Partagez | 
 

 Il n'y a rien de plus important que la famille, à part le pouvoir [PV: Grand Bro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Il n'y a rien de plus important que la famille, à part le pouvoir [PV: Grand Bro]   Jeu 9 Juin - 16:42

Devenir Maire est la chose qui me comble le plus depuis longtemps. Ce post me rappelle le rôle que j'avais avant la malédiction, quand on m'appelait Zeus. Mais bien plus que cela, me retrouver sur le fauteuil qui appartenait autrefois à la mégère à l'origine de notre malheur me comble de joie. C'est faire d'une pierre de coup. Maintenant que le post m'ait revenu, c'est à moi de faire en sorte que cette deuxième vague ne soit hors de contrôle. Des habitants d'autres mondes débarquent les uns après les autres, tous plus déjantés les uns que les autres. Il y a des chances qu'il y ait des criminels parmi eux, capable de transformer notre belle ville en Enfer chaotique. Pour tout dire, je pense à une personne en particulier, le terme "enfer" n'est pas utilisé de manière anodine. Hadès est celui en qui j'ai le moins confiance et celui qui doit être surveillé avec le plus d'attention.

J'ai du mal à me rappeler les jours bénis où mon ainé était le plus attentionné des frères, il était doux et attachant. Pour tout dire, je l'aimais de tout mon coeur. Puis sa rancœur et sa jalousie ont pris le déçu avec les siècles, sa vie dans les Enfers l'ont aigri. Je ne peux pas m'empêcher de penser que j'en suis en partie responsable, c'est après tout moi qui ait décidé de lui assigner ce vil endroit comme royaume. Ma jeunesse de l'époque et ma fougue m'ont empêché de réaliser le sacrifice qu'il allait devoir accomplir en quittant le monde des vivants, pour celui des morts. Je l'ai trahi. Mais aujourd'hui, sans le vouloir, Regina nous a donné une chance de réparer nos erreurs et de devenir meilleur, dans un nouveau monde.

J'espérais que Hadès en profiterait pour oublier le passé, et changer son comportement. Mais il est resté le même, que ce soit avant ou après que la malédiction soit levée. Et dire que je vais devoir aller à sa rencontre pour lui demander un service... J'en ai la chaire de poule. Je quitte mon bureau en demandant à mon adjoint de me remplacer durant mon absence, avant de rejoindre un bar où on l'a aperçu. Je pousse la porte d'un air méprisant, face à ces fortes odeurs d'alcool et la fumée qui empeste. Ma tenue costume cravate ne va pas vraiment avec l'ambiance des lieux. Ce n'est pas le meilleur bar de la ville, donc celui qui lui convient. Je le cherche des yeux jusqu'à tomber sur un homme courbé sur son verre, assis devant le comptoir. Je vais m'asseoir à côté de lui.

"Salut mon frère, toujours là où on t'attend le plus à ce que je vois?"

Je laisse un billet de cent dollar sur le comptoir, face au barman qui nettoie des verres.

"Je l'invite."

Lui dis- je d'un simple coup d'oeil, avant de reporter mon attention sur mon cher frère.

"Tu sais pourquoi je suis là, pas vrai?"

Je me tourne à demi vers lui.

"Cette nouvelle vie devrait nous donner la chance d'enterrer la hache de guerre, mon frère. Faisons la paix et redevenons les amis que nous étions autrefois. Nos disputes mesquines doivent cesser, tu le comprends j'espère?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Il n'y a rien de plus important que la famille, à part le pouvoir [PV: Grand Bro]   Sam 18 Juin - 17:50

Kaisar & Victor
used to be brothers, now you're the gum on my shoe

La soirée pourrie. Il se fait mettre dehors par son invité, si ça c'est pas l'ironie de la vie. Éris l'a mis à la porte et il se retrouve comme un chien galeux, à chercher un endroit où poser son cul. Un bar, une boîte, un endroit de débauche quelconque. Il a pas envie de sexe, il évite les endroits trop fréquentés par la gente féminine. Il se connaît. Si il regarde de trop près, il va craquer comme un ado à peine pubère. Il baille et finit dans un bar, où il ne traîne pas vraiment. Il est déjà venu, quelques fois. On lui fout la paix, ici. Ils s'en fichent de qui il est, de ce qu'il veut, de ce qu'il fait de sa vie. C'est qu'un client parmi d'autres. Il se pose au comptoir, commande un verre et sourit en coin au barman, qui se met à lui parler pour une raison inconnue. Un peu de sociabilité. Le roi des enfers se sent d'humeur moqueuse se soir. Il lance des paris avec le barman sur la plupart des clients, gagnant souvent. Celui-là tiendra une heure avant de vomir. Celui là repartira seule. Celle là repartira avec deux gars pour le prix d'un. Il est trop doué pour ce genre de jeux, c'est inscrit en lui. Il est le roi du vice, le prince des enfers. Il connaît les défauts des humains par cœur. Ça fait partie de lui. Mais ça occupé sa soirée, le temps que la grognasse de déesse s'endorme comme une bienheureuse dans les draps de satin qu'il a fait faire pour elle dans un moment d'ennui profond. Puis, il rentrera chez lui. Il baisera probablement une servante. Préparera un piège pour le réveil de la brune. Et passera enfin à autre chose. Il regarde dans les méandres de son verre, cherchant un plan parfait pour bien pourrir la futur journée mouvementée du chaos – parce que c'est difficile de foutre le bordel dans la vie du chaos. Peut-être en psychologie inversée ? En rangeant tout ? À garder en mémoire.

Une voix se fait entendre et il lève des yeux moqueurs. La reconnaissant entre mille, cette voix de tonnerre, des tréfonds des cieux. De ce que les chrétiens appellent le paradis et que lui se contente d'appeler « Le home des croulants » parce que tout les dieux sont bien trop chiants pour leur bien. Ah, l'Olympe. « Si c'est ici que tu penses à me chercher, c'est que tu as encore une pire image de moi que ce que je croyais. » Il se redresse, observant l'homme qui lui sert de frère – de petit frère en plus, alors qu'il fait vingt ans de plus. Facile. Il a l'air vieux.Ce qui rassure Hadès comme il en a besoin ; c'est toujours lui le plus beau. Narcisse, le retour. Il l'aimait bien, ce gamin, il avait tout compris. S'aimer soi-même, c'est la base du bonheur. Le fait que son frère sorte de l'argent, comme si il ne pouvait pas se payer quoique ce soit, lui donne envie de rire. Mais il l'en empêche pas. Il se fera tabasser à la sortie quand les gens comprendront qu'il a de l'argent. Et Kaisar sera là pour rigoler au spectacle. Il vide son verre, fait un signe pour le remplir – puisque c'est offert si gracieusement par Sa Majesté Je Pète Plus Haut Que Mon Cul Parce Que Je Vis En Haut Et Toi En Bas, et regarde vaguement la dite majesté en l'entendant parler encore. Quel bavard, ce soir. « C'est nouveau, le ton condescendant ? Je pensais que c'était mon truc. » Il sourit, bravache. « Trouve toi ton propre style au lieu de plagier. » Gamin de quatre ans, bon, d'accord. C'est pas une attaque très impressionnante. Mais il s'échauffe, là.

Il regarde son petit frère, moqueur, un grand sourire au coin des lèvres. « Mais si c'est pour ça que t'es venu, passe ton chemin. » Il hausse les épaules. « J'ai bien mieux à faire que de parler de querelles imaginaires avec le nouveau maire de la ville. » Il le regarde, presque innocent. Presque. « Tu sais bien que je t'aime, petit frère. Au moins autant que j'aime me faire épiler le cul par une aveugle. Une vraie partie de plaisir. » D'accord, c'est bas. C'est le Dieu des enfers, pas de la Répartie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'y a rien de plus important que la famille, à part le pouvoir [PV: Grand Bro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien de plus important que la famille ✖ Mathéo.
» L’alcool ne mène à rien. Ça tombe bien… on va nul part (Max)
» (F) Caterina Scorsone - Amelia Shepherd ♦ Quoi de plus important que la famille ?
» L'alcool ne mène à rien, ça tombe bien, je vais nulle part. — Pietro
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: