins pour les parties de son corps qui étaient visibles. Du coup, seul moyen de savoir si cela avait eu un effet : lui poser la question directement !

« Vous vous sentez différent ? »



made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   Lun 4 Juil - 18:31




Plus les secondes passaient plus Alix avait cette drôle d'impression de flottement, comme si tout autour de lui et même ce qu'il pouvait penser se faisait plus léger, comme lorsqu'il avait visité pour la première fois le Pays des Merveilles. Là où il était curieux de tout, aussi bien les lieux que de ces drôles d'habitants assez loufoques avec qui il prit le thé en compagnie de certain, s'émerveillant sur tout ce qui pouvait l'entourer sans réellement se poser si tout ceci était un rêve ou non. Quelle importance ceci pouvait bien faire ? Aucune. Il se laissait border par les événements pour son plus grand plaisir, rencontrant des êtres qui le firent sentir à sa place dès le premier instant, dans ce qu'il nommerait aujourd'hui l'antre de la folie. Parce qu'il avait grandi depuis, son deuxième voyage d'ailleurs ne s'était pas exactement déroulé comme tout le monde l'avait prévu et lui en tête il devait bien l'avouer, où cette fois-ci ses interrogations portaient justement sur ce qu'était ou non la réalité. Mais il ne voulait plus entendre parler de ce monde trop étrange désormais, surtout qu'il n'était pas sûr que tout ceci ait bien existé ou si c'était dans son esprit que les médecins voyaient comme étant dérangé, possédant une forme d'animosité et c'est sans doute ce qui le perturbait autant depuis qu'il avait goûté à cette pâtisserie. Parce qu'il se sentait en accord pourtant avec cette idée qu'il rejetait en bloc depuis le temps, comme s'il était redevenu un enfant qui s'amusait d'un rien et qui possédait selon certains dires pas mal de plussoyance sans avoir idée de ce que c'était vraiment, sans rien comprendre de logique à justement cette situation illogique. C'est pourquoi il avait besoin de savoir ce que pouvait contenir le gâteau que son employeuse lui avait donné, quel genre d'ingrédient hors du commun pouvait produire une chose aussi insensée à son goût, alors que la mention du fait qu'il était comme sous serment professionnel ne faisait que rendre la chose plus inquiétante quelque part. C'était illégal sûrement, un peu de poudre magique qu'il soupçonnait d'être diffusé un peu partout à Wonderland ou il ne savait quoi d'ailleurs, se disant qu'il n'aurait peut-être pas dû accepter ce travail au final surtout si c'était pour mettre son nez dans quelque chose autant en dehors des forces de l'ordre.

Mais rien de ce qu'il pouvait imaginer, Alix était même très loin du compte, ouvrant sans doute les yeux un peu plus grand face à la surprise qu'elle pouvait ainsi lui annoncer. De la magie. Malgré lui il accepta dans son esprit très vite l'idée, aussi rapidement sûrement que le fait qu'une chenille moralisatrice pouvait fumer le narguilé et ceci n'était qu'un exemple parmi tant d'autres, ne sachant pas vraiment quelle version il pouvait préférer entre celle qu'il était en train d'imaginer et celle que la jeune femme venait de lui avouer. Il fixa la pâtisserie, comme dans l'espoir qu'elle vienne lui annoncer la réalité sur ce qui était en train de se passer, ne sachant quoi penser de toute cette histoire. La seule conviction qu'il pouvait avoir était le fait qu'il se sentait en paix, aussi bien avec ce qui se passait autour de lui que lui-même en fait, cette angoisse que le jeune homme avait pu ressentir il y a quelques minutes s'était complètement volatilisée comme si elle n'avait jamais existé. Si ceci était l’œuvre de la magie il n'en revenait pas quelque part, restant ainsi à regarder le gâteau dans lequel il avait croqué un bout, la dernière fois qu'il avait pu manger des pâtisseries dans le genre il était devenu soit trop grand soit trop petit au gré des humeurs des confiseries. Alix aurait dû s'en méfier, son caractère s'était imprégné depuis la malédiction du fait de parfois regarder à deux fois avant de foncer la tête baissée, mais les effets magiques l'en empêchaient sûrement. Il releva les yeux vers la propriétaire du salon de thé, cette dernière ayant l'air assez curieuse sur ce qu'il pouvait bien ressentir à cet instant précis, ne sachant aucunement comment lui répondre sur l'instant. Était-il vraiment différent ? Oui, ça ne faisait aucun doute en fait, mais aussi bizarre que ceci puisse paraître il était plus proche de celui qu'il était par le passé pourtant. Rien que d'y penser il en avait mal au crâne, fermant un peu les yeux et fronçant les sourcils, soupirant un bon coup pour faire un tri dans son esprit embrouillé. Il reposa tout de même son regard sur son employeuse au bout de quelques secondes, le décor avait l'air de toujours bouger autant sans en être plus dérangé que de raison, hochant la tête à son adresse.

« Plutôt oui... Je ne serais pas trop l'expliquer mais oui. Je ne sais pas si vous connaissez... le Pays des Merveilles, ou Wonderland si vous préférez. Et disons que pour faire simple, j'ai l'impression d'y être... la tête qui tourne un peu... »

C'était peu dire même, il avait beau fixer au mieux la gérante du salon de thé tout avait l'air de tourner bizarrement, comme si à tout instant il allait se trouver la tête en bras comme si le monde était à l'envers. Le tout d'une manière si naturelle que ceci en devenait presque déconcertant, le perdant entièrement et ne sachant plus sur quel pied danser, petit à petit perturbé par ce qui était en train de se passer car il était clair qu'il n'avait aucune emprise dessus et ceci finissait tout de même par déstabiliser Alix. Il acceptait moins l'idée qu'on puisse lui imposer quoi que ce soit, quelque chose dont il n'était même pas conscient, contrairement à ses années de passivité et de docilité qu'il avait pu connaître au niveau du sous-sol de l'hôpital. Beaucoup plus Alice à cet instant, son véritable lui que ce qui lui avait été imposé et avec lequel il voulait conjuguer, comme s'il se réveillait tout juste vraiment de cette malédiction. Il revoyait les habitants wonderlandiens le supplier de se réveiller, de prendre conscience que tout ce qu'il vivait n'était en rien un rêve ou une forme d'allusion permanente, avant de se braquer tout d'un coup. Non. Il voulait tourner la page sur ce monde et ces folles aventures, il voulait une vie normale loin de tout ce qui pourrait aller contre cette idée ou du moins il voulait y croire, il devait arrêter de penser que les fleurs pouvaient chanter ou encore que les chats disparaissent. Sinon il serait bon pour la camisole, une vision d'horreur qui était sans doute sa plus grande crainte, perturbé par cette vision. Posant une main sur son front, voulant presque s'assurer qu'il avait de la fièvre, son regard se planta sur la propriétaire qui était la seule fautive dans cette histoire.

« S'il vous plaît, arrêtez ça par n'importe quel moyen. Je ne veux pas retourner encore une fois là-bas vous comprenez ? Arrêtez-le ! »


Il serait prêt à se mettre à genoux si ceci lui permettait de convaincre la jeune femme, Alix avait cette désagréable sensation qu'on tapait dans son crâne et que tout était en train de s'embrouiller, la suppliant du regard.







copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper   

Revenir en haut Aller en bas
 
À l'heure pour le thé | Alyssa L. Cooper
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n'y a pas d'heure pour manger [PV : My Husband //SBAFF// Stanley, voyons]
» L'heure des comptes [PV. Crowcrow-chou] [Terminé]
» 17h: Heure de Colle pour Clara
» L'heure d'étude n'est pas pour les bavards!
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: