Partagez | 
 

 Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   Mer 18 Mai - 14:10



Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi !

Feat Jenna et Mina

“Chère Journal, je vais surement attraper un rhum. Quelle idée de sortir sous cette pluie ! Oui, mais le ciel est si bieu en journée, le gris lui va bien tu ne trouve pas ? ” -Mina Harker



Il n'y avait personne dehors. Pas étonnant lorsqu'on regardait l'heure ou le temps, au choix. Sa montre indiquait midi pile, soit l'heure où tout le monde déjeunait bien au chaud chez soi. Parce que oui, la fine pluie qui tombait avait rapidement chassé tout les passants, les forçant à se réfugier dans leur propre maison ou celles d'amis.   Les magasins étaient fermés pour leur pause déjeuner, comme toujours le dimanche, et les portes étaient fermés, aucun restaurant de plus à l'horizon. Non, il n'y avait vraiment personne dans les rues, plus qu'elle finalement. Elle, sous la bruine qui coulait du ciel, des gouttes d'eau si petites qu'elles semblaient se fondre dans l'air. Une toute petite pluie, qui mouillait à peine, restant presque suspendue dans le vent. Il ne faisait pas très froid, ni très chaud : c'était ce temps particulier, lorsque l'hiver s'effaçait pour laisser place à l'été, là où les soirs étaient frais et les journées chaudes, et où la pluie était parfois bienvenue.
Depuis que la malédiction avait été rompue, c'était la première fois qu'elle se sentait aussi libre, et qu'elle sortait aussi désinvolte. Elle voyait derrière les lourds nuages la forme flou et lumineuse du soleil, ses rayons tentant de percer la couverture grise. Mais ils s'y heurtaient, incapable de la franchir, et tout allait bien. Pour la première fois depuis longtemps, vingt-huit ans de ce qu'elle avait entendu, elle avait pu sortir dehors en pleine heure de midi sans se retrouver aussitôt emmener à l'hôpital. Les enfants de la Lune – jolie nom potiquet trouvé pour une maladie terrible – étaient affectés par les UV que dégageaient l'astre, autant dire que les nuages n'avaient jamais été une protection en soi. Mais voilà, la magie était revenue, dissipant la maladie au profit de quelque chose de plus grand et effrayant – sa transformation. Il y avait tout de même un point positif : l'étoile du monde humain ne l'affectait plus de la même manière. C'était sa lumière à présent qu'elle redoutait. Et quelle lumière ! Elle n'avait jamais rien vu d'aussi lumineux, d'aussi clair et ... rougeoyant, une boule d'or accrochée dans les airs ! Ce monde-ci était si diffèrent du sien, si gris et terne à certaines occasions ! L'ombre qui couvrait aujourd'hui le ciel et le monde, en tout cas, lui donnait l'occasion de sortir. Aussi, Carmilla avait bien vite terminée de consigner ses pensées dans son journal, et s'était retrouvée dehors. Sous la pluie. La maladie changeait les priorités n'est-ce pas ? Comme elle aimait la lumière auparavant, comme elle la redoutait à présent !

Quel silhouette désincarnée elle devait offrir là tout de même ! Elle ne s'en souciait presque pas maintenant, elle qui était tant attachée à la convenance autrefois. Que devait penser tout ces gens derrière leur rideaux, occupés à s'épier les uns les autres ? Une femme aussi pâle que la lune – une enfant de la lune ah ah – un manteau aussi rouge que le sang sur ses épaules, et des vêtements aussi noirs que la nuit. Quelle vision ils devaient avoir ! Mais qu'importe ! Elle était bien ici, à marcher dans les rues de la périphérie de la ville, à la lisière des champs, tranquillement, sans danger à fuir ni d'ennemie à poursuivre, aucun enfants à surveiller ou quoi d'autre encore ! Elle était bien là. Jusqu'à ce que la pluie ne s'intensifie. Au début bien sûr, elle ne se rendit compte de rien. Les goutes devenaient un peu plus grosse à chaque instant, et tout à coup ell es s'écrasaient avec violence sur son fin manteau et sur ses cheveux, elles devenaient plus nombreuses à chaque minute, et Carmilla se retrouva sous une pluie – un déluge plutôt –  battante. Un regard à gauche, un regard à droite, derrière devant : aucun abri. Les bâtiments étaient droit, sans aucun porche où s'abriter, aucun magasins dans les parages qui ne soient ouverts. Rien du tout. Quelle idée aussi de sortir sous la pluie, bravo Mina ! Levant les bras au-dessus de sa tête dans le vain espoir de se protéger, elle se mit à marcher rapidement pour regagner le cœur de la ville, et de là son appartement, où aller d'autre ? Du moins était-ce ses projets jusqu'à ce que la pluie ne redouble d'ardeur – était-ce vraiment possible ? - et qu'elle ne rentre dans quelqu'un. C'est qu'elle pensait les rues vides et qu'elle marchait – courrait ? - la tête tournée vers ses pieds. Elle heurta donc quelqu'un – qui s'avéra une jeune fille – et toutes deux finirent les fesses par terre, sur le sol détrempée.

-Oh je suis vraiment désolée, je ne vous avais pas vu !

Elle était pratiquement obligée de crier pour que sa voie couvre le vacarme. Etait-ce une tempête qui venait du large ? Possible après tout.

-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   Ven 20 Mai - 20:56


J'aurais bien besoin quelques fois d'un décodeur pour comprendre les adolescents. Je ne comprenais pas ces jeunes qui voulaient obtenir à tout prix le dernier gadget à la mode. Comme ces casques audio qui coûtaient une patte, par exemple. Bon, certes, je devais avouer que c'était peut-être quelque chose pour que les jeunes puissent se reconnaître ou se faire accepter dans une bande. Certainement une façon pour eux de se définir une place, tout comme les chiens. Mais au point de mettre au moins 1/3 de son salaire dans un objet de ce genre? Non, décidément je ne les comprendrais jamais. J'espérais que ma petite Rosy ne deviendrait pas comme ça! Ou qu'elle ne ferait pas de scènes comme le jeune garçon qui avait hurlé contre ses parents pour avoir un jeu vidéo. Pauvre d'eux! Peut-être qu'avec le temps il comprendrait que ce n'était pas important. Ou alors son comportement irait en empirant pour ces malheureux parents!

Mon sac en carton, j'y avais disposés mes différents articles, récemment achetés dans l'épicerie du coin, de quoi me ravitailler pendant un temps! J'avais même acheté quelques pommes au passage afin de pouvoir réaliser une tarte aux pommes! Rosy serait certainement ravie de mon initiative, surtout si je lui offrais par la même occasion une boule de glace! Je pensais même éventuellement apporter une part de tarte à Balto, si c'était réussi! J'avais même pensé aux smoothies, mon pêché mignon! Je ne savais pas en revanche s'il aimait ça. Pendant que je marchais, la pluie commençait doucement à tomber. Aïe, ça tombait mal! Je n'avais rien sur moi pour contrer cet événement! Les tortues, avec leur carapace pouvaient au moins se protéger de la pluie. Je n'avais pas de carapace, contrairement aux tortues pour pouvoir me protéger! Ni même de parapluie! Oh non. Mes cheveux! Mes habits! J'étais habillé de façon légère! Mon chemisier allait être trempé! J'allais attraper froid! J'aimais bien la pluie, sauf lorsque je n'étais pas habillée pour les circonstances! J'aurais préféré qu'il fasse froid ou qu'il commence à neiger! J'aurais mieux supporté! Là j'allais simplement mouiller mes effets! À moins que ce début de pluie ne se termine rapidement! Néanmoins, la pluie s'intensifiant, je voyais que je m'étais trompée! Si seulement j'avais été moins têtue et écoutée ma mère!

C'est alors que je voyais une forme débouler. Pensant que cette personne allait s'écarter, j'étais restée sur place, regardant ma montre. Peut-être que j'allais faire un détour chez mon compagnon. Sauf que je ne pensais pas qu'elle me foncerait dessus. Je tombais à la renverse, assez surprise de voir que cette forme était en réalité une femme! Après ma surprise passée je m'intéressais à elle. Il ne me semblait pas la connaître. Quoique... En fait j'avais dû la voir auparavant, dans la rue un soir où j'étais allée boire. Ou alors dans un autre endroit. Mais je ne lui avais jamais parlé. La voyant à terre je m'inquiétais de son état, peut-être qu'elle s'était fait mal!

«Vous allez bien?»

J'aurais presque rit de cette situation, sauf que l'eau semblait déterminée à me faire prendre ma douche! On aurait dit des quilles, qui avaient subies un strike! Mais nous n'étions que deux et je sentais déjà mon derrière mouillée par cette pluie battante. J'en avais laissé tombé mon sac avec mes différents produits! Mince, j'espérais qu'ils ne seraient pas abîmés! La blonde s'excusa de son manque inattention. Je tentais de la rassurer!

«Moi si, mais je ne pensais pas qu'on se serait rentrés dedans! C'est un moyen original de faire connaissance ?»

Je ramassais les boîtes de conserves ainsi que la boîte de cotons tiges. Quelle pluie! J'étais trempée! Mes cheveux étaient entièrement mouillés! On aurait dit qu'une averse s'était abattue! On allait toutes les deux tomber malade si ça continuait! Le vacarme de la pluie semblait atténuer ma voix, je ne savais même pas si elle m'avait entendue! Je me relevais en lui tendant la main, afin de l'aider à se relever. J'essayais de me faire entendre en augmentant le volume de ma voix, sans être agressive, je ne voulais pas lui faire peur, ce n'était pas mon intention!

«Mettons-nous à l'abri!»

Qu'est-ce qui pouvait nous abriter? Je regardais à droite, à gauche. Et c'est là que je voyais quelque chose! L'arbre là-bas, qui semblait grand, avec ses nombreuses feuilles, il pouvait nous éviter de subir cette masse d'eau! Ce serait peut-être temporaire, mais ça serait mieux que rien! Avec ma main de libre, je lui désignais l'arbre à l'aide de mon index.

«Réfugions-nous là-bas! On verra si on voit une meilleure planque après !»

Planque. Aha, comme si la pluie était notre adversaire et qu'on jouait au paintball. J'enlevais des mèches mouillées de mon visage. Arrivée sous l'arbre, je disposais mon sac en carton près du tronc. J'essorais par la suite mes cheveux ainsi que mes vêtements. J'accordais un sourire à la demoiselle qui m'avait rejoint. Puisque nous étions bloquées sous cette averse, autant faire connaissance, non ? Je lui montrais ma main d'un signe amical

«Au fait, je m'appelle Johanna! Johanna Hopkins. Et toi, c'est quoi ton petit nom ?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   Dim 22 Mai - 18:25



Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi !

Feat Jenna et Mina

“Chère Journal, je vais surement attraper un rhum. Quelle idée de sortir sous cette pluie ! Oui, mais le ciel est si bieu en journée, le gris lui va bien tu ne trouve pas ? ” -Mina Harker



Elle ne comprit qu'après qu'en plus de percuter cette pauvre femme, elle avait renverser ses affaires sur le sol ! Aussitôt qu'elle l'eut comprit, elle s'empressa de se relever légèrement pour l'aider à rassembler les articles éparpillés sur le sol, sous la pluie de plus ! Mais après tout, elle avait bien raison, c'était une surprenante façon de faire connaissance – bien qu'avec cette pluie elle aurait préféré rester chez elle. Mais elle profitais tout de même de l'air libre, alors elle ne pouvait pas trop faire sa difficile. Elle fit tombée rapidement ce qu'elle ramassait dans le sac, vérifiant d'un coup d'œil que rien n'avait été endommagé par l'eau ou la chut – ouf ! Même la bombonne de chantilly semblait avoir survécut ! Tout semblait correct, et Carmilla accepta alors la main de l'autre jeune femme, se laissant relever aisément pour se tenir bien droite. Elle était déjà prête à lui tendre la main et lui annoncer son nom, mais ce n'était peut-être pas, après tout, le moment pour cela : la pluie continuait de dégouliner sur leurs vêtements et leur peau, trempant tout sur son passage, et si elle n'avait pas encore envie d'éternuer, cela ne saurait tarder ! Avec un sourire, elle suivit la jeune femme en courant vers le grand arbre qui se trouvait là, et qui leur servirait d'abri temporaire. Ou de planque comme elle semblait le dire. C'était marrant ça aussi !

Elle l'observa s'assoir sur le sol, essorant ce qu'elle pouvait. L'arbre était une plutôt bonne trouvaille pour le moment : si quelques gouttes continuaient de leur tomber dessus, elles étaient tout de même protégées du principal de l'averse. Néanmoins, si la tempête s'intensifiait encore, ou si elle tournait à l'orage, elle devrait se déloger de là : les lieux deviendraient peu sûr, et la pluie plus violente les atteindraient de toute façon. Enfin, Mina s'affala sur le sol en compagnie de la jeune femme, pressant à son tour ses cheveux pour en chasser l'eau en trop, du moins tout ce qu'elle pouvait. Quand elle vit l'autre lui tendre la main, elle fit de même, souriante, pour une bonne poignée de main glissante et trempée, mais tout de même délicate. Après tout, la situation n'était pas si terrible non ? Elles étaient relativement abritées, et l'air pur emplissait ses poumons et caressait sa peau. Comme l'extérieur lui avait manqué, elle qui devait toujours s'emmitoufler dans d'innombrables couches de tissus pour ne pas être touché des rayons du soleil ! Sa peau en était devenue toute pâle, tranchant avec le gris qu'affichait le monde à présent, gris comme le monde d'où elle venait.

-Tu préfère le premier ou l'actuel ? Il est vrai qu'avec malédiction, elle cumulait les deux, sans savoir lequel porter. Alors par défaut, elle se présentait sous celui de la malédiction, surtout parce que presque tout ceux qui la connaissait la reconnaissait mieux sous ce nom. Elle n'avait après tout croisé personne de son ancienne vie dans la ville depuis le retour des mémoires. On m'appelle Carmilla Stoker ici !

Les gouttes qui tombaient sur le sol éclaboussaient ses jambes, qu'elle replia sous elle pour y échapper un peu mieux. Elle se rappela alors avoir des mouchoirs, et saisit son sac à main : elle en sortit un petit paquet décoré de petit alien vert, tout comme le tissu qui s'y trouvait. C'était les enfants de l'école qui lui avait offert, après un cours mouvementé sur l'univers et ses possibles habitants. Un garçon avait alors parlé de la zone 31, qu'il avait vu à la tv, et le tout avait dérapé. L'heure avait été pénible pour elle, c'était un jour de grande chaleur contrairement à aujourd'hui et elle était malade, et pour se faire pardonner ils avaient économiser pour ce paquet de mouchoir, un petit geste qui allait droit au cœur, elle adorait vraiment sa classe. Carmilla adorait somme toute son travail, et était heureuse qu'elle soit toujours institutrice dans ce monde-ci. Elle en tendit un à Johanna, avant d'en saisir un pour elle-même, essuyant tant bien que mal son visage.

-C'est un cadeau des enfants, indiqua-t-elle finalement. Le plic-ploc de la pluie était envahissant, mais plutôt relaxant. Vous faites vos courses un dimanche midi, c'est peu commun ! C'est parce que vous travaillez la semaine ? Demanda-t-elle. Il fallait après tout bien engagée la conversation, et elle n'avait pas vraiment envie de parler du temps – les gens parlaient toujours du temps et c'était un peu ennuyeux en fait. Ou alors vous emmener tout ça à votre mère-grand ? ria-t-elle. Les contes, cette chose si particulière dans cette ville. Qui sait, peut-être était-elle en face de la nouvelle chaperon rouge.

-Bob Marley


© Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   Mar 24 Mai - 14:20


C'est vrai qu'on avait deux noms. Qu'importe pour ma part, le prénom qui pouvait l'arranger et dans lequel elle se reconnaissait. C'est vrai qu'aujourd'hui, la question pouvait se poser pour bien des personnes. Personnellement, j'appellais pour l'instant une seule personne par son nom d'avant la malédiction. De toutes les façons, à part les chiens d'Alaska, personne ne pouvait me reconnaître et n'avait donc pas besoin de connaître mon premier nom. Donc j'usais toujours de mon nom sous cette malédiction. Plus facile pour les gens de savoir qui était Johanna Hopkins que Jenna. Elle me passa un mouchoir.

«Oh merci, c'est gentil!»

Je l'imitais, tentant de m'essuyer le visage et un peu les gouttes sur mes bras. C'est alors que je remarquais le paquet de mouchoir. Je ne pouvais pas m'empêcher de le trouver très joli. Où l'avait-elle trouvé?

«Oh c'est super joli. J'adore ce motif!»

Ce serait génial si je trouvais ce genre de motif et que j'en offrais à la miss. Il faudrait que j'en trouve un avec son animal préféré par exemple! Si j'en offrais à Balto ce serait sûrement un loup? Pour ma mère ça serait plus strict, ou du moins elle en aurait aimé un avec une senteur de menthe pour bien dégager les sinus. Enfin, est-ce que donner des mouchoirs à chacun de mes proches était-elle une bonne idée? Non, je préférais préparer quelque chose, quand il en était en mon pouvoir, des cadeaux pour mes proches.

Je vérifiais pour voir si je n'avais pas oublié quelque chose sous la pluie. Mais il ne semblait ne rien avoir oublié! Au moins le basilic n'était pas abîmé, j'avais de la chance. Le paquet était un cadeau des enfants. Oh, elle semblait jeune au vu de son visage! Elle devait être une très jeune mère! J'étais quelque peu admirative. Moi je ne savais pas si je pouvais avoir des enfants dans un proche futur. Peut-être qu'un jour... Ou alors, parlait-elle d'enfants qu'elle gardait, tout comme moi je gardais ma Rosy?

«Ah? Vous avez déjà des enfants? Je connais une petite fille que je garde, elle doit être en CM1 ou CM2. Elle a des cheveux châtains et des yeux verts et elle est pleine de vie. Elle a encore du mal à bien écrire le motOrnithorynque, mais je crois qu'elle y arrivera. Même si je pense que pour le moment ce n'est pas un mot qu'elle utilisera tous les jours. Et c'est un secret, mais pour ma part j'ai aussi du mal, je mets du temps avant de me souvenir de la bonne orthographe de ce mot!»

Forcément, sauf si elle pratiquait plus tard un métier en rapport avec cet animal. Mais à cet âge-là elle devait certainement apprendre les règles de grammaire, savoir compter, apprendre la géométrie, la géographie et d'autres matières toutes aussi intéressantes les unes que les autres!

«Oui, je travaille en tant que paysagiste. Donc je n'ais pas forcément le temps. Et en plus, je garde une petite fille quand ses parents ne sont pas là. Mais l'autre raison c'est que je trouve qu'il y a moins de monde. Donc je suis plus tranquille pour trouver les produits désirés. C'est plus facile de venir d'un rayon à l'autre. De plus, le dimanche la plupart font la grasse matinée . À par nous apparemment !»

Je souriais à sa remarque. J'aimais bien la référence qu'elle me faisait. Aha, à part le lien avec un animal je n'avais, rien en commun avec cette jeune fille. Si j'avais été le personnage d'un conte, j'aurais peut-être été une sorte de Pocahontas avec mon lien avec la nature, et le respect que j'avais envers elle. J'admirais le courage de ce personnage, sa tolérance vis-à-vis des autres peuples. Et on avait les même cheveux noirs. Quand à ma compagne d'infortune, avec ses cheveux blonds, elle ressemblait peut-être à Boucle d'Or... Mais elle aurait bien grandit alors. Elle avait même dû prendre de la soupe! Ou alors, elle était l'Alice des pays des Merveilles. Mais elle avait dû boire le petit flacon en verre où il était écrit "Buvez-moi". Non, cette petite bouteille permettait juste une croissance gigantesque au niveau de la taille. Sauf si Storybrooke avait fait grandir tous ses habitants. Cependant, ma Rosy était toujours une enfant, et non une adolescente ou même une adulte! Ou alors, elle aurait peut-être pu être Raiponce, mais en fait ses cheveux ne semblaient pas aussi longs.

«Aha, non! Je ne connais même pas ma grand-mère! Contrairement à cette fameuse petite fille qu'était le Chaperon Rouge! Je rapporte tout ça chez moi. Et je pensais justement faire une tarte pour l'enfant que je garde. Et vous, que faites-vous ici, vous vous promeniez? Ou vous cherchiez votre pantoufle de verre?»

Si elle savait faire des références, moi aussi je pouvais en faire. Je bougeais même mes sourcils d'un air entendu l'insinuation suivante. Après tout, tout le monde recherchait des proches, alors pourquoi pas son amoureux? Moi j'avais été chanceuse, puisque nous nous étions retrouvés, à peine quelques minutes après que nous ayons recouvrés nos souvenirs!

«Ou peut-être même que vous cherchiez votre prince?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   Lun 25 Juil - 16:13



Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi !

Feat Jenna et Mina

“Chère Journal, je vais surement attraper un rhum. Quelle idée de sortir sous cette pluie ! Oui, mais le ciel est si bieu en journée, le gris lui va bien tu ne trouve pas ? ” -Mina Harker


Hors RP:
 

Elle retins une exclamation en entendant la jeune femme lui répondre, mais il est vrai que sa phrase portait à confusion. Des enfants, elle rêvait pourtant d'en avoir plus tard. Quelle chose fantastique cela serait pour elle, le bonheur de connaître la maternité et de donner la vie ! Dans son propre monde, elle avait déjà même réfléchit à un prénom pour une petite fille avec Jonathan, Quincey, qui ferait peut-être un peu trop décalé pour cette ville-ci. Son soi de la malédiction avait plus pensé à quelque chose comme Anna. Quoique Lucy était à présent un choix tout à fait indiqué au vue des circonstances. Comme son amie lui manquait, comme un cruel trou dans son cœur ! Après ces vingt-huit pas piégés ici, et les semaines passées depuis le retour à la normal, sa mort lui semblait terriblement lointaine, et pourtant si proche après le violent impact de ses souvenirs véritables. La pluie continuait de tomber autour d'elles en un flot constant, rendant tout espoir d'accalmie vaine. Elle s'empressa en tout cas de détromper la jeune femme.

-Ciel non, je ne suis même pas mariée ! Je suis institutrice à l'école de Storybrook, au moins une chose qui ne change pas d'une vie à l'autre. Il y a plusieurs classes, mais peut-être connais-je la petite fille dont vous me parlez, comment s'appelle-t-elle ? En tout cas, l'ornithorynque ne vient pas de ma classe, ria-t-elle. Je ne savais même pas que nous avions une paysagiste à Storybrook ! Alors, c'est à vous que l'on doit notre magnifique parc ?

Les gouttes s'écrasaient au-dessus d'elles, glissant sur les feuilles. Elles retombaient juste devant ses pieds, et certains parvenaient à se faufiler dans ses vêtements. Leur abri était précaire, faute de mieux dans les environs. Quelle idée tout de même de ne pas doté les maisons de porche, c'était bien pratique en temps de pluie ! Carmilla sourit tout de même, distraite du mauvais temps par cette hasardeuse rencontre. Elle agita ses deux pieds en les pointant du doigts à sa remarques, « Je n'en ai perdu aucune pour le moment ! ». Elle confirma s'être promenée sous la pluie, bien que le mot soit bien en-deçà de la réalité, sa liberté retrouvée et la lumière du soleil sur sa peau blanche. Elle sourit tristement par la suite, repensant au seul prince qu'elle n'eut jamais connu, désormais comte pour le reste du monde. Mais il avait gardé à travers les âges sa prestance de souverain.

-Oh je préfère éviter les princes personnellement, je préfère les hommes de ma condition social, bien moins de problème aux épousailles non ? Il y avait après tout toujours des histoires dans les contes de Belle-Mère, d'héritage et de guerre. Alors attendez, je connais une histoire avec une jeune femme qui s'occupe d'une petite file. Lilo et Stitch ? Mon dieu si vous m'annoncez que cette petite bête adorable existe, je court aussitôt à sa recherche !


-Bob Marley


©️ Shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plic-Ploc, pas d'capuche, pas d'parapluie, mais quelle idée de sortir aussi ! Ft Johanna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plic, ploc, goes the stupid joke ; Gabriel & Tenessee
» Plic ploc, le sang coule sur le bois [PV Ayou Blood]
» Ploc. [Elisabeth]
» Attention Dresseuse qui porte une capuche arrive ! [Finit]
» Fusil Parapluie ......... Si c'est pas top ça !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et si on faisait une petite pause? :: Achives RP-
Sauter vers: